Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

CODE DU TRAVAIL : POUR LA ÉNIÈME FOIS, LES MÊMES MAUVAIS ACTEURS NOUS INFLIGENT LA MÊME MAUVAISE PIÈCE

9 Mars 2016 , Rédigé par forumsi Publié dans #A bas l'austérité ! Vive la croissance !

CODE DU TRAVAIL : POUR LA ÉNIÈME FOIS, LES MÊMES MAUVAIS ACTEURS NOUS INFLIGENT LA MÊME MAUVAISE PIÈCE

La mobilisation du 9 mars contre la réforme du Code du travail a été un succès, dû à ce que la réforme proposée apparaît effectivement comme un facteur de régression sociale. Mais il est indéniable que, si les conditions de la concurrence internationale ne changent pas, le maintien en l’état de notre droit du travail continuera à peser sur la compétitivité de nos production, d’où un accroissement du chômage. Or, les petits politiciens professionnels de l’UNEF (après avoir été président de l’UNEF, on devient en général député, puis ministre, si tout se passe bien, quelques années plus tard…) font totalement l’impasse sur cet aspect des choses. De même que les fonctionnaires patronaux du MEDEF, s’ils soulignent que des réformes sont nécessaires pour accroître la compétitivité de nos entreprises, se gardent bien de dire que l’on pourrait maintenir notre Code du travail si l’on se décidait enfin à protéger nos productions d’une concurrence déloyale, fondée sur l’exploitation des travailleurs. Ils gardent tous le silence, parce que les uns et les autres sont les partisans sectaires de la mondialisation, par idéologie internationaliste dans le cas de l’UNEF et par culte du profit dans le cas du MEDEF. Les uns et les autres nous jouent donc la même mauvaise pièce, où chacun, depuis Mai-68, tient le même rôle, mauvaise pièce qui, par construction et comme d’habitude, ne débouchera sur rien, sinon sur un accroissement du chômage si c’est la gauche qui l’emporte, ou une forte régression sociale en cas de victoire de la droite. Il faut donc balayer tout ce petit monde, qui se moque de nous depuis des décennies, et exiger que et nos emplois et notre droit du travail soient protégés grâce à une amélioration sensible de la compétitivité de nos produits, qui pourrait être obtenue, par exemple, en appliquant le mécanisme de la TVA sociale, dès lors que les taux de majoration retenus ne seraient pas ridiculement bas (cf. notre article du 4 décembre 2012) : qu’attend-on pour aller dans cette direction-là ?

ForumSi

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article