Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

APRÈS LA LIBYE, L’IRAN ? GÜNTER GRASS, NOBEL DE LITTÉRATURE, MÉRITE MAINTENANT LE NOBEL DE LA PAIX !

17 Avril 2012 , Rédigé par forumsi Publié dans #Après la Libye - à qui le tour

  Gunter-Grass.jpg

  

Extrait du figaro.fr du 12 avril 2012 à 18 heures 24 :

 

« GÜNTER GRASS ATTISE LA POLÉMIQUE

 

« La polémique provoquée par Günter Grass avec Israël s'est muée en feuilleton à rebondissements. Jeudi, dans une nouvelle tribune publiée par la Süddeutsche Zeitung, l'écrivain allemand a fustigé la décision d'Israël de le déclarer persona non grata, comparant l'attitude de l'État hébreu à celle de la Stasi, la police secrète est-allemande. Depuis la publication, la semaine passée, de son poème controversé sur l'Iran et Israël, l'auteur du Tambour a été lâché par de nombreux intellectuels et ténors de la classe politique allemande, qui ­jugent cependant disproportionnée la réaction de Tel-Aviv.

 

« ‘’J'ai été interdit trois fois de territoire dans un pays’’, écrit Grass, 84 ans, rappelant que cela avait été déjà le cas en RDA communiste et en Birmanie en 1986. ‘’Dans ces deux cas ont été appliquées les pratiques habituelles dans les dictatures. Et maintenant c'est le ministre de l'Intérieur (…) de l'État d'Israël, qui me punit par une interdiction de territoire’’ s'insurge-t-il. (…).

 

« ‘’La RDA n'existe plus, rappelle Grass, en poursuivant son réquisitoire. Mais le gouvernement d'Israël, en tant que puissance atomique de dimension incontrôlée, se conçoit de façon autoritaire et n'est pas réceptif pour l'instant aux exhortations. (…).

 

« En 2006, Grass, connu pour ses positions de gauche, avait reconnu tardivement avoir fait partie dans sa jeunesse des Waffen SS (…), lui qui avait pourtant souvent renvoyé l'Allemagne à son passé nazi. Le ministre israélien de l'Intérieur, Eli Yishaï (du parti ultraorthodoxe Shass), a riposté, jeudi, en proposant à Grass une rencontre en ‘’territoire neutre’’. Se disant fier de défendre un ‘’régime sage, fier de sa politique, de sa force et de son caractère juif’’, Yishaï a regretté de ne pas avoir prononcé son interdiction plus tôt : ‘’Si Grass trouve un intérêt à cesser l'écriture de poèmes antisémites, je lui expliquerai volontiers pourquoi un homme qui s'est enrôlé volontairement dans les escadrons de la mort nazis de Heinrich Himmler n'a aucun droit de séjourner dans un pays dont il a participé à l'extermination du peuple.’’».

 

 

Le commentaire de ForumSi :

 

APRÈS LA LIBYE, L’IRAN ? GÜNTER GRASS, NOBEL DE LITTÉRATURE, MÉRITE MAINTENANT LE NOBEL DE LA PAIX !

 

Dans son poème, Günter Grass s’en prend à l’attitude aventuriste d’Israël à l’égard de l’Iran, dont il menace régulièrement de détruire les installations nucléaires, soupçonnées de pouvoir être utilisées pour la fabrication d’armes atomiques. Mais, de quel droit les Israéliens menacent-ils ainsi l’Iran, alors que, pour nombre d’observateurs avertis, Israël est la première puissance nucléaire de la région ? Et de quel droit les alliés atlantistes des Israéliens s’appuient-ils, dans leur campagne contre l’Iran, sur les règles juridiques et procédures de fonctionnement des instances internationales, alors qu’Israël méprise allègrement toutes les résolutions de l’ONU le concernant depuis au moins 45 ans ?

 

EST-CE VRAIMENT L’IRAN QUI MENACE LA PAIX DU MOYEN-ORIENT ?

 

M. Eli Yishaï, ministre israélien de l’Intérieur, se déclare « fier de la politique et de la force » d’Israël : qu’en pense le peuple palestinien, dont les droits les plus élémentaires sont totalement bafoués par les Israéliens depuis au moins 65 ans ? N’est-ce pas là, plutôt que du côté de la supposée bombe iranienne, qu’il convient de rechercher ce qui menace la paix de la région et celle du monde ? Qu’en pensent les « gaullistes » de l’UMP, dont le candidat-président Sarkozy affirmait il y a peu, lors de son discours de Villepinte, que la défense de la sécurité d’Israël était le point central de sa politique étrangère ? Et qu’en pensent les « pacifistes » du PS, ainsi que la « nationale » (paraît-il) Marine Le Pen, qui avouait il y a quelques jours, dans les colonnes du Monde, qu’elle trouvait « compliquées » les questions de politique étrangère ? Si ces questions sont effectivement trop « compliquées » pour elle, ce qui peut se comprendre, nous sommes en mesure de donner à Marine Le Pen un très bon conseil, qui lui permettrait de se libérer de toute complication : qu’elle cesse -définitivement !- de faire de la politique, ce qui serait une excellente chose pour la France, pour l’Europe, et aussi pour…le Front national lui-même, qui éviterait ainsi le risque, par exemple, de manipulations éventuelles par des envoyés très spéciaux, pas nécessairement français, mais qui, quant à eux, ne s’épanouissent que dans la complication, voire la complexité.

 

On relèvera avec amusement les connaissances historiques très incertaines du ministre israélien de l’Intérieur : non, M. Yishaï, les Waffen SS n’étaient ni des tortionnaires, ni des gardiens de camps, mais des combattants ! Et c’est pour combattre que Günter Grass s’y est engagé en 1944, de même que le regretté François Brigneau s’est engagé, la même année, dans la Milice française. On peut critiquer ces engagements, mais on notera que les intéressés n’avaient rien à y gagner, compte tenu du moment choisi. Il y avait du panache à s’engager ainsi, à ce moment-là : alors, chapeau bas devant ces mousquetaires du XXème siècle ! Et à ceux qui penseraient qu’un tel engagement empêche de considérer Günter Grass comme un homme de Gauche, nous rappellerons le cas de Nicola Bombacci (l’un des fondateurs, avec Gramsci, du Parti communiste italien), qui, toujours à la fin de la Dernière Guerre mondiale, s’engagea résolument en faveur de la République sociale italienne de Mussolini parce que, disait-il alors, « les fascistes sont les seuls à combattre le capitalisme anglo-saxon les armes à la main » : on aurait beaucoup amusé Bombacci en lui disant qu’il n’était pas un homme de Gauche…En tout cas, on retiendra de son exemple que les réalités historiques sont souvent beaucoup plus complexes (voilà qui va encore gêner Marine Le Pen) que ce qu’en montrent les productions hollywoodiennes ou que ce que les époux « Aubrac » ont pu en raconter aux malheureux écoliers français, soumis dès leur plus jeune âge au formatage du politiquement correct.  

 

LA SEULE SOLUTION, C’EST LA DÉNUCLÉARISATION TOTALE DE LA RÉGION

 

Si nous revenons maintenant à la question résultant, selon les dirigeants et médias atlantistes, de la mise au point d’armes nucléaires par l’Iran, nous rappellerons ce que nous écrivions dans notre commentaire du 1er décembre 2011 : il est vrai que la présence d’armes nucléaires au Moyen-Orient peut être considérée comme une grave menace pour la paix dans cette région ; mais alors, pourquoi ne pas œuvrer pour l’interdiction totale des armes nucléaires dans tous les pays concernés, y compris Israël, comme l’avait proposé Vladimir Poutine il y a déjà plusieurs mois ?

 

Il reste qu’en soulevant le problème posé par l’aventurisme militaire israélien, Günter Grass a fait montre d’un courage peu commun de nos jours. Ce faisant, il a non seulement sauvé l’honneur de la Gauche allemande, mais aussi celui des intellectuels européens, aujourd’hui trop majoritairement réfugiés dans un conformisme confortable dont son attitude devrait leur faire honte. Günter Grass leur a montré le chemin de l’éveil et mérite d’en être récompensé : après le prix Nobel de littérature, pourquoi pas le prix Nobel de la paix ?   

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article