Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

BREXIT GAGNANT : POUR GABRIELE ADINOLFI, « L’OCCASION PEUT SE RÉVÉLER MERVEILLEUSE »

12 Juillet 2016 , Rédigé par forumsi Publié dans #Le Brexit et ses suites

BREXIT GAGNANT : POUR GABRIELE ADINOLFI, « L’OCCASION PEUT SE RÉVÉLER MERVEILLEUSE »

Extrait du site italien d’information en ligne NoReporter, le 30 juin 2016 à 1 heure 32 (quatrième article de Gabriele Adinolfi consacré à l’après-Brexit) :

« (…) APRÈS LE BREXIT »

« Agir »

« Le local et l’universel

« Organisation sociale

« Empire et démocratie

« Immigration, autonomie, corporatisme

« Mythe »

« Capitaliser sur la faille qui vient d’apparaître signifie y pénétrer pour l’approfondir.

Il est certes nécessaire de disposer d’un modèle, d’une série de propositions valides, constructives et concrètement révolutionnaires. De cela, nous nous occupons depuis des années dans le cadre de Polaris et nous le ferons de façon plus ample encore avec EurHope ; mais il va de soi que cela ne suffit pas. Il faut aussi passer à l’action.

Non pas l’action coupée du réel et sonnant comme un fifre magique, ou, plus exactement, pas seulement cette action que nous impose le scénario démocratique et qui ne sert à rien s’il n’y a pas, en arrière-plan, un acte concret et si elle ne s’édifie pas sur un socle solide.

Les actes concrets peuvent être de diverses natures, de même que leur contexte, qui va du Grexit à l’ultra-européisme, mais tous sont modulables et compatibles entre eux.

A condition qu’il n’y ait pas seulement des affinités anthropologiques et sentimentales entre ceux qui les accomplissent, mais plutôt une conscience commune et non une série de simulacres, de mantras et de tabous seulement utiles aux excommunications réciproques entre consommateurs de l’antagonisme virtuel.

Nous ne sommes pas appelés à décider de l’avenir institutionnel, mais à nous battre sans cesse, dans un environnement dominé par des ennemis omnipotents, et nous devons savoir gagner en ajustant nos forces à des objectifs atteignables. Sans nous regarder dans le miroir pour nous laisser séduire par notre propre image, sans nous laisser engourdir par nos préjugés et dogmes, et sans nous abandonner aux réflexes conditionnés.

Agir localement tout en pensant universellement ne signifie pas qu’il ne faille pas défendre ses intérêts légitimes, ni qu’il faille être l’esclave de son propre comportement, mais suppose que l’on soit animé de la même Weltanschauung et que l’on soit orienté vers elle.

Esprit et style

Existentiellement et philosophiquement, il est urgent de procéder à une refondation militante, en vue de récupérer le Style, ce pivot égaré dans le magma du matérialisme, dont il n’est qu’une proie parmi d’autres. Il est indispensable de réactiver une culture du « Vir » et de la responsabilité et, par conséquent, de déclencher une guerre contre le politiquement correct, avec des capacités annexes de communication capables de libérer des cages psychologiques, linguistiques, conceptuelles, gestuelles et mentales imposées par qui mène la danse. Soit un environnement auquel, jusqu’à maintenant, seuls deux personnes ont réussi à se soustraire : Mario Tuti et Jean-Marie Le Pen.

Organisation

Et puis, il faut se mettre au service de ce que l’on peut appeler l’’’organisation locale’’ (en ce domaine, il existe des exemples, de la Grèce à la Hongrie ; il en existe également en Italie, que l’on peut identifier de manière plus ou moins nette dans les cas de CasaPound, de Loyauté-Action, de Vfs et des Centres sociaux de droite ‘’Casaggi’’). Ce qui renvoie à d’autres éléments : l’organisation de l’autonomie locale, de l’économie, la création d’un lobbying du peuple et d’un réseau des classes menacées.

Il faut en faire le fondement de l’organisation des classes productives.

Chevaux de bataille

Au-delà des nuances, il faut en retenir trois : l’immigration, l’autonomie et le corporatisme. Car la situation est mûre pour de nouvelles expériences corporatives, lesquelles constitueront en elles-mêmes une riposte au capitalisme, beaucoup plus que la ‘’socialisation’’ [NDT : Adinolfi fait ici référence à un concept central de la République sociale italienne], cerise sur le gâteau quand gâteau il y a, et autrement que sous forme d’instrument de propagande au service du capital.

Empire ou parcellisation démocratique

Cet ensemble d’orientations permet de réaliser l’unité dans la diversité -qui est le fondement de l’Empire et la négation du nivellement démocratique- et, par conséquent, de s’exprimer de diverses manières, en poursuivant, sujet par sujet, des objectifs différents, mais en étant unis par la cohérence du Mythe.

En ce moment de transition, si tout ce qui vient d’être évoqué se met en place rapidement et si se crée un état-major (dont nous disposons d’ores et déjà de quelques éléments), l’occasion peut se révéler merveilleuse.

Sinon, on s’exposera à une douche écossaise.

Maintenant, c’est à nous de jouer ! La période est décisive, nette, en ce qui nous concerne, de ces distorsions interprétatives que l’adversaire se doit de corriger en vitesse. Laisser passer cette occasion serait impardonnable.

Faute de quoi nous risquerions de nous retrouver en face de ce même Simulacre contre lequel se sont concentrées les attaques et qui s’est écroulé de manière impromptue, et de nous rendre compte, de manière tout aussi impromptue, que, comme on l’enseigne à Oxford, nous sommes plus que jamais dans la merde. »

Traduit de l’italien par ForumSi

Le commentaire de ForumSi :

BREXIT GAGNANT : POUR GABRIELE ADINOLFI, « L’OCCASION PEUT SE RÉVÉLER MERVEILLEUSE »

Il est vrai que, avec le départ annoncé de le Grande-Bretagne, des perspectives s’ouvrent pour révolutionner en profondeur une Union européenne que les ploutocrates de la City ont tout fait pour saboter, empêchant la naissance d’une Europe-puissance et transformant l’Union en un simple espace de libre-échange. L’impuissance actuelle de l’Europe vient essentiellement de là. Pour en sortir, Adinolfi a identifié trois « chevaux de bataille » : l’immigration, l’autonomie et le corporatisme. Le premier relève à l’évidence, de l’action que peut mener le think tank EurHope, tant l’UE est incapable de faire face sérieusement à la crise migratoire. Mais peut-être deux autres sujets méritent-ils également de retenir l’attention et de déclencher l’action du « tank de la pensée », comme l’appelle plaisamment Adinolfi : il s’agit, d’une part, de la nécessaire construction d’une authentique Défense européenne, tant il est insupportable que l’on en soit encore à mendier l’aide de l’OTAN, dès qu’il s’agit de cette question-là ; et, d’autre part, du nécessaire déminage des conflits potentiels liés aux frontières internes (pensons par exemple à la question du Trentin-Haut-Adige, qui risque de se reposer en cas de victoire du FPÖ à la Présidentielle autrichienne) et à la situation des minorités (dont un bon exemple est celui de l’importante communauté hongroise de Roumanie). Vaste programme, aurait dit le Général : mais ne vaut-il pas mieux affronter, même partiellement, un vaste programme, plutôt que d’être totalement assommé, comme le sont aujourd’hui les petits hommes gris qui prétendent diriger l’Europe ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article