Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

LA BANQUE PUBLIQUE D’INVESTISSEMENT A-T-ELLE VRAIMENT BESOIN DE LA BANQUE LAZARD ?

4 Septembre 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

Pierre-Moscovici-3.jpg

  

Extrait du site lefigaro.fr, le 31 août 2012 à 18 heures 53 : 

 

« BPI : MONTEBOURG ‘’REGRETTE’’ LE MANDAT CONFIÉ À LAZARD 

 

« (…) La Banque publique d'investissement (BPI) naît sur fond de polémique. Si François Hollande a annoncé ce vendredi qu'elle serait finalement créée ‘’dans les jours qui viennent’’, la polémique enfle depuis hier sur un possible conflit d'intérêts impliquant le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Celui-ci s'est vigoureusement défendu ce vendredi, à l'université d'été du Medef, critiquant la façon dont ce dossier avait été géré par le ministère de l'Économie.  

 

« Bercy a en effet confirmé jeudi avoir confié à la banque Lazard le soin de conseiller le gouvernement au sujet de la création de la BPI. Son PDG, Matthieu Pigasse, est pourtant également propriétaire des Inrockuptibles, et à ce titre patron de la compagne du ministre, Audrey Pulvar. L'UMP a appelé jeudi le gouvernement à ‘’dissiper’’ les soupçons de conflit d'intérêts.

 

« ’’Je regrette que cette décision ait été prise’’, a déclaré aujourd'hui Arnaud Montebourg lors de l'université d'été du Medef. ‘’Je ne la connaissais pas, je l'ai découverte, donc vous comprenez que je ne suis pas très content’’, a-t-il ajouté. ‘’Moi, je pense que c'est une très mauvaise idée’’, a-t-il poursuivi en rappelant que la décision avait été prise par le ministre de l'Économie Pierre Moscovici. ‘’La Banque publique d'investissement, je trouve qu'elle ne peut pas être réalisée par des banquiers, parce que faire une banque qui ressemblerait à d'autres banques, c'est vraiment pas ce que l'on cherche à faire’’, a-t-il expliqué.

 

« (…) De son côté, Pierre Moscovici assume. Il répète au Nouvel Observateur ce vendredi que le ‘’choix de la banque Lazard est un choix de l'administration, transparent, clair, sans intervention politique. Cette banque donnera un conseil technique, ce n'est pas elle qui dessinera la BPI’’.

 

« (…) Prévue à l'origine pour janvier 2013, puis annoncée à l'automne, la BPI ‘’sera créée dans les jours qui viennent’’, a déclaré le chef de l'État lors d'un discours à la foire de Châlons-en-Champagne (Marne). Promesse de campagne, cette banque publique devra « « permettre l'accès des entreprises au financement, en prêts comme en fonds propres’’ (…) ».

 

 

Le commentaire de ForumSi :

 

LA BANQUE PUBLIQUE D’INVESTISSEMENT A-T-ELLE VRAIMENT BESOIN DE LA BANQUE LAZARD ?  

 

Comme d’habitude, l’UMP est à côté de la plaque, car accuser Arnaud Montebourg de conflit d’intérêts (le patron de Lazard est également celui de la compagne de Montebourg), alors qu’il n’est pour rien dans le choix de Lazard comme conseil pour la constitution de la BPI, est proprement grotesque.

 

On dirait que l’UMP veut à tout prix éviter les vraies questions, à commencer par la première : pourquoi Lazard ? Comme c’est le ministre de l’Economie qui a piloté l’opération, de mauvais esprits vont nous suggérer que le choix de Lazard a été éventuellement influencé par des considérations communautaires. Mais Moscovici nous assure, quant à lui, que ce choix est « transparent » et « clair ». Tous ceux qui ont eu à travailler sur des appels d’offres publics ont pu constater, en effet, qu’ils sont le lieu préférentiel de la transparence et de la clarté, qui plus est revêtues de lin blanc et de probité candide.

 

Mais laissons là les mauvais esprits et leurs insinuations, car la question la plus importante est finalement la suivante : pourquoi fait-on appel à un consultant privé pour mettre en place la BPI ? N’y a-t-il pas, en effet, suffisamment de hauts fonctionnaires parfaitement compétents en matière financière, qui pourraient mener à bien ce chantier sans qu’il soit besoin de faire appel aux conseils d’un quelconque Lazard ?

 

On ne peut que répondre affirmativement à cette dernière question et en déduire que, si les socialistes atlantistes font ainsi appel à un intervenant privé, c’est pour des raisons qui n’ont éventuellement rien à voir avec les considérations techniques mises en avant par Moscovici. Mais quelles peuvent bien être ces raisons ? Faut-il imaginer, par exemple, qu’une partie de l’argent public qui va être versé à Lazard reviendra, d’une façon ou d’une autre, à des bénéficiaires occultes, selon un mécanisme apparenté à celui des rétro-commissions et qui, il y a quelques années encore, assurait le financement du PS via un bureau d’études ? Là encore, seuls de mauvais esprits peuvent imaginer des choses pareilles : mais alors, si ces mauvais esprits sont dans l’erreur, pourquoi cet appel à un intervenant privé dans le cadre du chantier de la BPI ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article