Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

BÉZIERS : MAIS QUE REPROCHE-T-ON EXACTEMENT À ROBERT MÉNARD ?

6 Mai 2015 , Rédigé par forumsi Publié dans #La France aux Français !

BÉZIERS : MAIS QUE REPROCHE-T-ON EXACTEMENT À ROBERT MÉNARD ?

Extrait du site msn.com, le 5 mai 2015 à 18 heures 21 (source France 24, avec AFP et Reuters) :

« FICHAGE DES ÉLÈVES MUSULMANS : PERQUISITION À LA MAIRIE DE BÉZIERS

« (…) C'est un véritable tollé que Robert Ménard a provoqué, lundi 4 mai, en expliquant sur France 2 qu'il possédait des statistiques sur l'appartenance religieuse des enfants scolarisés à Béziers, la commune qu'il administre. Le maire, élu avec le soutien du Front national, a précisé ensuite que 64,6 % d'entre eux étaient musulmans. "Ces chiffres, c'est ceux de ma mairie, on les a. Pardon de vous dire que le maire, il a classe par classe le nom des enfants, je sais que je n'ai pas le droit de le faire, pardon de vous dire que les prénoms disent les confessions", a-t-il soutenu. Robert Ménard dit y voir le reflet d'un "problème avec l'immigration" et invoque l'absence de maîtrise du français des parents de ces enfants.

Des déclarations qui ont provoqué l'indignation de la classe politique, à droite comme à gauche. "Honte au Maire de Béziers. La République ne fait AUCUNE distinction parmi ses enfants", écrit le Premier ministre, Manuel Valls, sur Twitter. La ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, dénonce pour sa part un "fichage non seulement illégal de la part d'un maire qui est à ce titre représentant de l'État sur sa commune, mais aussi profondément antirépublicain". "J'ai demandé à la rectrice de Montpellier de saisir le procureur de la République pour protéger les élèves de cette commune et mettre un terme immédiat à cette pratique qui attente à la République."

(…) Le parquet de Béziers a annoncé mardi avoir ouvert une enquête préliminaire sur le fichage des élèves en fonction de la religion. Une perquisition a eu lieu mardi après-midi à la mairie de Béziers. L'enquête devra permettre d'établir la réalité du fichier, contestée mardi par la mairie de Béziers, ainsi que la méthode employée, précise le communiqué du parquet. En effet, la mairie de Béziers a démenti dans un communiqué l'existence d'un fichier autre que ceux de l'Éducation nationale (…). La loi du 6 janvier 1978 précise qu'il est interdit de "collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques". »

Le commentaire de ForumSi :

BÉZIERS : MAIS QUE REPROCHE-T-ON EXACTEMENT À ROBERT MÉNARD ?

« Much Ado About Nothing » aurait dit Shakespeare à propos de la soi-disant « affaire » de Béziers. C’est en effet avec « beaucoup de bruit pour rien » que réagissent aujourd’hui les excellences républicaines, qu’il s’agisse des sectaires du PS ou des nullités de l’UMP. Rien ne nous aura été épargné, à commencer, bien sûr, par une déclaration ridiculement solennelle de Valls, affirmant, devant les députés que les « actes » de Robert Ménard étaient contraire aux « valeurs de la République » (nous ne savons toujours pas ce que c’est que ce truc-là, les « valeurs de la République »…).

Que reproche-t-on en effet à Robert Ménard ? Certainement pas un « fichage » en bonne et due forme, mais plutôt un calcul de pourcentage, « à la grosse », vraisemblablement par exploitation des listes à la disposition de la mairie. Calculer un pourcentage, ce n’est pas établir un fichier. Il n’y a donc rien de sérieux à reprocher au maire de Béziers, qui n’a fait, après tout, que s’intéresser à la composition de la population des écoles publiques de sa ville. Il arrive à un résultat de 65 % d’élèves maghrébins. Même si ce chiffre est approximatif, il fait quand même réfléchir : n’est-ce pas un tel pourcentage qui devrait provoquer les réactions de l’insupportable personnel républicain, plutôt que des fichiers qui n’existent pas ?

Mais il est vrai que l’occasion est trop bonne de taper à bras raccourcis sur une personnalité soutenue par le Front national, alors que Marine Le Pen a cru bon de plonger son parti dans une crise profonde que rien ne justifiait, et surtout pas les déclarations nullement scandaleuses de son père. Nous sommes décidément entrés dans une période de très fortes turbulences !...dont les conséquences ne seront pas forcément néfastes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article