Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

SARKOZY PROVOQUE LA RUSSIE EN GÉORGIE

13 Octobre 2011 , Rédigé par forumsi Publié dans #Europe

Embleme-de-l-Etat-russe.png

Extrait du Figaro des 8 et 9 octobre 2011 :

 

« EN GÉORGIE, SARKOZY RAPPELLE MOSCOU À SES ENGAGEMENTS

 

« (…) Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées hier pour acclamer celui qui était venu à la rescousse de la Géorgie en passe d’être submergée par les chars russes, à l’été 2008. (…) ‘Nous n’oublierons pas que vous êtes venu nous épauler, il y a trois ans’ lance le président Mikhaïl Saakachvili avant d’inviter son homologue français à prendre la parole (…). Pour la première fois, publiquement, le président français admet que, trois ans plus tard, l’accord de paix est loin d’avoir tenu ses promesses. (…) La Géorgie reste ‘amputée’ des deux provinces séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, constate-t-il encore (…).

« Une clameur immense s’élève lorsque Nicolas Sarkozy (…) déclare que ‘la Géorgie est libre d’exprimer son aspiration à se rapprocher de l’Union européenne, et un jour à la rejoindre’. (…)

« (…) Dans la foulée, le chef de l’Etat a aussi dit que ‘la Géorgie est libre d’exprimer son aspiration à rejoindre l’OTAN’. ‘Une Alliance, a dit Nicolas Sarkozy, qui n’est dirigée contre personne’.

« Pourtant, l’ombre de la Russie planait hier à Tbilissi et le chef de l’Etat n’a pas hésité à dénoncer ses tentations hégémoniques sur les pays de la région ».     

 

 

Le commentaire de ForumSi :

 

SARKOZY PROVOQUE LA RUSSIE EN GÉORGIE

 

En apportant un soutien à peine voilé à ce qu’il estime être l’« aspiration » de la Géorgie à rejoindre l’OTAN, Sarkozy s’est livré à une véritable provocation à l’égard de la Russie. Celle-ci est en effet extrêmement sourcilleuse au sujet de l’OTAN, étant convaincue -probablement à juste titre- que cette organisation militaire contrôlée par les Américains est, entre autres, dirigée contre elle. Venant après l’affaire de l’installation de matériels de surveillance aérienne américains en Pologne et en République tchèque (matériels destinés, paraît-il, à surveiller les agissements de…l’Iran ! …une affirmation « occidentale » qui n’avait pas manqué d’exaspérer la Russie), le soutien ainsi apporté par Sarkozy à l’aspiration du pouvoir géorgien à rejoindre l’OTAN ne peut qu’être très mal reçu à Moscou.

 

Or, cette réaction russe ne pourra surprendre Sarkozy, qui en connaît parfaitement tout le contexte. Une question se pose alors : sachant que son propos serait vu comme un chiffon rouge par le Kremlin, pourquoi Sarkozy a-t-il néanmoins tenu à l’exprimer ? Pour répondre, il convient probablement de se placer dans la logique des derniers développements de la politique étrangère sarkozienne, marquée par une volonté d’alignement sur les thèses atlantistes et de rupture d’un front authentiquement européen. L’agression contre la Libye, menée conjointement avec la Grande-Bretagne comme au bon vieux temps colonialiste de l’expédition de Suez, est emblématique de cette volonté atlantiste et anti-européenne. Lancée par Sarkozy -ici fortement influencé par le très trouble Bernard-Henry Lévy- contre l’avis des ministère de la Défense et état-major français, et sans demander son avis au peuple français (qui aurait pu se demander en quoi il était conforme aux intérêts légitimes de la France et de l’Europe de s’en prendre ainsi à la Libye), cette agression était également vue d’un œil fort critique à Berlin et à Rome. Elle constitue donc un acte de rupture du front européen et a replacé la France dans une logique atlantiste et pro-américaine, une logique que l’on pouvait déjà identifier lorsque Sarkozy a ramené notre pays au sein du commandement intégré de l’OTAN.

 

La provocation antirusse de Géorgie se place dans la même logique atlantiste et anti-européenne, et contribue à empêcher tout rapprochement stratégique entre la Russie et l’Union européenne, alors que la Russie ne cesse de clamer son appartenance européenne et que l’UE aurait, parmi d’autres éléments moins matériels, tout intérêt à ne pas mépriser les immenses richesses naturelles que la Russie pourrait amener avec elle dans le cadre d’un tel rapprochement stratégique. Cette provocation doit donc être dénoncée pour ce qu’elle est : un acte contraire aux intérêts de l’Europe, mais aussi à ceux de la France, car la vocation de notre pays est de contribuer à la construction d’une Europe-puissance et non d’être, comme cela a été trop souvent le cas par le passé, un petit caniche discipliné au service des intérêts anglo-saxons.

 

Pour terminer sur une note ironique, on notera que, lors de ce même déplacement en Géorgie, Sarkozy a cru bon de soutenir le mythe de l’Ossétie du Sud, terre géorgienne, alors qu’elle est majoritairement peuplée de Russes et qu’elle ne fut rattachée à la Géorgie que par décision de Staline, lui-même d’origine géorgienne : Sarkozy serait-il un disciple caché de feu le Petit Père des peuples ?

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article