Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

NATIONALITÉ FRANÇAISE : M. VALLS, COMME MARINE LE PEN, SE MOQUE DU MONDE !

6 Novembre 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

Manuel-Valls.jpg

 

Nous prenons aujourd’hui le temps de revenir sur la circulaire du 18 octobre de Manuel Valls, qui mérite un commentaire approfondi.

 

Extrait du site lemonde.fr, le 18 octobre 2012 à 13 heures 05 :  

 

« MANUEL VALLS VEUT FACILITER L’ACQUISITION DE LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

 

« (…) le ministre de l'intérieur Manuel Valls a publié, jeudi 18 octobre, une circulaire pour rouvrir plus largement l'accès à la nationalité française. (…).

 

« M. Valls devait annoncer publiquement cette circulaire lors d'une cérémonie en préfecture de Toulouse de remise de certificats de nationalité à des nouveaux Français. L'accès à la nationalité "a été entravé, empêché, sans que cela ne fasse l'objet d'aucun débat, devait-il notamment justifier dans un discours. (…). Au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, malgré un discours musclé sur l'immigration, les naturalisations – qui étaient de l'ordre de 100000 par an – avaient été préservées. Mais après le discours de Grenoble, à l'été 2010, (…) un tour de vis avait été effectué sous forme de consignes internes ou orales.

 

« Aujourd'hui, M. Valls dit ne "pas avoir d'objectif chiffré", mais explique au Monde vouloir "retrouver le rythme d'avant". (…).

 

« Pour redresser cette courbe, la nouvelle circulaire prévoit d’assouplir les critères liés au travail, responsables d'environ 40% des refus de naturalisations. Alors qu'il fallait quasi-nécessairement être en contrat à durée indéterminée (CDI) auparavant, un CDD ou des emplois en intérim pourront suffire désormais. (…).  

 

« La circulaire demande aussi aux préfets de se montrer plus souples sur les dossiers des étudiants étrangers, systématiquement retoqués ces deux dernières années pour "manque de ressources". (…) Une "meilleure prise en compte des potentiels" est en outre demandée aux préfets. En particulier celle des médecins étrangers.

 

« (…) Autre nouveauté : le texte prévoit un examen moins restrictif des demandes de naturalisation des "jeunes de moins de 25 ans" qui résident en France depuis au moins dix ans et ont suivi une scolarité "continue" d'au moins cinq ans. (…).

 

« Dans certaines familles, les aînés peuvent se retrouver avec un passeport étranger alors que leurs petits frères et sœurs nés en France sont français. Ces jeunes "bénéficient d'une forte présomption d'assimilation à la communauté française", justifie la circulaire.

Le ministère de l'intérieur prévoit enfin de revenir, comme le prévoit la loi, au délai de cinq ans de séjour minimum en situation régulière pour pouvoir demander la nationalité française. M. Guéant l'avait tacitement monté à dix ans. (…) ».

 

Le commentaire de ForumSi :

 

NATIONALITÉ ET IDENTITÉ FRANÇAISES : MANUEL VALLS, TOUT COMME MARINE LE PEN, SE MOQUE DU MONDE !

 

En conclusion de notre commentaire du 18 octobre consacré à l’affaire Lamblin, nous écrivions que, si un certain « frémissement » allant dans le bon sens semblait pouvoir être (enfin !) observé en matière de lutte contre le trafic de drogue, il importait de conserver la plus grande vigilance, le meilleur étant rarement au rendez-vous avec les « républicains ». Nous avions bien évidemment en tête le cas de Manuel Valls, vraisemblablement à l’origine du « frémissement » signalé plus haut et devenu, paraît-il, l’idole d’un certain nombre de crétins de Droite, persuadés d’avoir trouvé là un remplaçant à leur regretté Sarkozy.

 

La circulaire du 18 octobre de M. Valls montre que nous avions pleinement raison d’être méfiants et vigilants. Car il ne s’agit de rien d’autre que d’un texte totalement délirant.

 

LA CIRCULAIRE VALLS EST UN TEXTE DÉLIRANT : VOICI POURQUOI

 

Qu’on en juge, en effet : M. Valls veut « retrouver le rythme d’avant », soit, si l’on comprend bien, le chiffre astronomique de 100 000 naturalisations par an, et ce alors que l’on ne compte plus les problèmes (économiques, sociaux, culturels et sécuritaires) engendrés par cette folie qu’est l’immigrationnisme de masse : est-ce en augmentant le nombre des naturalisations que M. Valls compte résoudre ces problèmes ? N’est-il pas évident, au contraire, que cette augmentation va avoir un effet accélérateur sur l’immigration de masse, illégale en particulier ?

 

Les mesures d’« assouplissement » prévues pour parvenir à ce brillant résultat d’une forte hausse des naturalisations sont, bien évidemment, tout aussi délirantes que ce résultat lui-même. Passons sur l’assouplissement des critères liés au travail ou sur le cas des étudiants étrangers, et intéressons-nous à la « meilleure prise en compte des potentiels » demandée aux préfets, en particulier dans le cas des médecins étrangers : qu’est-ce à dire ? Qu’il n’y a pas suffisamment de médecins en France ? Mais alors, pourquoi ne pas revoir le numerus clausus en vigueur dans les études médicales, ce qui permettrait à plus de jeunes Français d’entrer dans cette profession ? Le cas de ces jeunes Français n’intéresse-t-il pas M. Valls ?

 

Intéressons-nous également au cas de ces « aînés » qui « peuvent se retrouver avec un passeport étranger alors que leurs petits frères (…) nés en France sont français » et qui, nous dit la circulaire, « bénéficient d’une forte présomption d’assimilation à la communauté française ». On atteint ici un sommet du grotesque ! En quoi, en effet, le fait que le « petit frère » soit né en France crée-t-il, au bénéfice du « grand frère » (quel vocabulaire débile !) une « forte présomption d’assimilation à la communauté française » ? Par quel miracle « républicain » cette « forte présomption » peut-elle donc bien prendre corps ? Il faudrait quand même qu’on nous l’explique ! De même qu’il faudra bien qu’on nous explique un jour cette aberration juridique et identitaire d’après laquelle le « petit frère » né en France est Français : si Robert Brasillach était né au Sénégal, eût-on considéré pour autant qu’il était Sénégalais ?

 

QUELQUES ORIENTATIONS POUR UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

 

Tout ceci n’est décidément qu’un tissu d’inepties rappelant étonnamment celles prononcées par Marine Le Pen lors de son entretien avec Le Monde publié par ce quotidien le 21 septembre, et dont nous avons fait un commentaire approfondi le 2 octobre. Rappelons en effet que, dans la partie de cet entretien consacrée au rôle de l’école, Marine Le Pen indiquait que celle-ci devait « fabriquer des Français » (quel piètre langage et quel manque de considération, finalement, pour cette qualité de « Français » qu’elle prétend défendre !) à partir d’une population où l’on pouvait être « jaune, vert, orange, marron, noir (…) agnostique, athée, musulman, juif… » : autant dire à partir de n’importe quoi ! N’est-ce pas, en définitive, une position très voisine de celle de Valls, dont la circulaire vise à brader un peu plus la nationalité française ?

 

Oui, Manuel Valls et Marine Le Pen se moquent du monde en traitant la nationalité française de cette façon indigne et en feignant d’ignorer que ce qui fonde notre nationalité, c’est l’identité française, une identité française qui, justement, n’est pas n’importe quoi ! Pour reprendre à peu de choses près la définition donnée par De Gaulle (et citée, si nos souvenirs sont bons, par Alain Peyrefitte), l’identité française est, fondamentalement, celle d’un peuple celte enrichi d’apports romains (ainsi que grecs, à la marge, ajouterions-nous) et germaniques. Pour dire les choses plus brièvement, le peuple français est, fondamentalement, un peuple européen. Tel est le socle sur lequel doit se fonder toute politique sérieuse de la nationalité française, qui ne peut, en conséquence, concerner, outre les Français nés de deux parents français, que les Européens ayant versé leur sang pour la France (on pensera ici aux légionnaires) ou les enfants dont le père, par exemple, est Français et la mère issue d’une autre nation européenne que la France. Tant que l’on ne sera pas revenu à ces idées d’ordre et de bon sens, on ne fera pas un seul pas en direction d’une politique correcte de la nationalité française.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article