Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

SANS VALLS, LA FRANCE NE SERAIT-ELLE PAS PLUS ELLE-MÊME ?

21 Janvier 2016 , Rédigé par forumsi Publié dans #Je ne suis pas Charlie !

SANS VALLS, LA FRANCE NE SERAIT-ELLE PAS PLUS ELLE-MÊME ?

Valls n’est pas seulement « Ouaga », comme nous le soulignions dans notre petit billet du 17, c’est aussi un homme profondément cultivé, pour lequel la nature profonde de notre pays n’a aucun mystère, comme le montre le communiqué ci-dessous.

Communiqué extrait du Monde daté du 12 janvier 2016 :

« SANS LES JUIFS DE FRANCE, LA FRANCE NE SERAIT PAS LA FRANCE ! »

« Manuel Valls, premier ministre »

« Devant l’Hyper Cacher, Manuel Valls a souligné, samedi 9 janvier, ‘’l’angoisse immense’’ et ‘’légitime’’ des juifs de France, lors d’une cérémonie d’hommage, un an jour pour jour après la tuerie antisémite qui avait quatre morts dans le supermarché casher à Paris. »

Le commentaire de ForumSi :

Naturalisé en 1982, selon la lettre d’information Faits & Documents n° 337, Valls est évidemment fort bien placé pour nous dire ce qu’est ou n’est pas la France. Et il ne s’en prive pas, puisqu’il a à nouveau pris la parole à ce sujet, cette fois-ci devant l’Hyper Cacher. Et il a eu raison, en l’occurrence. En effet, et nous prendrons pour cela deux exemples, la France d’aujourd’hui serait bien différente de ce qu’elle est, si :

-Léon Blum n’avait traité par le mépris les offres de reprise d’une relation amicale entre la France et l’Italie présentées par Mussolini après la Guerre d’Ethiopie, car s’il avait accepté ces offres, la situation internationale eût très probablement évolué de façon très différente de ce qu’il en fût de 1936 à 1939, y compris en ce qui concerne le triste sort de notre pays, lâché par le soi-disant « allié » britannique et obligé de demander l’armistice parce que, après avoir perdu 120 000 morts au combat, il ne disposait même plus, à cause de l’impéritie républicaine, des moyens matériels de se battre ;

-Bernard-Henri Lévy n’avait pas incité Sarkozy à intervenir en Libye, en octobre 2011 (cf. notre commentaire du 28 octobre de cette même année) ; ce malheureux pays ne serait pas plongé dans le chaos où il se trouve aujourd’hui, l’Etat islamique ne disposerait pas d’une nouvelle base de repli et l’invasion de l’Europe par les « migrants », au moins pour la partie de ceux-ci qui débarquent en Italie, serait moins accentuée. Cette dernière remarque vaut évidemment pour la France, qui continue à subir une invasion que l’on nous cache, mais qui explique que de nouveaux « Calais » soient en cours d’éclosion, comme à Grande-Synthe, dans le Pas-de-Calais, où une « jungle » de plusieurs milliers de « migrants » vient de voir le jour. Ajoutons que, si Bernard-Henri Lévy n’avait pas incité Sarkozy à faire sa guerre de Libye, la France ne serait pas obligée d’intervenir au Mali et en Centrafrique, deux pays profondément déstabilisés par la chute et l’assassinat de Kadhafi.

Oui, sans aucun doute, la France serait différente de ce qu’elle est aujourd’hui, car, ainsi que l’on vient de le voir, il n’y a pas que des apports communautaires appréciables (comme ceux, par exemple, d’un Darius Milhaud ou d’un Robert Aron), tout comme elle serait plus elle-même si Valls n’était pas son premier ministre, situation d’un avenir que nous souhaitons, bien entendu, le plus proche possible !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article