Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

AFFAIRE CLÉMENT MÉRIC : LA VICTIME "A HEURTÉ UN PLOT"

6 Juin 2013 , Rédigé par forumsi Publié dans #L'affaire Clément Méric

Antifa_fondo-magazine.jpg

 

Extrait du site orange.fr le 6 juin 2013 à 10 heures 25 (AFP) :

 

« UN MILITANT D’EXTRÊME GAUCHE DANS UN ÉTAT DÉSESPÉRÉ APRÈS UNE BAGARRE À PARIS        

 

« Un militant d'extrême gauche restait dans un état désespéré jeudi matin après avoir reçu un coup lors d'une bagarre avec des skinheads à Paris, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dénonçant "une violence qui porte la marque de l'extrême droite".

 

« (…) Plusieurs rassemblements étaient prévus jeudi, dont l'un à 18H00 place Saint-Michel à Paris, à l'appel du Parti de Gauche, coprésidé par Jean-Luc Mélenchon. Harlem Désir(PS) et Pierre Laurent (PCF) ont annoncé que leurs partis se joindraient à la manifestation. (…).

« Lors d'une bagarre entre "deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d'ordre politique" dans le quartier de la gare Saint-Lazare, "un militant d'extrême gauche a été très violemment frappé par plusieurs skinheads", a précisé Manuel Valls.

« L'enquête devra déterminer les circonstances exactes de cette bagarre qui serait survenue entre les deux groupes à la sortie d'une vente privée de vêtements.

« Ce jeune homme de 18 ans, Clément Méric, a été "transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière" où il était dans la nuit "dans un état désespéré", poursuit le ministre (…).

 

« Le Parti de gauche affirme que la victime, un étudiant de Sciences Po "connu pour son engagement contre l'extrême droite", a été "violemment frappée au sol par un groupe de plusieurs militants d'extrême droite, manifestement du Groupe JNR (Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires)" et "laissé inanimé". (…).

« Dans un entretien téléphonique avec l'AFP jeudi matin, Serge Ayoub, leader des JNR, a réfuté toute implication de son groupe dans cette bagarre. "C'est absolument faux", a-t-il dit, ajoutant que la bagarre avait été initiée par les militants d'extrême gauche.

« Une source policière a confirmé mercredi soir que la victime gravitait "dans la mouvance d'extrême gauche antifasciste". (…).

 

« Selon cette source, cette vente de vêtements privée était organisée mercredi rue Caumartin (IXe arr.) à laquelle assistaient plusieurs personnes, dont la victime qui était avec trois autres camarades.  

« Trois jeunes gens "de type skinhead", dont une femme, sont arrivés dans les lieux et il y a eu invectives, bousculades et échanges de mots entre ces deux groupes de jeunes, selon les premiers éléments de l'enquête confiée au 1er district de police judiciaire (DPJ).

« Toujours selon les premiers éléments de l'enquête, les skinheads sont sortis et ont attendu, (…) devant le magasin, ce groupe de quatre jeunes gens avec qui il y avait eu des échanges "très houleux". La victime "a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain et a chuté sur la chaussée en heurtant un plot au passage".

 

« Marine Le Pen, présidente du FN a assuré jeudi que son parti n'avait "aucun rapport, ni de près ni de loin" avec "ces actes inadmissibles et insupportables. (…) ».

 

Le commentaire de ForumSi :

 

AFFAIRE CLÉMENT MÉRIC : LA VICTIME "A HEURTÉ UN PLOT"

 

On passera charitablement sur la réaction de Marine Le Pen qui, comme d’habitude, n’est pas à la hauteur de la situation dès lors que celle-ci se dramatise. La moindre des choses eût été, en effet, que la dirigeante du Front national se penchât sur la matérialité des faits, plutôt que de chercher, sans plus attendre, à dédouaner son parti, auquel d’ailleurs personne ne reproche strictement rien : lorsque l’on prétend vouloir gouverner la France, il faut quand même faire preuve d’un minimum de sang-froid, ce qui ne semble guère être le cas de Marine Le Pen, en l’occurrence…

 

Car la matérialité des faits est intéressante et aurait dû retenir l’attention de cette responsable politique que prétend être Marine Le Pen. Que peut-on retenir, en effet, de l’article dont nous publions des extraits ci-dessus. Tout d’abord, qu’il y a eu un vif échange verbal entre des skinheads et un groupe de militants d’extrême gauche, dont Clément Méric, visiblement proches de la mouvance antifasciste dite « Antifa ». Or, si les skinheads ne sont pas forcément des tendres, il en va de même pour les « antifas », et il n’est donc guère étonnant que les deux groupes en soient passés de l’échange d’injures à l’échange de coups.

 

C’est à cette occasion que Clément Méric a reçu un coup qui, d’après les premiers éléments de l’enquête, l’a projeté sur la chaussée « en heurtant un plot au passage ». C’est donc, semble-t-il, ce plot qui a provoqué la gravité de ses blessures et non le coup porté par son adversaire. « Il a été battu à mort par des skinheads » nous disent les gros médias « républicains » : cette façon de présenter les choses semble donc particulièrement malhonnête, puisque, comme on vient de le voir, il y a, dans la grave blessure reçue par Méric, un indéniable facteur accidentel.

 

On ne peut guère en dire plus pour le moment : attendons de nouvelles informations, qui nous diront peut-être comment il se fait, par exemple, que les deux groupes se soient retrouvés face à face à l’occasion d’une vente de vêtements prisés des skinheads, semble-t-il (si tel est le cas, pourquoi les antifas étaient-ils présents à cette vente ?). Et rejetons les provocations, celles d’un Pierre Bergé par exemple, qui dit vouloir un million de personnes dans les rues de Paris « contre le fascisme » : il y a là des accents de guerre civile que nous ne pouvons accepter !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article