Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

CATASTROPHE DE L’A320 : L’HYPOTHÈSE D’UNE ACTION TERRORISTE EST-ELLE VRAIMENT À EXCLURE ?

5 Avril 2015 , Rédigé par forumsi Publié dans #Je ne suis pas Charlie !

CATASTROPHE DE L’A320 : L’HYPOTHÈSE D’UNE ACTION TERRORISTE EST-ELLE VRAIMENT À EXCLURE ?

Extrait du site italien d’information en ligne intelligonews.it, le 26 mars 2015 (propos recueillis par Andrea De Angelis) :

« GABRIELE ADINOLFI SUR GERMANWINGS : ‘’VOICI POURQUOI IL S’AGIT D’UN ACTE DE TERRORISME CONTRE L’ESPAGNE, L’ALLEMAGNE ET LA FRANCE’’

« Il ne s’agit certainement pas de la dernière des hypothèses possibles. Pour Gabriele Adinolfi, en effet, il est ‘’tout à fait vraisemblable’’ que le terrorisme soit l’explication de la catastrophe aérienne survenue en France il y a deux jours, provoquant la mort de 150 personnes parmi les passagers et l’équipage.

Le mystère de la cabine de pilotage est promptement évacué par l’écrivain et journaliste italien : ‘’Aucun pilote n’eût été capable de continuer le vol dans ces conditions-là’’…

Andrea De Angelis : ‘’Après les indiscrétions du New York Times [NDT : qui avait annoncé que le commandant de bord avait été empêché d’entrer dans la cabine de pilotage, annonce qui semble avoir accéléré l’exposé de sa version des faits par le procureur de Marseille-cf. notre communiqué du 26 mars], l’hypothèse terroriste, jamais exclue, mais toujours placée en fin de liste, paraît maintenant moins lointaine. Et vous, quel est votre sentiment, 48 heures après la tragédie de l’A320 de Germanwings ?’’

Gabriele Adinolfi : ‘’Comme disait Andreotti, c’est un péché de mal penser, mais cela empêche de se tromper. Tout me paraît paranoïaque lorsque je pense à des manipulations, mais, en définitive, je suis toujours en deçà de la réalité’’.

ADG : ‘’Donc, vous envisagez l’hypothèse terroriste ?

GA :’Je la considère comme très probable’’.

ADG : ‘’Les cabines, depuis le 11-Septembre, sont blindées, mais il y a un code d’entrée que les pilotes sont les seuls à connaître. Que s’est-il donc passé ?’’

GA : ‘’Je ne sais pas s’il y avait un autre pilote dans la cabine et je ne sais évidemment pas s’il s’est suicidé. On se souvient que, le 11-Septembre, ont été interceptés des coups de téléphone de quelques passagers qui appelaient d’un avion à bord duquel ils n’étaient en réalité jamais montés’’.

ADG : ‘’Que voulez-vous dire ?’’

GA : ‘’Qu’après coup, on met en scène ce que l’on veut. Je ne sais pas ce qui s’est exactement passé le jour de la catastrophe, mais ce que je sais, c’est que, ce même jour, le roi d’Espagne était, pour la première fois en visite officielle en France et que, peu auparavant, Hollande, en liaison avec la Merkel, avait lancé l’idée de la création d’une flotte européenne unissant les Italiens, les Espagnols et les Français, afin de protéger les côtes méditerranéennes de la menace de l’Etat islamique, et je pense que cela ne devait plaire, ni aux Etats-Unis, ni à la Grande-Bretagne, ni à Israël’’.

ADG : ‘’Peut-on imaginer que celui qui était aux commandes ait orienté l’avion vers les montagnes pour éviter d’autres objectifs ?’’

GA : ‘’Je ne le crois pas, ne serait-ce que parce que, tel que le vol se déroulait, avec une baisse d’altitude d’une régularité mécanique, aucun pilote n’aurait été en mesure d’intervenir, si compétent fût-il. Mais je peux évidemment me tromper’’.

ADG : ‘’L’absence de revendication a-t-elle une signification ?’’

GA : ‘’Il y a deux types d’attentats terroristes. D’une part, ceux, destinés à l’opinion publique interne, qui ont pour but de favoriser le gouvernement en place, et, d’autre part, ceux qui relèvent des guerres parallèles, obliques et indirectes, comportant des messages lourds que le gouvernement en place doit reconnaître et comprendre, mais aussi cacher, pour ne pas montrer sa faiblesse. Lorsqu’il s’agit d’une opération de guerre, les revendications, même si elles sont exprimées, en viennent à être cachées, parce que le gouvernement doit se défendre.’’

ADG : ‘’Même à l’ère d’Internet, il serait possible de cacher quelque chose ?’’

GA : ‘’N’importe qui peut revendiquer n’importe quoi ; il n’y a donc aucune raison d’accorder une importance particulière à une quelconque revendication…’’ ».

Traduit de l’italien par ForumSi

Le commentaire de ForumSi :

CATASTROPHE DE L’A320 : L’HYPOTHÈSE D’UNE ACTION TERRORISTE EST-ELLE VRAIMENT À EXCLURE ?

En conclusion de notre communiqué du 26 mars, nous écrivions que l’hypothèse terroriste nous paraissait malheureusement tout à fait plausible. Gabriele Adinolfi considère, quant à lui, qu’elle est « très probable » (« molto probabile »). Il faut dire que les médias en font quand même un peu trop (« chaque jour apporte son lot de nouvelles », nous annoncent-ils quasi-mécaniquement) à propos de la « personnalité dépressive » de Lubitz, chez qui on aurait même découvert une autorisation médicale d’arrêt de travail pour maladie que le jeune copilote aurait déchirée pour la dissimuler à son entreprise : cela paraît trop « beau » pour être vrai ! Les enquêteurs ont-ils bien pensé à interroger le médecin censé avoir établi cet arrêt de travail… ? Et puis, comment se fait-il que le procureur de Marseille, dont nous avions résumé les propos dans notre communiqué du 26 mars, ait cru bon de livrer, sous la pression du New York Times, ce que nous pensions être sa version des faits : où est l’indépendance d’un procureur français, dès lors qu’il communique avec la presse sur injonction d’un média étranger, américain de surcroît ?

Oui, toute cette avalanche de « nouvelles » concernant la santé de Lubitz et l’impéritie, présentée comme absolue, de Lufthansa et de sa filiale (envoyant un quasi-dément, ou présenté comme tel, aux commandes d’un avion de ligne) commence à faire beaucoup, et même trop ! On a vraiment le sentiment que l’on cherche ici à nous imposer une vérité officielle, à nous empêcher de réfléchir à d’autres scénarios possibles, et en particulier à la piste terroriste. Car, de même que l’attentat contre Charlie hebdo avait suivi de peu la reconnaissance d’un Etat palestinien par les parlementaires français, ce qui avait amené le maire d’Ankara à soupçonner le Mossad d’être le pilote de cet attentat, en représailles contre la décision de nos parlementaires (cf. notre commentaire du 12 février), de même n’est-ce peut-être pas un hasard si la catastrophe de l’A320, qui a tué de nombreux Espagnols et Allemands, et s’est produite sur le sol français, est survenue, comme le souligne Adinolfi, au moment de la visite en France du roi d’Espagne et peu après que Hollande et la Merkel eurent lancé un appel à une coordination, dirigée contre l’Etat islamique, entre les marines française, italienne et espagnole en Méditerranée.

Cette initiative franco-allemande est probablement fort mal vue par certains, au nombre desquels on peut citer, par exemple, les forces néo-conservatrices américaines et les milieux sionistes. Alors, pourquoi exclure l’hypothèse d’un acte terroriste d’avertissement destiné à faire comprendre à la France, à l’Allemagne et à l’Espagne que leurs velléités de maintien de l’ordre en Méditerranée ne plaisent pas à tout le monde ? Ce qui représenterait une autre possibilité d’explication de la catastrophe que celle du pilote-fou mis aux commandes de l’A320 par ces inconscients totalement irresponsables que seraient, d’après les gras médias, les dirigeants de la Lufthansa. D’ailleurs, si Lubitz était effectivement fragile sur le plan psychologique, cela n’en faisait-il pas une proie fragile pour de pseudo-gourous, dont les manipulations auraient pu l’amener à passer à l’acte ? Les psychiatres, en effet, estiment en général que le suicide est un acte totalement individuel, d’où il résulte qu’un Lubitz suicidaire n’aurait probablement pas, de lui-même, entraîné 150 personnes dans la mort avec lui. S’il a effectivement précipité l’appareil contre la montagne, ne l’a-t-il pas fait sous influence ?

Mais il existe aussi une autre solution, qui, quant à elle, exclut totalement toute responsabilité du jeune Allemand. C’est celle où les véritables « pilotes » de l’acte terroriste auraient accompli leur forfait, non pas en manipulant Lubitz, mais en prenant, à distance, le contrôle de l’avion, ce qui, de nos jours, est tout à fait possible techniquement, comme le montre l’exemple des drones. On signalera que, en l'état actuel, les grands spécialistes des drones sont, semble-t-il, les Américains et les Israéliens.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article