Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

BHL : APRÈS LA LIBYE, LA SYRIE ! ET APRÈS LA SYRIE, L’IRAN !

26 Octobre 2011 , Rédigé par forumsi Publié dans #Après la Libye - à qui le tour

Sarkozy et Kadhafi

 

Extrait du site italien d’information en ligne NoReporter le 20 octobre 2011 :

 

« Nous, domestiques des assassins

« UN AUTRE HOMICIDE INTERNATIONAL

 

« (…) les vautours des oligarchies usuraires ont assassiné Kadhafi. Il s’agit du second chef d’Etat légitimement et régulièrement en place assassiné après une invasion militaire étrangère. Nous, tueurs à gage en série avions déjà commencé avec Saddam Hussein. (…) nous [NDT : les Italiens] avons fourni les bases aériennes et les arguments mensongers que l’on attend des laquais. Honte à nous ! ».     

                                                                                                                                           (Traduit de l’italien par ForumSi)

 

Le commentaire de ForumSi :

 

BHL : APRÈS LA LIBYE, LA SYRIE ! ET APRÈS LA SYRIE, L’IRAN !

 

Une première remarque à propos de l’assassinat de Kadhafi concerne, bien entendu, la vision, sur le Web, de son cadavre tuméfié. Décidément, se dira-t-on, de la princesse de Lamballe -dont la tête, qui ne fut hélas ! pas la seule, fut exhibée au bout d’une pique par les partisans de la Révolution dite française- à la dépouille piétinée de Kadhafi, en passant par les corps également piétinés de Mussolini et Clara Petacci, ceux que soutiennent les défenseurs des Droits de l’homme se conduisent en général comme de sanguinaires sauvages. Où sont les « droits » en ces zones où règnent l’arbitraire et le crime ? Et où est l’« homme », lorsque l’on voit des comportements d’une telle barbarie ? On retiendra en tout cas que Kadhafi a tenu ses promesses : il est mort au combat et tous les crachats du monde ne lui enlèveront pas cet élément de noblesse !

 

Une seconde remarque concernera la façon dont il a été capturé, avant, semble-t-il, d’être assassiné d’une balle dans la tête. Les versions les plus officielles admettent maintenant que le convoi où il se trouvait a été stoppé -ce qui a ensuite permis la capture du chef d’Etat libyen- par une « frappe » (comme on dit dans nos médias aseptisés, pour éviter d’utiliser le mot traumatisant de « bombardement ») de l’OTAN. Et il semble que cette frappe ait été réalisée par des avions français…d’où la réaffirmation par nos autorités officielles que ceux-ci agissaient dans le cadre de la résolution de l’ONU visant à « éviter des massacres de civils » (comme si le convoi kadhafiste eût été sur le point de massacrer des civils !). On croit rêver devant tant d’hypocrisie : ceux qui tiennent de tels propos se rendent-ils compte qu’ils salissent l’honneur de l’armée française ? On regrettera également que Gérard Longuet, qui fut un grand militant nationaliste et a encore de beaux restes, se soit laissé embarquer dans cette affaire, alors qu’il était opposé à l’intervention en Libye (d’après un article du Monde paru au début de cette intervention, article qui signalait que l’état-major était également hostile à celle-ci). Tout au long des opérations, il a, certes, essayé de calmer le jeu, face à un Sarkozy va-t-en-guerre périodiquement remonté par Bernard-Henri Lévy, un Sarkozy qui, à l’évidence, voulait l’élimination de Kadhafi (et qui ose maintenant affirmer sans honte que l’« on ne saurait se réjouir de la mort d’un homme » !), et ces tentatives de calmer le jeu sont à mettre à l’actif de Longuet : mais pourquoi donc n’a-t-il pas démissionné ?

 

Une troisième remarque, enfin, concerne les déclarations de Bernard-Henri Lévy, conseiller diplomatico-militaire de Sarkozy, sur France inter, le lendemain de l’assassinat de Kadhafi. Interrogé par Patrick Cohen, qui lui demandait en substance, « et maintenant à qui le tour ? », B.-H. Lévy répondait, à peu de choses près, « c’est au tour d’Assad, bien sûr, mais surtout d’Ahmadinejad », laissant entendre qu’il se réjouirait si l’on pouvait s’en prendre à l’Iran sans passer par la « case » Syrie.

 

Ceux qui se demandaient pour quelles raisons la France avait -largement- contribué à agresser la Libye et donné ainsi le pouvoir à des islamistes totalement décomplexés (un brillant résultat dont on attend avec impatience la justification…) obtiennent ainsi la réponse principale : la Libye ne constituait qu’un galop d’essai avant des opérations plus « sérieuses », si l’on peut dire, en Syrie, et, surtout, en Iran. D’où une nouvelle question : en quoi la défense des intérêts légitimes de la France et de l’Europe justifierait-elle que l’armée française participe à d’éventuelles opérations contre la Syrie et l’Iran ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article