Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

APRÈS LE VOTE DU 29/11, ISRAËL PROVOQUE LES PAYS DU «OUI» À LA PALESTINE

17 Décembre 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #Vive la Palestine !

Palestine-France.jpg

 

Revenons aujourd’hui sur les suites données par Israël au vote historique du 29 novembre, suites dont d’autres éléments d’actualité nous avaient amenés à différer le commentaire.

 

Extrait du site lemonde.fr, le 3 décembre 2012 à 12 heures 31 :   

 

« ISRAËL MULTIPLIE LES REPRÉSAILLES CONTRE LES PALESTINIENS  

 

« (…) les dirigeants israéliens ont pris le risque d'une confrontation politique avec les Palestiniens, coupables à leurs yeux d’avoir obtenu de l'Assemblée générale des Nations unies le statut d'Etat observateur non membre pour la Palestine. Ce faisant, Israël prend aussi celui d'une tension diplomatique avec plusieurs pays européens, en particulier la France et la Grande-Bretagne, qui devaient coordonner, lundi 3 décembre, une réplique commune aux intentions israéliennes.

 

« Après avoir décidé, le 30 novembre, à titre de représailles, une relance spectaculaire de la colonisation en Cisjordanie, le gouvernement Nétanyahou a franchi un cran supplémentaire, dimanche, en annonçant le blocage du transfert du produit des taxes et droits de douane qu'il perçoit chaque mois pour le compte de l'Autorité palestinienne.

 

« Une somme de 460 millions de shekels (92,7 millions d'euros), qui devait être versée en décembre, sera retenue, afin de rembourser une dette palestinienne à la compagnie nationale d'électricité (dont le montant total serait de 140 millions d'euros), a indiqué Youval Steinitz, ministre des finances israélien, (…) alors que le premier ministre, tout en confirmant la décision de construire 3 000 nouveaux logements en Cisjordanie, tenait des propos très offensifs envers les Palestiniens.

 

« NOUS BÂTISSONS ET NOUS CONTINUERONS À BÂTIR À JÉRUSALEM 

 

« "La réponse à l'attaque contre le sionisme et contre l’Etat d’Israël doit nous conduire à augmenter et à accélérer la mise en œuvre des plans de construction dans toutes les zones où le gouvernement a décidé de bâtir", a souligné M. Nétanyahou, (…). (…) il a ajouté : "Aujourd’hui, nous bâtissons et nous continuerons à bâtir à Jérusalem et dans tous les lieux qui sont inscrits sur la carte des intérêts stratégiques de l’Etat d’Israël."

 

« (…) La "carte des intérêts stratégiques" évoquée par M. Nétanyahou fait référence à la zone dite "E-1", comprise entre Jérusalem-Est et le bloc de colonies de Maalé Adoumim, où, selon le quotidien Haaretz, il est prévu de construire 4 000 autres logements (…).

 

« Cette dernière décision revêt un caractère hautement stratégique, dans la mesure où elle créerait une continuité territoriale israélienne à l'est de Jérusalem, coupant de facto la Cisjordanie et rendant improbable la viabilité d'un Etat palestinien. (…).

 

« PARIS ET LONDRE ENVISAGENT UNE RÉPLIQUE SANS PRÉCÉDENT

 

« Alors que le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé qu'une telle "nouvelle zone de colonisation" "saperait la confiance nécessaire à la reprise du dialogue" (avec les Palestiniens), son homologue britannique, William Hague, a indiqué que ce projet "saperait la réputation internationale d'Israël". Les deux pays ont protesté auprès du ministère des affaires étrangères israélien par le biais de leurs ambassadeurs respectifs, alors que l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Union européenne ont effectué des démarches similaires.

 

« Paris et Londres devaient continuer leur concertation lundi pour envisager une "réaction vigoureuse". Selon des sources diplomatiques, celle-ci pourrait aller jusqu'au rappel "pour consultation" de leurs ambassadeurs en Israël, ce qui représenterait une réplique sans précédent pour des pays européens. Pour cette raison, d'autres mesures sont étudiées, comme la reconnaissance diplomatique formelle, sur le plan bilatéral, de l’Etat de Palestine, une option qui n'est pas liée à la reconnaissance par l'Assemblée générale de l'ONU. (…) ».

 

Le commentaire de ForumSi :

 

APRÈS LE VOTE HISTORIQUE DU 29 NOVEMBRE, ISRAËL PROVOQUE LES PAYS DU « OUI » À LA PALESTINE

 

Comme nous le notions dans notre commentaire du 30 novembre, Israël a reçu une énorme gifle lors du vote historique du 29 novembre de l’Assemblée générale de l’ONU, accordant le statut d’Etat-observateur à la Palestine. Rappelons en effet que, sur 193 pays membres, 138 ont voté « oui » au projet de résolution en faveur de ce statut, et que le « non » n’a recueilli, quant à lui, que les suffrages de neuf Etats. Encore rappellera-t-on que, sur ces neuf Etats, cinq sont des micro-pays faisant partie de la clientèle des Etats-Unis, dont ils vivent des subsides. Il n’y a donc eu que quatre Etats dignes de ce nom pour soutenir Israël : les Etats-Unis, le Canada, la République tchèque et, bien entendu, Israël lui-même.

 

Pour les dirigeants sionistes, il s’agit donc d’une colossale défaite diplomatique, une colossale défaite diplomatique que l’insupportable Netanyahu ne pouvait laisser passer sans réagir avec sa mauvaise foi et sa brutalité habituelles. Le blocage du produit de taxes perçues pour le compte des Palestiniens était déjà évoqué, comme une sérieuse éventualité, dans notre commentaire du 30 novembre. Répétons-le : il s’agit là d’un acte de piraterie, même s’il est habillé du prétexte du paiement d’une dette palestinienne à la compagnie nationale d’électricité israélienne. Comment se fait-il, en effet, qu’Israël ait attendu les lendemains du vote du 29 novembre pour se soucier du recouvrement de soi-disant créances de ses électriciens ?

 

FACE AUX PROVOCATIONS ISRAÉLIENNES, LA FRANCE SE DOIT DE RÉAGIR VIGOUREUSEMENT

 

Mais le plus grave n’est pas là. Le plus grave, c’est le projet de colonisation de la zone « E-1 », qui aurait pour conséquence, nous dit Le Monde, de couper la Cisjordanie et d’obérer ainsi lourdement l’avenir du nouvel Etat palestinien. Ce faisant, Israël accentuerait plus encore, si c’est possible, ses provocations à l’égard des 138 pays ayant voté « oui » le 29 novembre.

 

Mais les provocations déjà effectives, comme la construction, toujours en Cisjordanie, d’une première tranche de 3 000 logements destinés aux colons juifs, ou, comme on vient de le voir, la saisie de taxes perçues pour le compte des Palestiniens, devraient d’ores et déjà être suffisantes pour entraîner une réaction vigoureuse des Etats ainsi provoqués, à commencer par la France. L’article du Monde, qui date du 3 décembre, nous indique d’ailleurs qu’une « réplique sans précédent » était envisagée par Paris. Mais, depuis cette date, on n’entend plus parler de grand-chose : cela serait-il dû à l’action, dans la coulisse, d’un quelconque lobby ?

 

Une absence de réaction rapide et vigoureuse serait dommageable pour l’image de notre pays, alors que la reconnaissance, par la France, de la Palestine comme Etat-observateur à l’ONU était tout à son honneur, et a constitué une « divine surprise », pour reprendre la formule célèbre utilisée par Charles Maurras pour saluer l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain. Le rappel de notre ambassadeur serait dans la logique des choses, de même que la reconnaissance formelle, par notre diplomatie, de l’Etat de Palestine. Du reste, pourquoi devrions-nous nous contenter d’un rappel, « pour consultation », de notre ambassadeur ? C’est un rappel pur et simple qui est souhaitable : à quoi cela rime-t-il, en effet, entretenir des relations diplomatiques avec un Etat qui, à l’évidence, n’est rien d’autre qu’un Etat-pirate ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article