Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ForumSi

CHAOS DU VENDREDI-13 : LE TÉMOIGNAGE D’UN CAMARADE

16 Novembre 2015 , Rédigé par forumsi Publié dans #Le chaos du Vendredi-13

CHAOS DU VENDREDI-13 : LE TÉMOIGNAGE D’UN CAMARADE

Nous venons de recevoir, de notre cher ami R., brillant ingénieur et militant nationaliste, un mail absolument poignant que nous proposons à nos lecteurs dans son intégralité :

« PAPA, IL VIENT DE M’ARRIVER QUELQUE CHOSE DE TRÈS GRAVE. »

« Vendredi soir à 21H30, mon fils T. que vous connaissez tous je crois m'a appelé sur un autre téléphone que le sien, il m'a dit "Papa, il vient de m'arriver quelque chose de très grave, j'ai été pris dans une fusillade, j'ai cru que j'allais mourir, mais ne t'inquiète pas, je vais bien, j'ai juste été touché aux jambes, deux ou trois fois, je ne sais pas, tout le monde est mort autour de moi... les secours arrivent, ils vont s'occuper de moi, je suis rue Bichat. Au revoir, dis à maman de ne pas s'inquiéter".

J'ai sauté dans un taxi, foncé jusqu'au plus près, me suis retrouvé bloqué au coin du Bd Voltaire en face du Bataclan et en descendant de voiture, bruit de coups de feu, sept ou huit, pas compté, j'ai juste ramassé un gars à terre on s'est mis à l'abri dans un café. Il s'est alors rendu compte qu'il avait été touché à l'abdomen et à la jambe... Pompiers, évacuation dans le coma...

Je suis resté comme un con sur trottoir à regarder les secours, les pompiers, le SAMU, les FO, etc...

Et puis mon portable a sonné... vers deux heures du matin. Encore un numéro que je ne connais pas (LA PEUR PANIQUE DE LA NOUVELLE), et j'ai eu mon fils, arrivé à l'hôpital Saint-Louis, vivant, choqué et souffrant beaucoup, mais vivant.
J'ai pu avoir un médecin plus tard, bilan: deux impacts, un dans la cuisse et un au mollet, heureusement superficiels, pas de séquelles prévues.

J’ai écrit ça samedi matin vers 3 h du matin en rentrant chez moi, pour retrouver F. et L., ils venaient juste de lui parler.

Aujourd’hui dimanche, nous l’avons vu deux fois, il va aussi bien qu’un gamin qui a pris en fait quatre balles de Kalash presque à bout portant. Côté santé, une balle a traversé le haut de sa cuisse, juste du dégât musculaire, une balle dans le mollet sous le genou, elle y est encore et elle va y rester (il en est très fier ce con !) car l’opérer serait plus destructeur que de la laisser ! et cerise sur le gâteau, deux balles qui l’ont touché sous le pied (je vais y revenir).

Mon fils est un VRAI miraculé, au sens propre du terme, je vous laisse juger par vous-même.

Sorti de son cours au c. du Xème arrondissement, il raccompagne son meilleur ami qui habite quai de Jemmapes et cherche un vélib pour rentrer chez nous dans le 13ème. Très mauvaise idée… Il s’est trouvé rue Bichat devant le restaurant « le petit Cambodge » en même temps que le tireur qu’il a entendu tout d’abord crier alla Akbar et tout de suite ce qu’il a pris pour des pétards, il s’est arrêté, s’est retourné, le tireur l’a avisé et lui a lâché une première rafale pendant que T. se jetait sous une table métallique, il a été touché deux fois, puis le tireur s’est tourné vers le restaurant et a mitraillé ceux qui s’y trouvaient… il a rechargé une fois recommencé à tirer, rechargé une seconde fois et est parti, avisant T. dont la moitié supérieure du corps était ‘’abritée’’ sous la table et qui ne bougeait plus ; il a alors tiré de nouveau deux coups pour l’achever, les deux balles l’ont atteint sous le pied (il était sur le ventre), et quand je parle de miracle, il portait des chaussures Caterpillar dont une des particularité est d’avoir à la fois une coque en acier ET une semelle anti clou, les deux balles ont été arrêtées une sous la plante du pied et une sous le talon, MAIS N’ONT PAS TRANSPERCE la semelle ni donc le pied.

Voilà, je passe votre serviteur sous le feu ennemi, rien de glorieux, je vous assure que je n’ai pas compris qu’on me tirait dessus, malgré les FO qui me criaient de me mettre à l’abri et quand j’ai vu à une dizaine de mètres de moi un type prendre un choc et tomber, je l’ai ramassé, et on est allé bras dessus bras dessous jusqu’au café du coin où des types hystériques nous hurlaient de nous baisser et de courir. Plus Mister Bean que Bruce Willis le R., encore perdu une occasion de briller sous les feux de la rampe. Moins drôle, les pompiers sont passés par l’arrière du troquet et sont intervenus dans le noir. Le pauvre mec a pris une balle « en séton » dans la cuisse et une dans l’abdomen qui ne saignait pas. Il est tombé presque tout de suite dans le coma, encore vivant quand ils ont pu le sortir, je ne sais pas ce qu’il est devenu.

A ce moment je ne savais toujours pas vraiment ce qui était arrivé à mon fils ni où il pouvait bien se trouver, les infos tombaient, je savais juste pour lui avoir fait répéter au téléphone qu’il était rue Bichat et quand la télé du bistro a annoncé 14 ou 18 morts précisément à cet endroit… Je me raccrochais désespérément à son « je vais bien ne t’inquiètes pas »… Et une minute plus tard on se dit, ben ça y est c’est fini, je ne le verrais plus, comment je vais le dire à sa mère et à son frère !

Je suis désolé de vous imposer cette lecture pénible, mais j’ai besoin de le mettre à plat et je me suis dit, pourquoi pas à mes amis du D., après tout, si quelqu’un peut comprendre c’est bien eux. Tout cela est fort décousu, je n’ai pas vraiment dormi depuis la nuit de vendredi à samedi, alors pardonnez le style et les fautes !

Mais bon, il va bien et ne devrait pas avoir de séquelles physiques, j’insiste bien sur physiques, à ce titre j’aimerais savoir si vous connaissez au D. un psy afin de le faire suivre ?

Voilà, même si je soupçonne fort certains d’entre vous d’être de vils mécréants (ils se reconnaissent déjà), je remercie la Divine Providence de nous avoir protégés, T. et moi, des ennemis (entre autres) de notre foi.

La question subsidiaire que je vous laisse méditer avant que d’aller m’allonger et cauchemarder : ‘’quand est-ce qu’on va se sortir les doigts du c… dans ce pays ?’’ »’

Le commentaire de ForumSi :

CHAOS DU VENDREDI-13 : LE TÉMOIGNAGE D’UN CAMARADE

Que dire, sinon bravo, à notre très cher R., pour son courage et celui du merveilleux T. ! Ils font honneur au nationalisme, à notre France et à notre Europe ! Ce témoignage est le plus poignant que nous ayons pu lire et laisse dans un état proche de la sidération. Quant au « psy », nous n’en connaissons pas personnellement, mais R. devrait en trouver un chez les camarades, s’il l’estime nécessaire. Mais n’est-ce pas plutôt à R. et à T. de donner des leçons de maîtrise de soi aux autres ? A ce propos, nous laisserons le mot de la fin à un camarade italien que nos lecteurs reconnaîtront sans peine et qui a eu ce commentaire très « romain » : « Bien ! Il existe encore des gens solides. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article