Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

PRÉSIDENTIELLE : AU PREMIER TOUR, ON CHOISIT…LE MOINS MAUVAIS, C’EST-À-DIRE BAYROU !

20 Avril 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #L'affaire Merah et la Présidentielle

Henri-IV-2.jpg

 

Si l’on fait confiance aux sondages, le second tour devrait se présenter comme la possibilité de choisir entre Sarkozy et Hollande :

 

-Sarkozy, c’est-à-dire la certitude d’une guerre contre la Syrie, et, ensuite, la certitude d’une guerre contre l’Iran ;

-Hollande, c’est-à-dire l’éventualité d’une guerre contre la Syrie, et, ensuite, l’éventualité d’une guerre contre l’Iran.

 

C’est dire si le choix est exaltant ! Certains nous reprocheront d’avoir retenu un thème de politique étrangère (et militaire) pour résumer les deux candidatures devant surnager au second tour. Mais c’est volontairement que nous l’avons fait. La politique étrangère aura été, en effet, totalement absente des débats de la Présidentielle 2012, alors qu’elle peut avoir des conséquences considérables sur la vie des Français : songeons, par exemple, à ce que seraient les conséquences sur le prix du pétrole d’une guerre contre l’Iran ! La France et l’Europe sont-elles en si excellente forme qu’elles puissent se permettre de supporter de telles conséquences ?

 

COMMENT ENRICHIR LE CHOIX DU SECOND TOUR

 

Un choix qui n’a rien d’exaltant, disions-nous ; mais comment faire pour qu’il soit plus acceptable ? Hollande semblant être assuré d’être présent au second tour, la seule solution est d’œuvrer pour que Sarkozy en soit absent. Mais alors, pour qui voter au premier tour ? Il convient, tout d’abord, d’écarter les candidats crédités de scores inférieurs à 10 %, puisqu’ils ne sont pas en position de changer le cours des choses. Ne restent donc plus que trois candidats possibles : Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou.

 

Ceux qui nous lisent régulièrement l’ont bien compris, il n’est pas question pour nous de voter en faveur de Marine Le Pen, qui s’est placée dans une situation de vassalisation vis-à-vis du même Etat étranger et du même groupe de pression communautaire que Sarkozy (cf. notre commentaire du 1er février), et dont les prises de position systématiquement hostiles à l’Islam font le jeu de ce « choc des civilisation » que chérissent les atlantistes, mais qui est totalement étranger à la défense des intérêts légitimes de la France et de l’Europe : au nom de quoi, en effet, devrions-nous nous brouiller avec des peuples majoritairement musulmans comme le peuple iranien ou le peuple palestinien, alors que rien ne nous oppose à eux ?

 

Il n’est pas question non plus, de voter pour Mélenchon : malgré tout son talent, l’homme se place trop dans un processus de résurrection du bolchevisme des années Trente pour retenir notre suffrage, car ce n’est certainement pas de cela dont notre pays a besoin, pas plus que de ce surcroît d’immigrationnisme qui semble avoir la faveur de Mélenchon.

 

POURQUOI IL FAUT VOTER BAYROU

 

Il ne reste donc plus que Bayrou. Il n’appartient certes pas au camp de la Droite nationaliste et radicale auquel nous nous rattachons. Mais son « produire Français », ainsi que les mesures qui vont avec, mérite notre sympathie, d’autant qu’il s’inscrit dans une perspective à la fois nationale et européenne qui nous est familière. Par ailleurs, dans un autre domaine, celui de la lutte contre le communautarisme, qui est l’une des pires plaies de la France d’aujourd’hui, Bayrou nous a fait le plaisir d’une « divine surprise », comme aurait dit Maurras. Le n° 331 de la lettre d’informations confidentielles Faits & Documents relève en effet que Bayrou était absent du dernier dîner du CRIF, alors qu’il y était invité, « a participé à plusieurs reprises à ce dîner et a finalement décliné ». En ce qui concerne les raisons de son absence, Faits & Documents livre la citation suivante de l’intéressé : « j’ai beaucoup réfléchi à cette question depuis des années. Et j’en suis arrivé à la conclusion que je ne devais plus participer à des réunions communautaires (…). (Car) l’organisation de manifestations publiques où les politiques se pressent en rangs serrés pour venir (…) déclarer leur flamme à une communauté m’a toujours dérangé (…) ».

 

Une telle déclaration fait de Bayrou quelqu’un d’unique dans la classe politique française : raison de plus pour voter pour lui, d’autant plus qu’il est un admirateur fervent d’Henri IV et ne peut donc être totalement mauvais…

 

Nous aurions évidemment souhaité pouvoir proposer un choix plus proche de notre idéal nationaliste et radical. Ce n’est malheureusement pas possible aujourd’hui. Mais cela le sera dès lors que la Droite nationaliste se sera engagée dans la voie de son renouveau et de sa reconstruction, qui seront deux des grands chantiers de l’après-Présidentielle.

 

ForumSi   

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article