Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

LÉGISLATIVES ESPAGNOLES : L’ENVOLÉE DE VOX ET LA REVANCHE DE FRANCO

12 Novembre 2019 , Rédigé par forumsi Publié dans #Vive l'Europe impériale !

Santiago Abascal, leader de Vox

Santiago Abascal, leader de Vox

Décidément, les « populismes » n’en finissent pas de secouer le vieux monde. Après l’Ombrie et la Thuringe (cf. notre article du 1er novembre), c’est au tour de l’Espagne de créer, en Europe, ce qui n’est plus vraiment une surprise, tant on s’est habitué maintenant aux fortes et brutales progressions de ce que les gras médias qualifient abusivement d’« extrême droite ». Nous disons « abusivement », parce que les mouvements en cause, ce n’est pas encore le Pérou ; mais ils vont toutefois dans la bonne direction, et de cela, nous ne pouvons que nous féliciter.

 

On a en effet enfin appris les résultats définitifs des Législatives espagnoles qui se sont déroulée le dimanche 10 (cf. l’article ci-dessous). En résumé : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du premier ministre Sanchez se tasse légèrement (de 123 à 120 députés, sur un total de 350), alors que ledit Sanchez espérait une forte progression ; le Parti populaire (PP, droite) remonte, de 66 à 88 sièges ; la coalition de la gauche radicale Podemos chute de 42 à 35 sièges ; quant aux libéraux de Ciudadanos, ils s’effondrent, passant de 57 à 10 députés.

 

Le résultat le plus marquant est évidemment celui du parti populiste Vox, qui, avec plus de 3,5 millions de voix (15 % des suffrages exprimés) passe de 24 à 52 sièges au Parlement espagnol. Cette fabuleuse progression de + 117 % en nombre de sièges est bien évidemment due à la politique migratoire de Sanchez, que les Espagnols ont de plus en plus de mal à supporter, mais aussi aux tensions persistantes en Catalogne, qui ont bénéficié à Vox, intraitable sur le terrain de l’unité nationale.

 

On peut aussi penser que le scandaleux transfert de la dépouille mortelle de Franco, il y a quelques jours, n’est pas étranger à la claque reçue par Sanchez, de nombreux Espagnols n’ayant probablement pas apprécié cet acte ignoble et de division de la nation. C’est la revanche de Franco, en quelque sorte, et Sanchez se retrouve maintenant dans une situation fort délicate, la fragmentation du Parlement et l’absence de majorité de gauche rendant très problématique la formation d’un nouveau gouvernement dirigé par lui. Comme quoi, ça ne paie pas d'injurier les morts, surtout quand un nain s'en prend à un géant !

 

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article