Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

LE RN, MARION MARÉCHAL ET LA CRISE DES RÉPUBLICAINS

15 Juin 2019 , Rédigé par forumsi Publié dans #La France aux Français !

Marion Maréchal sur LCI, le 2 juin 2019

Marion Maréchal sur LCI, le 2 juin 2019

Marion Maréchal sur LCI, le 2 juin 2019

 

Le dimanche 2, Marion Maréchal était l’invitée-vedette de LCI, où elle était venue délivrer son analyse des Européennes. On peut être un peu étonné de voir ainsi quelqu’un qui s’est volontairement mis en retrait de la vie politique, et qui ne s’est nullement impliqué dans cette élection, venir expliquer ce qui doit être maintenant fait pour obtenir une progression du camp national.

 

Cette remarque étant posée, on retiendra pour l’essentiel que, d’après le premier article ci-dessous, Marion Maréchal « considère que le RN est une pièce nécessaire, mais sans doute pas suffisante de la grande alliance qu’elle appelle de ses vœux. ‘’J’estime, dit-elle, que malheureusement, et je le regrette, le Rassemblement national ne peut pas capter à lui seul l’ensemble des personnalités politiques, des élus ou même des électeurs’’ ».

 

Pour débloquer la situation, la jeune femme souhaite la constitution d’une « ‘’grande coalition’’ entre la ‘’droite populaire’’ issue du parti LR et le Rassemblement national. » Mais de quelle « droite populaire » s’agit-il ? Cela fait déjà un certain temps que ce qui pouvait rester de « droite populaire » au sein des Républicains a quitté ce parti pour militer ou, à tout le moins, voter RN. Les derniers en date étant ceux qui ont voté Bardella lors des Européennes du 26 mai.

 

Ceux qui sont alors restés, ont voté Bellamy. Et l’on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une « droite populaire », mais plutôt d’une droite traditionnelle, attachée à un ordre sociétal que nous défendons nous aussi, mais malheureusement partisane en même temps d’un libéralisme économique dont le développement détruit méthodiquement cet ordre sociétal qu’elle prétend défendre.

 

L’AVENIR N’EST ÉCRIT NULLE PART

 

Idéalement, dans le cadre d’un accord idéologique avec le Rassemblement national, cette droite traditionnelle devrait donc laisser tomber le libéralisme au profit du dirigisme économique. En contrepartie, elle devrait pouvoir compter sur le RN pour que le retour à l’ordre sociétal soit placé au cœur du projet commun, ce qui devrait être possible, tant le Rassemblement a fait des progrès dans cette direction-là, en particulier depuis le départ de Philippot. Dans cette optique, il faudra bien en arriver, par exemple, à remettre en cause la légalisation de l’avortement, puisqu’il s’agit d’un crime qui a, de plus, considérablement affaibli notre peuple, lequel, en mal d’enfants, en est réduit, nous dit-on, à attendre son salut de l’invasion migratoire.

 

Idéalement, oui, mais dans la réalité, est-ce encore possible, quand on voit l’état lamentable où en est réduit la droite, dont 72 élus, en général maires de villes d’une certaine importance, viennent d’annoncer qu’il quittait le navire pour rejoindre Macron. La lamentable défection de ces minables va certainement démoraliser encore un peu plus ceux qui restent dans le camp ainsi déserté. Ces « restants » seront-ils en mesure de négocier un quelconque accord avec le Rassemblement national ? On verra bien, mais il est vraiment difficile d’avoir ici une quelconque certitude…

 

Alors, tout espoir est-il perdu pour l’avenir ? Tout est-il d’ores et déjà joué pour la prochaine Présidentielle, comme le pensent certains camarades ? A notre avis non. Tout d’abord parce que la prochaine Présidentielle c’est dans trois ans, et que, en trois ans, bien des choses peuvent se passer, dont nous n’avons pas idée aujourd’hui. Ainsi, qui avait prévu l’émergence de Macron trois ans avant la dernière Présidentielle ? De même, qui avait prévu la crise des Gilets jaunes avant son déclenchement ?

 

Nous vivons dans un univers en plein mouvement où tout est possible, ne l’oublions pas. De plus, les signes concernant l’avenir du mouvement national sont souvent très positifs. C’est ainsi que 36 % des Français ont une bonne opinion du Rassemblement national, soit trois fois plus qu’il y a huit ans (cf. le second article ci-dessous), ce qui confirme une tendance lourde dont le développement n’est certainement pas terminé.

 

De plus, et c’est encore plus important sur le plan pratique, 60 % des électeurs de Mélenchon voteraient Le Pen contre Macron si le second tour de la Présidentielle se déroulait aujourd’hui. Comme on le voit, le mouvement national dispose de marges de développement non négligeables, et pas seulement, fort heureusement, du côté des Républicains. Croit-on sérieusement que Macron soit en meilleure situation ? Allons donc : l’avenir n’est écrit nulle part et c’est à nous de faire en sorte que demain nous appartienne !

 

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article