Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

L’EUROPE AGRESSÉE PAR LA TURQUIE : LA RÉACTION DE GABRIELE ADINOLFI

6 Mars 2020 , Rédigé par forumsi Publié dans #Vive l'Europe impériale !

Excédés, des habitants de l’île de Lesbos manifestent contre la construction d’un centre pour « migrants »

Excédés, des habitants de l’île de Lesbos manifestent contre la construction d’un centre pour « migrants »

La politique agressive de la Turquie à l’égard de l’Europe est plus que jamais à l’ordre du jour. Le 11 février, nous avions publié un petit communiqué pour attirer l’attention de nos lecteurs sur la montée des tensions en Méditerranée orientale, en particulier entre la France et la Turquie. La question paraissait tellement d’actualité que, deux semaines plus tard, l’examen des principaux aspects de la politique turque faisait l’objet d’une réunion des Lansquenets, le 24 février à Paris. Quelques jours après, la situation s’envenimait en Syrie et Erdogan se livrait à un véritable chantage contre l’Union européenne, à coup de « migrants » (cf. notre communiqué du 1er mars). Ce à quoi réagit Gabriele Adinolfi dans le texte ci-dessous, qu’il nous a fait l’amitié de nous communiquer.-ForumSi

 

UN « ACTE DE GUERRE CONTRE » L’EUROPE

 

« La pression, depuis la frontière turque, d'immigrants vers la Grèce est clairement un acte de guerre.

 

Il s'agit certainement d'un acte d'hostilité à l'égard d'Athènes, mais cela fait partie d'une stratégie beaucoup plus large.

 

La Turquie, comme l'ont également fait la Russie et l'Iran, a récemment gagné de l'espace et du pouvoir dans les régions du Proche-Orient, ce depuis que les Américains, privilégiant les scénarios du Pacifique, y ont réduit leur présence, sans que les Européens, divisés et querelleurs, y aient gagné du terrain : ils en ont même perdu.

 

Ankara, avec sa stratégie néo-ottomane, vise à se présenter comme le protecteur de l'épée de Mahomet. Ainsi, en Syrie et en Libye, la Turquie soutient les milices djihadistes et se présente comme le pouvoir de référence des Frères musulmans, surtout pour déstabiliser l'Égypte.

 

Pour cette raison, l'alliance avec la Russie a échoué en Syrie avec la bataille d'Idleb, et aussi en ce qui concerne la Libye, où Ankara a débarqué des troupes en soutien au candidat fondamentaliste Sarraj, tandis que Moscou, et cette fois aussi l'UE, a préféré le nationaliste Haftar.

 

La stratégie turque se tourne également vers les Balkans et cela l'a placée dans des conditions de friction avec la Russie à propos de ses intrusions en Serbie.

 

Erdogan a l'intention d'utiliser la menace des vagues terroristes et migratoires pour faire chanter l'Europe et maintenir les épidémies islamistes en vie dans ses grandes villes.

 

Il s'agit d'une menace sérieuse, même si défier la Russie, l'Iran, l'Europe et l'Égypte simultanément peut paraître excessif.

 

De plus, la Turquie n'est pas seule. Elle bénéficie du soutien britannique, renforcé récemment avec l'élection de Boris Johnson (dont l'arrière-grand-mère était un esclave caucasien de l'Empire ottoman), qui, au lendemain du Brexit, a proposé à Erdogan d'améliorer encore les relations entre leurs deux nations.

 

Étant donné que les services britanniques ont été parmi les premiers animateurs du fondamentalisme religieux, que les Britanniques sont à l'origine de la naissance des Frères musulmans et que leurs intérêts sont opposés à ceux que nous, Européens, considérons comme nôtres, Ankara bénéficie du soutien de Londres. A la fois sur le terrain (les armes des djihadistes sont souvent venues de Grande-Bretagne, ainsi que des financements abondants), et sur celui, plus important, du parapluie politique et diplomatique.

 

Cela a amené les Turcs à faire le projet d'étendre leur influence à la Moldavie et à l'Ukraine, en parfait alignement avec les Britanniques, lesquels jouent la stratégie de la tension à l'Est pour empêcher tout rapprochement russo-allemand.

 

La pression des immigrants en Grèce fait partie de tout ce jeu et n'est donc pas un fait isolé. »

 

Gabriele Adinolfi 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article