Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

GÉRALD VIVOT, C’ÉTAIT LA FORCE TRANQUILLE, LA VRAIE !

20 Octobre 2016 , Rédigé par forumsi Publié dans #La France aux Français !

Notre camarade Gérald Vivot est monté vers les dieux. Voici le très bel hommage que lui consacre notre cher Camarade Gerome :

 

« AU REVOIR, GÉRALD »

 

« A ceux qui me liront, certains se souviendront de cet homme qui a passé la Porte dimanche soir, après de longues années de souffrance sans se plaindre.

 

Gérald Vivot, c'était ce genre de personnage qui ne pouvait pas vous laisser indifférent. Il avait été de beaucoup de combats.

 Ceux menés sur cette " putain de terre africaine" aux côtés de ceux qui s'étaient eux-mêmes nommé " les affreux ". Il y connaîtra ses plus fidèles compagnons qui le visitaient encore toutes les semaines sur son lit de douleur sourde.

 En Afrique, il avait connu le feu et vu la mort de près et reçu quelques morceaux de plomb qui l'avait écorché dans sa carcasse.

 Et puis les combats des années 60 et 70 sur le pavé parisien et dans les provinces encore françaises.

 Gérald ne parlait pas beaucoup, c'était sa nature et cette force simple de ceux qui n'ont pas besoin de trop s'exprimer pour dire qui ils sont.

 Gérald, c'était une force de la nature, jusqu'à cette maladie sournoise qui le faisait décliner ces dernières années.

 Une force de la nature rassurante dans les bousculades et autres cavalcades qui occupaient le plus clair et le plus noble de notre temps.

 À sa place et par sa façon d’être, il nous aura transmis l'exemple de celui qui ne recule pas face au danger et qui ne laisse jamais un camarade blessé derrière quand il faut se replier.

 Ceux qui l'ont connu, ne l'oublieront pas.

 Gérald était discret, aimait la vie et se retrouver avec sa cohorte de camarades. Il aimait rire, boire et chanter les chants qui parlent de l'idéal indestructible qui animent nos âmes.

 Gérald n'avait pratiquement pas ou plus de famille. La seule qui lui restait, c'était sa poignée d'amis fidèles, sa cohorte de camarades, qui lui auront adouci un peu, chaque semaine, son chemin caillouteux.

 Gérald a fermé les yeux ce dimanche soir, à Nanterre avec auprès de lui, jusqu'au bout, une petite Soeur des pauvres. Celle qui avertira de sa fin ceux qui s'occupent maintenant de ses obsèques dans la dignité qu'il mérite.

 Les "petites sœurs des pauvres", qu'on soit catholique, païen ou rien du tout, ont ce grand mérite d'accompagner les mourants avec cette générosité d'âme qui appartient à celles ou ceux qui consacrent leur vie aux autres.

 Gérald n'était pas ce qu'on appelle un "enfant de Chœur", et cette présence lui a sûrement fait du bien.

 Voilà, Gérald, tu as rejoint d'autres camarades qui t'ont précédé et à qui tu avais donné ton amitié et ta fidélité indéfectibles dans les combats.

 Que ta dernière nuit soit belle et douce, Gérald.

 Nos pensées t'accompagnent. Tu nous laisses un bel exemple de loyauté aux combats perdus comme à ceux qui devraient être victorieux dans " ce monde vétuste et sans joie ".

 

Comme le dit ce chant - les lansquenets - que tu connaissais bien et qui te ressemble.

 

Adieu Gérald. »Gérald Vivot , c'était ce genre de personnage qui ne pouvait pas vous laisser indifférent. Il avait été de beaucoup de combats.
Ceux menés sur cette " putain de terre africaine" aux côtés de ceux qui s'étaient eux mêmes nommé " les affreux ". Il y connaîtra ses plus fidèles compagnons qui le visitaient encore toutes les semaines sur son lit de douleur sourde.
En Afrique , il avait connu le feu et vu la mort de près et reçu quelques morceaux de plomb qui l'avait écorché dans sa carcasse.
Et puis les combats des années 60 et 70 sur le pavé parisien et dans les provinces encore françaises .
Gérald ne parlait pas beaucoup, c'était sa nature et cette force simple de ceux qui n'ont pas besoin de trop s'exprimer pour dire qui ils sont.
Gérald , c'était une force de la nature, jusqu'à cette maladie sournoise qui le faisait décliner ces dernières années .
Une force de la nature rassurante dans les bousculades et autres cavalcades qui occupaient le plus clair et le plus noble de notre temps.
À sa place et par sa façon d'être , il nous aura transmis l'exemple de celui qui ne recule pas face au danger et qui ne laisse jamais un camarade blessé derrière quand il faut se replier.
Ceux qui l'ont connu, ne l'oublieront pas.
Gérald était discret, aimait la vie et se retrouver avec sa cohorte de camarades. Il aimait rire, boire et chanter les chants qui parlent de l'idéal indestructible qui animent nos âmes .
Gérald n'avait pratiquement pas ou plus de famille. La seule qui lui restait, c'était sa poignée d'amis fidèles, sa cohorte de camarades, qui lui auront adouci un peu , chaque semaine , son chemin caillouteux.
Gérald a fermé les yeux ce dimanche soir, à Nanterre avec auprès de lui, jusqu'au bout, une petite Soeur des pauvres. Celle qui avertira de sa fin ceux qui s'occupent maintenant de ses obsèques dans la dignité qu'il mérite .
Les "petites sœurs des pauvres", qu'on soit catholique, païen ou rien du tout , ont ce grand mérite d'accompagner les mourants avec cette générosité d'âme qui appartient à celles ou ceux qui consacrent leur vie aux autres.
Gérald n'était pas ce qu'on appelle un "enfant de Choeur", et cette présence lui a sûrement fait du bien.
Voilà, Gérald, tu as rejoint d'autres camarades qui t'ont précédé et à qui tu avais donné ton amitié et ta fidélité indéfectibles dans les combats.
Que ta dernière nuit soit belle et douce, Gérald.
Nos pensées t'accompagnent. Tu nous laisses un bel exemple de loyauté aux combats perdus comme à ceux qui devraient être victorieux dans " ce monde vétuste et sans joie ".
Comme le dit ce chant - les lansquenets - que tu connaissais bien et qui te ressemble .

Adieu Gérald.

 

 

Le commentaire de ForumSi :

 

GÉRALD VIVOT, C’ÉTAIT LA FORCE TRANQUILLE, LA VRAIE !

 

La tristesse, mais aussi les certitudes solaires, les souvenirs, Ordre nouveau et les copains...Merci, Gerome, pour ce superbe hommage !

 

Pour ceux qui n’étaient pas sans arrêt fourrés à Assas ou rue des Lombards, ON et le GUD c'était Alain Robert et François Duprat, mais Gérald Vivot, quant à lui, représentait la force tranquille, la vraie, protectrice et victorieuse, de nos mouvements. Il était cela et sa disparition remue toute notre jeunesse, tous nos souvenirs.

 

Un souvenir, justement. C'était peu après Mai-68 et Vivot "tenait" (littéralement !...personne ne passait) le local de la FNEF, près d'Assas, qu'il avait occupé avec un petit groupe dirigé par un ancien militant d'Occident et fondateur de la Corpo Lettres à Nanterre. Pourquoi cette occupation ? Il y avait, semble-t-il, un débat pour savoir qui, des anciens d'Occident ou des militants du MJR du capitaine Sergent, devait prendre en main la FNEF. C'était l'une de ces querelles tordues dont on avait alors le secret : quelle époque !

 

Merci à la petite Sœur des pauvres qui a accompagné notre camarade en ses derniers instants.

 

GÉRALD VIVOT ? PRÉSENT ! PRÉSENT ! PRÉSENT !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article