Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

« MIGRANTS » : DE L’« AXE » ROME-VIENNE-BERLIN À L’INDIGNITÉ DE MACRON

23 Juin 2018 , Rédigé par forumsi Publié dans #Halte à l'invasion de l'Europe !

La rencontre entre Macron et Salvini, le 15 juin à Paris

La rencontre entre Macron et Salvini, le 15 juin à Paris

Depuis notre article du 13, où nous indiquions que l’Aquarius, navire d’une ONG chargé de plusieurs centaines de « migrants », devait finalement aborder les côtes espagnoles, diverses informations ont été diffusées par les gras médias. Reprenons, dans l’ordre chronologique et en les commentant, les plus importantes d’entre elles.

 

Dans notre article du 13, nous signalions que Macron avait traité Salvini de « cynique ». Or, le 13 juin toujours, mais à 14 heures, BFMTV rapportait la riposte de Salvini, qui qualifiait Macron d'« hypocrite », le gouvernement français donneur de leçons n’ayant pas accueilli le contingent de « migrants » sur lequel il s’était engagé il y a quelques mois. Dans le même temps, Marine Le Pen, à juste titre, donnait raison à Salvini (position qu’elle devait développer quelques jours plus tard, d’après l’article ci-dessous). Il apparaissait en effet, à l’évidence, que c’était Salvini qui défendait les intérêts européens. Macron, quant à lui, ne représentant pas la France, mais le mondialisme immigrationniste.

 

Mais, que représente Macron, pour se permettre ainsi de prendre des positions aussi contraires aux intérêts de nos peuples ? Pour répondre à cette question, nous rappellerons que, lors du premier tour des dernières Législatives, LREM a obtenu un peu plus de 15% des voix des électeurs inscrits. Tel est le poids réel du « macronisme ». Clairement, cela ne donne aucune légitimité à Macron pour lancer la France dans une politique aventuriste et anti-européenne concernant la question des « migrants ». On n'engage pas la France contre l'Italie et l'Europe quand on représente 15 % de l'électorat ! Etant noté que l’on touche là l’une conséquence des institutions débiles léguées à la France par De Gaulle…

 

Mais, pendant que Salvini traitait Macron d’« hypocrite », ce qui faillit faire capoter une visite du Premier italien à Macron -visite qui eut finalement lieu comme prévu le 15 juin et ne déboucha pas sur grand-chose, malgré les soutires de la photo ci-dessus- les choses avançaient. En particulier, il se formait une sorte de front uni entre le ministre italien, le jeune chancelier autrichien Kurz et Seehofer, le ministre allemand de l’Intérieur. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une réaction affligeante chez certains camarades italiens, qui se réjouirent alors de la formation d'un « axe » Rome-Vienne-Berlin « contre la France ». Entendons-nous bien : Macron n'est qu'un petit paltoquet prétentieux, totalement manipulé par les forces mondialistes immigrationnistes, qui joue contre l'Europe, et, par conséquent, contre la France. Il doit donc être combattu sans relâche. Mais, se réjouir de la construction d'un « axe » contre la France, c'est œuvrer à la division des Européens, c'est-à-dire servir les intérêts des gnomes de Wall Street, lesquels n'admettent ni l'existence de l'euro, ni celle de l'Union européenne : c'est donc proprement irresponsable ! On rappellera que le programme du Parti fasciste républicain pour la RSI affirmait, justement, la nécessité d'une « Union européenne ». Mussolini avait, bien entendu, approuvé ce programme, montrant ainsi, une fois de plus, sa profonde intelligence et ses facultés de visionnaire : deux qualités dont semblent dépourvus certains de ceux qui se réclament de son héritage...

 

Mais reprenons le cours des événements et réactions diverses. Sur BFMTV, le 13 juin, on pouvait voir une courte intervention de Macron à propos de Salvini : « On les connaît, ces populistes, on a les mêmes chez nous ». C'est donc pour régler ses comptes avec Marine Le Pen que Macron s'en prend à un ministre d'un pays ami, au mépris de toute règle diplomatique. Ce Macron est indigne de la fonction présidentielle !

 

Et puis, le 16 juin à 22 heures 30, sur CNews, arrivait la nouvelle à laquelle on ne pouvait que s’attendre : « La France va accueillir des migrants de l’Aquarius ». Dans le même temps, on apprenait que Salvini venait de refuser l'accès des ports italiens à deux nouveaux navires, chargés de pseudo-refugiés... Répétons-le une fois encore, sans nous lasser : la France n'a pas à accueillir ces gens-là, qui forcent les frontières maritimes de l'Europe ; la seule solution est de les raccompagner d'où ils viennent, où ils pourront déposer une demande d'asile au consulat de leur choix, si ça leur chante.

 

A l’heure où ces lignes sont écrites, soit le 22 juin à 23 heures 28, on attend l’épisode suivant : un « mini-sommet » européen, qui doit se tenir le dimanche 24, à l’initiative de Juncker et auquel les pays membres du groupe de Visegrád ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’y participeraient pas. Il n’est pas exclu, toutefois, que des éléments intéressants s’y fassent jour : « Wait and see », comme aurait dit Sir Oswald, mais soyons vigilants, car ce qui se joue actuellement est fondamental pour la France et pour l’Europe !  

 

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article