Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

MARINE LE PEN AU « MONDE » : UN PEU DE BON ET…BEAUCOUP DE MAUVAIS !

2 Octobre 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #Marine Le Pen sert-elle la France

Marine-Le-Pen-9.jpg

  

Revenons aujourd’hui sur les déclarations de Marine Le Pen au « Monde » du 21 septembre, qui nous paraissent mériter un long commentaire.   

 

 

Extrait du site lemonde.fr, le 21 Septembre 2012 à 11 heures 05 :  

 

« MARINE LE PEN : ‘’JE METS À LA PORTE TOUS LES INTÉGRISTES ÉTRANGERS’’

 

« (…) Dans un entretien exclusif au Monde, la présidente du FN utilise les événements récents dans le monde musulman et les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo (…) pour faire le procès en laxisme des gouvernements qui se sont succédé en France. (…). 

 

« Revendiquer la construction de mosquées, c'est être fondamentaliste ?

« Ce n'est pas ce que je dis. Les prières de rue et la revendication par les prières de rue sont le fait de fondamentalistes. (…) Je ne suis pas une adepte de Charlie Hebdo. (…) Je ne vois pas l'intérêt d’aller heurter les gens dans ce qu'ils ont de plus intime. Mais cette possibilité de la provocation est un inconvénient de la liberté d'expression qui, par ailleurs, a énormément d'avantages. Et la liberté d'expression, dont dépend la liberté de la presse, ne se négocie pas. (…).

 

« Êtes-vous toujours pour l'interdiction du voile dans l'espace public ? Dans la rue ?

« Oui, les magasins, les transports, la rue...(…).

 

« Comment définissez-vous qu'un voile est religieux ou pas ? Cela pose un problème d'application de la loi...

« C'est interdit. Le voile est interdit. C'est clair ! On est capable de faire la différence entre un voile religieux et un voile qui ne l'est pas.

« Cette interdiction vaudrait pour tous les signes ostentatoires ?

« Qu'appelez-vous des signes ostentatoires ?

« La kippa par exemple...

« Il est évident que si l'on supprime le voile, on supprime la kippa dans l'espace public ». (…).

 

« Comment la République reprend-elle la main ?

« D'abord par l'école, à qui on va rendre son rôle. (…). Le rôle de l'école laïque, publique et républicaine, c'est de fabriquer des Français. (…)..

« Vous êtes français, jaune, vert, orange, marron, noir ; vous êtes agnostique, athée, musulman, juif... parce que vous êtes français, vous avez une priorité d'accès au logement social et à l’emploi. Vous allez savoir pourquoi vous êtes français. Il y a beaucoup de jeunes qui se définissent d'abord par leur origine et pas par leur nationalité. (…).

 

« Comment jugez-vous les conséquences des révolutions arabes ?

« (…) La Libye est peut-être la situation la plus dramatique et dans laquelle on a le plus de responsabilité. On a sciemment mis à la tête de l'Etat libyen des fondamentalistes armés par le Qatar. Nous avons été irresponsables en suivant aveuglément les Etats-Unis.

« (…) Quant à l'affaire du film Innocence of Muslims, elle est éminemment suspecte. Cette espèce de sous-série Z est comme par hasard mise en ligne par une télévision salafiste, et comme par hasard, cela suscite cette attaque à Benghazi, un 11 septembre. (…).

 

« Que faut-il faire avec la Syrie ?

« Il fallait privilégier la voie diplomatique, ce qui n'a pas été fait. Il fallait se servir des alliés traditionnels – la Russie et la Chine – de Bachar Al-Assad, pour trouver un compromis. Et on a armé les rebelles, transformant une contestation populaire en guerre civile. Les deux camps ont des armes lourdes. Je veux espérer que la voie diplomatique n'est pas fermée. Mais il faut parler aux deux belligérants. Y compris avec Bachar Al-Assad.

 

« Vous dites parfois qu'une dictature laïque vaut mieux qu'une dictature religieuse. On ne comprend pas...

« Je remarque que dans les pays où il y a eu des dictatures laïques, les populations vivaient incontestablement mieux, avaient plus de libertés individuelles que sous des dictatures non pas religieuses, mais de fondamentalisme islamique.

 

« Y aura-t-il une différence pour le FN selon le vainqueur du congrès de l'UMP en novembre ?

« Non, aucune. Ils sont profondément européistes, pour le sauvetage de l'euro, pervertis par la pensée unique de gauche. Ils se précipitent sur le droit de vote des étrangers pour éviter de parler du traité européen qu'ils voteront avec le PS. Les gens vont voir ce traité, pendant des semaines, des mois et des années, dans leur vie quotidienne.

 

« Vous parlez de l'austérité ?

« Oui. On est les seuls à avoir critiqué l'euro en toutes circonstances. Il nous reste l'acte pédagogique majeur à faire : que les gens ne croient pas le catastrophisme de la classe politique en cas de retour au franc ».

 

 

Le commentaire de ForumSi :

 

MARINE LE PEN AU « MONDE » : UN PEU DE BON ET…BEAUCOUP DE MAUVAIS !

 

Ainsi que nos lecteurs les plus fidèles l’ont certainement noté, nous suivons, dans ForumSi, une ligne politique qui est celle d’un nationalisme français ouvert à l’idée impériale européenne. C’est dans cette optique que nous avons publiés divers articles, regroupés sous la rubrique « Marine Le Pen sert-elle la France ? », dans lesquels nous nous sommes efforcés de montrer à quel point étaient décevantes et inappropriés les prises de position adoptées par la nouvelle direction du Front national. Le seul élément échappant à ce jugement défavorable est représenté, à nos yeux, par la position adoptée par Marine Le Pen face à la guerre civile en Syrie, position caractérisée par une opposition claire à une intervention militaire où la France se joindrait à une coalition appuyant les insurgés obscurantistes (cf. notre commentaire du 1er juin).

 

Le long entretien accordé par Marine Le Pen au Monde du 21 septembre ne va guère changer notre impression générale, très défavorable, et que l’on peut résumer de la façon suivante : un peu de bon et…beaucoup de mauvais !

 

MARINE LE PEN A RAISON SUR LA SYRIE, MAIS SE TROMPE TOTALEMENT EN CE QUI CONCERNE LES PROVOCATIONS ISLAMOPHOBES

 

Commençons par le bon, qui n’occupera pas beaucoup de place. Il concerne la Libye et la Syrie, à propos desquelles Marine Le Pen manifeste un certain bon sens, en regrettant que la France soit intervenue dans le cas de la première (où, rappelons-le, elle n’a pas suivi « aveuglément » les Etats-Unis -plutôt sur la réserve- mais Bernard-Henri Lévy, qui considérait la Libye comme une première étape sur la route d’une intervention contre l’Iran) et en privilégiant la voie diplomatique dans le cas de la seconde (ce qui n’est d’ailleurs pas très réaliste au point où en sont les choses : les combats en Syrie ont atteint en effet une telle intensité que l’on imagine mal l’ouverture de négociations de compromis entre les belligérants).

 

Voilà pour le bon, ou plutôt l’acceptable ! Passons maintenant au mauvais, et là, la liste est beaucoup, beaucoup plus longue…Et puisque nous venons d’évoquer la situation du monde arabo-musulman, commençons par ce que dit Marine Le Pen à propos du film « Innocence of Muslims ». Il est bien évident que ce film est une sale petite provocation (cf. notre commentaire du 12 septembre), de même que les caricatures immondes de Charlie Hebdo, ou encore la campagne d’affichage récemment entreprise dans le métro de New York et présentant les musulmans comme des « sauvages » (cette campagne a fait l’objet d’un petit reportage sur France Info, mais n’a guère été mentionnée dans les autres grands médias, à notre connaissance). Nous sommes donc bien d’accord avec Marine Le Pen pour reconnaître que l’affaire d’ « Innocence of Muslims » est « éminemment suspecte ». Mais nous ne la suivons plus du tout lorsqu’elle suggère que ladite affaire aurait, en définitive, été montée par les… « salafistes » ! Rappelons en effet que, à l’origine, les médias nous ont indiqué que le réalisateur du film était un Israélo-Américain, Sam Bacile. Puis, les mêmes médias nous ont précisé qu’il s’agissait finalement d’un Egyptien copte, installé aux Etats-Unis et entretenant des relations suivies avec les fondamentalistes chrétiens et juifs américains.

 

Nous ne savons pas encore ce que nous servira la prochaine « information » concernant le réalisateur de ce film débile. Mais ce que nous constatons, c’est que, pour l’instant, celui-là n’a pas grand-chose à voir avec le « salafisme ». Pas plus, d’ailleurs, que Charlie Hebdo ou la campagne du métro de New York qui, d’après France Info, recommande de « soutenir le combat d’Israël ». Que les « salafistes » aient bondi sur l’occasion pour pousser leurs pions, c’est l’évidence même. Mais, ce qui est tout aussi évident, c’est qu’ils ne sont pour rien, en l’état actuel de nos informations, dans le déclenchement des provocations que nous venons d’évoquer, même s’ils ont su les exploiter sans vergogne. Et apporter ainsi de l’eau au moulin du « choc des civilisations », ce qui montre une fois encore qu’il y a comme une sorte de complicité entre les promoteurs atlantistes et sionistes de ce concept, d’une part, et les forces obscurantistes que ces promoteurs prétendent combattre, d’autre part.

 

Voilà ce que Marine Le Pen pourrait dire, plutôt que de répéter sottement ce que lui serine un entourage décidément très louche. Mais, pour cela, il faudrait qu’elle se décide à prendre un peu de hauteur et à réfléchir un peu : il semble que ce soit malheureusement au-dessus de ses forces, comme le montrent les autres points négatifs de son entretien, auxquels nous allons maintenant consacrer la suite de notre analyse, qui portera successivement sur sa conception de la laïcité et son hostilité à l’euro.

 

LA LAÏCITÉ SELON MARINE LE PEN LUI PERMET DE NE PAS PARLER DE L’IMMIGRATION

 

En ce qui concerne sa conception de la laïcité, Marine Le Pen commence par affirmer son soutien à Charlie Hebdo, au nom de la « liberté d’expression ». Mais en quoi une sale petite provocation, qui semble en plus s’inscrire dans un plan soigneusement élaboré, relève-t-elle de la liberté d’expression ? Si Marine Le Pen ne pose pas la question, c’est vraisemblablement parce que son action peut finalement s’apparenter à la même logique, exclusivement islamophobe, que le plan de provocation qui va de « Innocence of Muslims » à l’affichage du métro de New York, en passant par les caricatures de Charlie hebdo. C’est en tout cas ce que paraît confirmer la suite de ses déclarations au Monde.

 

Celles-ci portent en particulier sur l’interdiction du voile dans l’espace public, dont Marine Le Pen demande l’application, tout en précisant que celle-ci concernerait également le port de la kippa. Voilà, nous diront les optimistes pressés, une position équilibrée et qui n’est donc guère critiquable…Et les optimistes pressés auront tort, car, s’ils avaient attendu un peu, ils auraient vu que, lors de l’université d’été du FN ayant suivi les déclarations de Marine Le Pen au Monde, celle-ci s’était empressée de préciser que, finalement, la kippa ne la gênait guère et que le seul vrai problème était celui du voile. Comment mieux dire que le seul problème, pour Marine Le Pen, c’est, non l’immigration, dont elle ne parle pas, mais le seul Islam, qu’elle semble donc considérer comme l’élément le plus préoccupant dans la France d’aujourd’hui. Or, il s’agit là, selon nous, d’une erreur fondamentale. Répétons-le en effet une nouvelle fois : un responsable politique français digne de ce nom se doit avant tout de mener une action conforme aux intérêts de la France et de l’Europe ; or, en attaquant l’Islam et lui seul, on attaque des peuples majoritairement musulmans qui, à l’instar du peuple iranien ou du peuple palestinien, n’ont aucune raison d’entretenir de mauvaises relations avec la France et avec l’Europe. Et l’on ne voit pas très bien ce que celles-ci gagneraient à la détérioration de ces relations, qui résulterait très probablement de l’attaque en règle contre l’Islam que souhaite Marine Le Pen.

 

En se crispant sur une attitude exclusivement anti-islamique, Marine Le Pen ne sert donc ni les intérêts de la France, ni ceux de l’Europe. Elle vient appuyer, par contre, ceux qui font la promotion du « choc des civilisations », c’est-à-dire les cercles d’influence inspirés par les sionistes et les néo-conservateurs américains. Or, on ne voit toujours pas très bien pourquoi la France et l’Europe devraient appuyer les intérêts de ces cercles-là, qui n’ont absolument rien à voir avec les légitimes intérêts français et européens. Par contre, ces intérêts légitimes se trouvent aujourd’hui confrontés, de façon de plus en plus sensible, à cet énorme problème identitaire que pose la politique d’immigration forcenée mise en œuvre depuis des décennies. Or, de ce problème-là, Marine Le Pen ne parle guère. N’est-il pas pourtant à l’origine de ce phénomène d’islamisation de la France qu’elle prétend combattre ? Pourquoi s’attaquer à la conséquence et non à la cause ? L’attitude de Marine Le Pen est aussi absurde que l’attitude de ceux qui prétendent combattre l’insécurité en faisant l’impasse, eux aussi, sur cette question de l’immigration de masse, qui, pourtant, en est également la cause. Car c’est aux causes qu’il convient de s’attaquer, en bonne logique, si l’on veut résoudre durablement un problème : en menant une politique résolue d’inversion des flux migratoires, la France et l’Europe pourraient défendre légitimement leur identité sans provoquer d’inutiles polémiques religieuses ou « civilisationnelles » avec les pays majoritairement musulmans.

 

LE RÔLE DE L’ÉCOLE SELON MARINE LE PEN LUI PERMET DE NE PAS PARLER DE L’IMMIGRATION

 

Comme on vient de le voir, ce n’est pas du tout le chemin choisi par Marine Le Pen, qui en est même le strict opposé. Dans la partie de son entretien avec Le Monde consacrée au rôle de l’école, elle indique en substance que celle-ci doit « fabriquer des Français » à partir d’une population où l’on peut être « jaune, vert, orange, marron, noir (…) agnostique, athée, musulman, juif… » : autant dire à partir de n’importe quoi ! Or, n’en déplaise à Marine Le Pen, le peuple français n’est pas n’importe quoi. Pour reprendre, à peu de choses près, la définition qu’en donnait De Gaulle (cité par Alain Peyrefitte, si nos souvenirs sont bons), le peuple français est, fondamentalement, un peuple celte enrichi d’apports romains (ainsi que grecs, à la marge) et germaniques.

 

Pour dire les choses plus brièvement, le peuple français est, fondamentalement, un peuple européen. Perdre de vue cette réalité fondatrice, c’est trahir ce qui fait l’identité des Français. Or, c’est ce que fait Marine Le Pen en affirmant que l’école peut « fabriquer » (quel langage !) des Français à partir de n’importe quelle population. Dans ces conditions, il ne faut donc pas s’attendre à ce qu’elle s’élève contre la politique d’immigration forcenée : puisque l’école peut « fabriquer » des Français à partir de n’importe quelle population, pourquoi s’inquiéter de l’afflux de millions d’immigrés extra-européens sur notre sol ? Il suffira de les faire passer par l’école que nous prépare Marine Le Pen et le tour sera joué !

 

HOSTILE À L’EURO, MARINE LE PEN EST-ELLE AU SERVICE DE WALL STREET ?

 

Ce qu’elle dit de l’euro, pour terminer, n’est pas plus acceptable. « On est les seuls à avoir critiqué l’euro en toutes circonstances », dit-elle dans son élégante expression orale. Et alors ? Faut-il vraiment s’en vanter ? Qu’on le veuille ou non, l’euro est aujourd’hui la monnaie des Français : en refusant de le défendre, Marine Le Pen refuse donc de défendre la monnaie des Français, ce qui ne manque quand même pas d’étonner de la part d’une femme qui se prétend « nationale ». De plus, comme nous nous sommes efforcés de le démontrer dans nos articles et commentaires regroupés sous la rubrique « Quand Wall Street attaque l’euro », ce qui se passe depuis plusieurs mois autour de la monnaie européenne n’est pas le fruit du hasard, mais résulte très vraisemblablement de la volonté de quelques financiers basés à New York de détruire l’euro pour restaurer la toute-puissance du dollar. Comment se fait-il que Marine Le Pen ne s’en rende pas compte, elle qui reproche à nos gouvernants d’être trop à la traîne des Etats-Unis ?

 

Dans un article publié le 21 juillet 2011 sur le site de Terre et Peuple, Pierre Vial indiquait que, d’après Robert Spieler, reprenant ici une information fournie par Les Dossiers du Canard enchaîné, Marine Le Pen recevait chaque semaine une dénommée Shana Aghion, officier de l’armée israélienne et travaillant pour une agence de sécurité israélienne accréditée par le ministère de la Défense israélien. Pierre Vial ajoutait que cette dame était donc, à l’évidence, un agent du Mossad. On aimerait savoir si Mme Aghion continue ses visites régulières à Marine Le Pen ; dans l’affirmative, cela expliquerait que cette dernière privilégie la lutte contre l’Islam au détriment de la lutte contre la démentielle politique d’immigration de masse, le « choc des civilisations » étant un thème central de la politique israélienne. Cela expliquerait également l’hostilité de Marine Le Pen à l’égard de l’euro, les milieux financiers de Wall Street étant largement apparentés à ceux que représente Mme Aghion, laquelle n’apprécie probablement pas les positions du FN sur la Libye et la Syrie, mais doit vraisemblablement considérer que des sacrifices sur ces deux points sont acceptables, compte tenu des bénéfices obtenus en ce qui concerne l’islamophobie et l’europhobie.

 

Tout ceci forme décidément un tableau bien sinistre et nous amène à poser à nouveau notre habituelle question : Marine Le Pen sert-elle vraiment la France ?... que nous compléterons aujourd’hui par l’interrogation suivante : Marine Le Pen est-elle au service de la France ou de…Wall Street ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article