Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

ITALIE : L’ANALYSE DE GABRIELE ADINOLFI

8 Septembre 2019 , Rédigé par forumsi Publié dans #Vive l'Europe impériale !

ITALIE : L’ANALYSE DE GABRIELE ADINOLFI

Texte de Gabriele Adinolfi communiqué à ses « amis français » le 4 septembre 2019 :

 

« FRANCHEMENT, C’EST DIFFICILE »

 

« Chers amis,
 

Certains d'entre vous m'ont demandé ce qui se passe en Italie.
Entre-temps, même en France, j'ai lu plusieurs analyses qui semblent très informées, qui parlent de manœuvres et de complots pour éliminer Salvini. Certaines personnes expliquent également qui aurait coulé le gouvernement et pourquoi.

 

Je ne nie pas qu'il existe de puissants pouvoirs, des groupes de pression, des tentatives d'influencer les gouvernements nationaux par divers centres internationaux. C'est un fait. On oublie cependant que c'est Salvini et non ses adversaires qui a renoncé au gouvernement.
Pourquoi ? On n'arrive toujours pas à comprendre. Probablement Salvini, au sommet de sa popularité, pensait que, si le gouvernement tombait, on irait immédiatement aux élections. S'il y pensait vraiment c'était une erreur impardonnable pour un politicien qui vit la politique italienne et connaît son histoire récente. Une heure plus tard, une nouvelle majorité était déjà apparue, entre 5 étoiles, PD et extrême gauche. Cela impliquera un nouveau gouvernement dirigé par le lobby des LGBT et celui de l'exploitation des immigrants. Il y aura probablement aussi d'autres lois particulièrement désagréables, sur la trace de la loi Gayssot.

 

Il n’est pas correct de dire, comme j’ai lu, que ce gouvernement a été voulu par Bruxelles ; il est plus juste de dire que toutes les centrales internationales se sont immédiatement activées pour en profiter. Même Trump a ouvertement soutenu le nouveau gouvernement.
 

Si nous voulons trouver une raison pour cette alliance qui exclut la Ligue, il faut la rechercher dans la relation entre l'Italie et la Chine, concernant la Route de la Soie. Cette relation, qui a provoqué la colère de Macron, a été gérée par les 5 Etoiles et également par la Ligue. La Ligue était soucieuse de préserver les intérêts nationaux italiens, peut-être au-delà des limites autorisées. Salvini, dans ce contexte, est entré dans un domaine dans lequel faisait la loi Romano Prodi, un homme politique démocrate de gauche ayant une grande influence dans le monde qui compte et qui a l'intention de devenir le prochain président de la République. Sur la Route de la Soie, il ne tolère pas la concurrence.
 

En tout cas, tout cela se produit après que Salvini a renoncé au gouvernement.
On me demande : y a-t-il des chances que nous allions voter bientôt et que Salvini gagne les élections ? Franchement c'est difficile. La première disposition annoncée par le nouveau gouvernement est la réforme de la loi électorale prévoyant la suppression de la prime majoritaire. Cela empêcherait Salvini de gagner seul même si on votait aujourd'hui alors que son parti est actuellement le premier dans les sondages (mais il perd un peu). Cependant, on votera probablement dans trois ans et demi, et la situation aura changé, difficilement au bénéfice de la Ligue.

 

Après la chute de Strache en Autriche, l'erreur de Salvini en Italie marque pour le moment la fin des gouvernements dits de façon incorrecte « souverainistes » en Europe occidentale.
C'est simplement une donnée à prendre en compte, pas la raison d'un découragement qui n'a aucune raison d'exister. »

 

Le commentaire de ForumSi :

 

SUR L’ANALYSE DE GABRIELE ADINOLFI CONCERNANT LA CRISE ITALIENNE

 

Dans notre article du 28 août, nous notions que la coalition gouvernementale formée il y a peu en Italie entre 5S et PD était on ne peut plus fragile, ce qui pourrait profiter à Salvini. Dans son analyse ci-dessus, notre camarade Adinolfi se montre néanmoins très inquiet en ce qui concerne l'avenir immédiat. Nous lui avons toutefois indiqué que, d'après Le Monde, le nouveau gouvernement italien n'était pas assuré de recevoir la confiance du Sénat. Là, notre camarade admet que certains 5S peuvent lâcher Conte, en raison de certaines incitations financières dont ils seraient les bénéficiaires directs. Ce n'est certes pas brillant, mais ça ne serait pas la première fois que, d'un mal, pourrait éventuellement naître un bien : alors, une fois encore, croisons les doigts !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article