Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

EMPLOIS FICTIFS : LE CAS DE MARINE LE PEN EST TOTALEMENT DIFFÉRENT DE CELUI DE FILLON

4 Février 2017 , Rédigé par forumsi Publié dans #Marine Le Pen sert-elle la France

EMPLOIS FICTIFS : LE CAS DE MARINE LE PEN EST TOTALEMENT DIFFÉRENT DE CELUI DE FILLON

Les gras médias tentent de nous faire croire que le cas de Marine Le Pen serait le même que celui de Fillon, en nous assénant que l’une comme l’autre auraient rémunéré, à l’aide de fonds publics, des collaborateurs titulaires d’emplois fictifs. Or, les deux cas sont totalement différents.

 

Dans celui de Fillon, sa femme Pénélope aurait été rémunérée comme attachée parlementaire dudit Fillon sans avoir fait quoi que ce soit qui puisse, de près ou de loin, ressembler à une collaboration au service de son élu d’époux, ni même à une quelconque activité ayant quelque chose à voir avec le parti politique de son mari, voire même avec la politique tout court.

 

A Marine Le Pen, il est reproché, en particulier, d’avoir une assistante payée par le Parlement européen, alors qu’elle travaillerait en fait pour le Front national. On voit bien que les deux situations sont totalement différentes. Dans le cas de Pénélope (ou Penelope, si l’on adopte l’orthographe anglaise), il n’y aurait aucun travail politique, alors que dans celui de l’assistante de Marine Le Pen, il y a effectivement un travail politique, effectué dans le cadre du mouvement que dirige celle qui est « assistée ».

 

Que ce travail politique ne soit pas accompli dans le cadre du Parlement européen est finalement secondaire. Ce qui est important c’est que l’assistante, payée pour aider Marine Le Pen dans le cadre de son action politique le fasse effectivement, que cela soit ou non dans le cadre du Parlement européen. Que cela soit au Front national n’a rien de choquant : Marine Le Pen, député européen, est également à la tête du FN ; comment imaginer qu’elle pourrait s’amuser à séparer hermétiquement les deux fonctions, ce qui l’amènerait à n’utiliser son assistante que lorsqu’elle aurait à traiter de questions relevant du Parlement européen ? Cela serait pratiquement irréalisable et friserait le ridicule.

 

En résumé, Marine Le Pen utilise son assistante pour l’aider dans son action politique, un point c’est tout ! Il n’y a rien à redire à cela et l’on voit bien que l’on n’est pas dans une situation d’emploi fictif à la Penelope. Si ce point est contesté par le règlement du Parlement européen, c’est ce règlement qui est à revoir, car il est totalement ridicule.

 

Il est d’ailleurs certain que bien d’autres parlementaires européens utilisent leurs assistants comme le fait Marine Le Pen. Alors, pourquoi cela ne donne-t-il pas lieu à des campagnes médiatiques comme celle qui frappe cette dernière ? La réponse est évidemment que ces autres parlementaires ne risquent pas, au second tour de la Présidentielle, de gêner le candidat Macron, favori des réseaux communautaires et sectaires qui dirigent la République. Un candidat qu’il faut faire passer par tous les moyens, y compris en attaquant Marine Le Pen comme on attaque Fillon…

 

Le problème est que, comme on vient de le montrer, le cas de la première n’a rien à voir, en l’occurrence, avec celui du second. Les Français semblent d’ailleurs en être tout à fait conscients, les sondages les plus récents montrant que Marine Le Pen est en légère progression, alors que Fillon régresse fortement. Il faut, en conséquence, s’attendre, à court terme, à une forte offensive médiatique contre Marine Le Pen, offensive destinée à bien dégager la voie pour le Macron. La seule façon efficace d’y répondre est -nous ne nous lasserons jamais de le souligner- de se recentrer sur les « fondamentaux » du Front, ne serait-ce que parce que sa candidate ne sera jamais aussi crédible sur le plan du politiquement correct que ne l’est le Macron, candidat du Système.

 

Et il faut signaler, pour conclure, que Marine Le Pen, que nous n’avons jamais ménagée, est peut-être en train d’aller dans la bonne direction, malgré cet incroyable et lamentable épisode qu’a représenté le voyage de Nicolas Bay en Israël (cf. notre article du 27 janvier). Nous pensons en particulier à cette réussite qu’a été la réunion à Coblence, il y a quelques jours, du groupe Europe des nations et des libertés, qui rassemble les eurodéputés du Front et ceux de ses alliés européens. A cette occasion, en effet, Marine Le Pen, qui a affiché sa sympathie pour l’Allemagne et pour Frauke Petry, la très charismatique dirigeante d’AfD, a prononcé un discours finalement très européen et auquel il n’y avait pas grand-chose à redire.

 

La fréquentation des camarades européens ne peut d’ailleurs, mécaniquement, qu’orienter le FN dans la bonne direction, comme le montraient ces propos d’un militant d’AfD, interrogé après la réunion de Coblence et affirmant que l’objectif n’était pas de détruire l’Union européenne, mais de la « restructurer ». C’est exactement ce que nous pensons, de même que nous pensons qu’il faut, non pas détruire l’euro, mais le réformer en profondeur. Si la France quittait l’Union et renonçait à l’euro, cela reviendrait probablement à signer leur arrêt de mort. C’est ce que souhaite Wall Street : l’objectif de Marine Le Pen est-il vraiment de faire plaisir à Wall Street ?

 

ForumSi

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article