Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

CRISE GRECQUE : TSIPRAS CAPITULE EN RASE CAMPAGNE !

11 Juillet 2015 , Rédigé par forumsi Publié dans #Vive l'Europe impériale !

CRISE GRECQUE : TSIPRAS CAPITULE EN RASE CAMPAGNE !

Voici quelles étaient les propositions des créanciers de la Grèce, sur lesquelles le peuple grec était appelé à voter par référendum le dimanche 5 juillet :

Extrait du Figaro du 6 juillet 2015 :

« LES MESURES D’ÉCONOMIES SOUMISES À RÉFÉRENDUM »

« Les Grecs devaient se prononcer sur un nouveau plan d’économie proposé le 25 juin par les Européens en échange d’une rallonge financière. (…) Si les discussions reprennent, ce plan servira (…) de feuille de route.

Trajectoire budgétaire

Athènes doit s’engager sur une trajectoire budgétaire à l’horizon 2019. L’objectif est de dégager un excédent primaire (hors charge de la dette) de 1 % cette année, 2 % en 2016, 3 % en 2017 et 3,5 % en 2018.

Réforme de la TVA

La réforme du régime de la TVA prévoit d’unifier le taux à 23 %, y compris pour les restaurants, et d’appliquer un taux réduit de 13 % sur la nourriture de base, l’énergie, les hôtels et l’eau, et un autre de 6 % sur les produits pharmaceutiques, les livres et le théâtre. (…).

Réforme des retraites

L’enjeu est de réaliser des économies entre un quart et un demi-point de PIB d’ici à la fin de l’année et 1 % en 2016, entre autres mesures en réduisant les préretraites, en augmentant progressivement l’âge de départ à 67 ans ou 62 ans et 40 ans de cotisation d’ici à 2022, ou encore en gelant les retraites jusqu’en 2021.

Privatisations

Athènes doit accélérer le programme de privatisations, lancer des offres pour les ports du Pirée et de Thessalonique avant octobre 2015.

La dette

Pour la Commission, un accord sur les mesures budgétaires aurait intégré, comme c’est prévu depuis 2012, de discuter la ‘’soutenabilité de la dette’’, autrement dit son allégement. »

Le commentaire de ForumSi :

CRISE GRECQUE : TSIPRAS CAPITULE EN RASE CAMPAGNE !

Dans notre communiqué du 6, nous nous demandions quelle avait été la consigne de vote donnée par Aube dorée pour le référendum du dimanche 5. Nous pressentions, en effet, que ce mouvement nationaliste avait recommandé de voter « non », mais n’en avions pas la confirmation. Celle-ci est venue du Journal du dimanche du 5, dont nous n’avions pas lu les informations à ce sujet lors de la rédaction de notre communiqué. Il est donc confirmé qu’Aube dorée, le troisième parti grec, avait fait campagne pour le « non », ce qui affaiblit très fortement l’idée selon laquelle la victoire du « non » est une victoire personnelle de l’immigrationniste forcené Tsipras. Aube dorée représente en effet au moins 12 % de l’électorat grec ; le « non » l’ayant emporté avec un peu plus de 61 % des suffrages, une victoire du « oui » eût été tout à fait possible si l’électorat d’Aube dorée n’avait pas voté non. Loin d’être une victoire de l’extrême gauche grecque, le « non » ne l’a donc emporté de façon certaine que grâce à l’extrême droite, représentée par Aube dorée.

Lorsqu’on lit quelles étaient les propositions de « sortie de crise » faites à la Grèce et sur lesquelles portait le référendum, propositions dont on trouvera l’essentiel dans l’extrait du Figaro ci-dessus (pour une fois, ce quotidien a joué honnêtement son rôle d’informateur, car les soi-disant « journalistes » ne se sont pas bousculés, en général, pour faire savoir ce qui était proposé au peuple grec par ses créanciers), on ne s’étonne guère, d’ailleurs, de la consigne de vote négatif donnée par Aube dorée à ses partisans. On constate en effet que ce qui était proposé ne consistait guère qu’en une continuation de la politique d’austérité qui a conduit la Grèce à la récession et le peuple grec à la pauvreté.

On pouvait donc s’attendre à ce que les propositions que devait présenter Tsipras pour relancer les discussions avec les dirigeants de l’UE fassent preuve de créativité, en mettant l’accent, par exemple, d’une part sur la nécessaire création d’un système fiscal digne de ce nom, car on ne peut se passer de l’endettement si l’on est incapable de faire rentrer les impôts correctement, et, d’autre part, sur la nécessaire relance économique, puisque, pour augmenter les recettes fiscales, il convient d’en élargir l’assiette. Au lieu de cela, qu’apprend-on en regardant le bulletin d’i-Télé du 10 juillet à 22 heures 30 ? Tout simplement que Tsipras va demander au parlement grec de lui donner accord sur un projet de propositions à présenter à l’UE comportant les mesures suivantes : hausse de la TVA, réforme des retraites et relance des privatisations, c’est-à-dire exactement ce que les Grecs ont refusé par leur « non » de dimanche dernier ! En contrepartie, Tsipras attend une aide de 53 milliards d’euros (alors que la question centrale de la fiscalité n’est même pas mentionnée !) et une hypothétique restructuration de la dette. C’est ce qui s’appelle se moquer du monde ! Le référendum n’a servi à rien et l’immigrationniste forcené Tsipras a délibérément trompé son peuple :

TSIPRAS N’EST QU’UN PITRE, AUBE DORÉE A DE BEAUX JOURS DEVANT ELLE ET C’EST TANT MIEUX !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article