Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

UKRAINE : QUELQUES REPÈRES CONCERNANT LA CRISE ET SES ACTEURS

11 Septembre 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #La crise ukrainienne depuis fin 2013

UKRAINE : QUELQUES REPÈRES CONCERNANT LA CRISE ET SES ACTEURS

Lorsque l’on se penche sur les événements ayant récemment marqué la crise ukrainienne, la principale question que l’on est amené à se poser concerne l’attitude de la Russie à propos de l’Est. Celle-ci a, en définitive, adopté une position de soutien explicite aux revendications séparatistes. Ne pouvait-elle pas réagir différemment, par exemple, en appuyant l’idée d’une fédéralisation, sans pour autant soutenir le séparatisme ? Qu’a-t-elle à faire, en effet, l’immense Russie, d’une augmentation de son territoire ? Et pourtant, c’est bien le soutien appuyé aux séparatistes qu’elle a choisi, entrant ainsi dans le jeu d’un nouveau Yalta de partage de zones d’influence avec les Américains.

En agissant de cette façon, la Russie a contribué à la radicalisation de la situation, que les Américains et l’OTAN ont attisée de leur côté, en laissant croire à l’Ukraine qu’ils allaient l’aider, ce que, bien évidemment -logique du nouveau Yalta oblige- ils n’ont absolument pas fait. Quant à l’Union européenne, elle a docilement suivi les Américains comme un minable petit caniche, se contentant d’empiler les « sanctions » contre la Russie, alors que c’est elle, et non les Etats-Unis, qui va en subir les conséquences.

Ainsi a été artificiellement recréée une situation de Guerre froide en Europe et creusé un profond fossé entre l’UE et la Russie, ce qui était le premier objectif des gnomes de Wall Street, lesquels travaillaient, depuis plusieurs années, à déclencher une crise grave en Europe (cf., par exemple, la conclusion de notre commentaire du 10 mars 2012).

CONTRE LA LOGIQUE DES BLOCS, LA POLITIQUE DE PRAVIY SEKTOR

Mais, comment se fait-il que la Russie ait ainsi accepté d’entrer dans le jeu de la surenchère provocatrice, alors que, sans rien renier de son statut de grande puissance, elle avait joué un rôle pacificateur dans les crises syrienne et iranienne (cf., par exemple, notre commentaire du 25 novembre 2013 et notre article du 29 septembre 2013) ?

Pour répondre à cette question, il faut commencer par en poser une autre : comment se fait-il que la Russie n’ait pas réagi à la récente agression sioniste contre la Palestine ? Nous y avons répondu dans notre commentaire du 15 juillet, en indiquant que la Russie s’était rapprochée d’Israël, s’interdisant, en conséquence, de condamner l’agression contre Gaza, alors qu’une telle condamnation lui aurait permis de se poser en défenseur des peuples libres et de repousser avec dédain les leçons de morale des va-t-en-guerre atlantistes à propos de l’Ukraine. Au lieu de cela, la Russie, dans le cadre de sa nouvelle alliance avec Israël, s’est placée dans une position qui a totalement bouleversé, non seulement son image, mais aussi sa pratique sur la scène internationale : elle est maintenant engagée dans un nouvelle logique politique qui n’a plus rien à voir avec ce qu’elle faisait il y a encore quelques mois, et c’est probablement ce qui explique l’attitude de complicité objective avec les fauteurs de guerre froide qu’elle a adoptée en Ukraine.

Dans ce contexte insupportable de retour à Yalta, à la Guerre froide, à la logique des blocs, à la toute-puissance américaine et à l’effacement de l’Europe, il est clair qu’un mouvement comme Praviy Sektor, qui combat cet effacement et la logique des blocs, représente ce que tout Européen digne de ce nom se doit de soutenir : on suivra donc avec attention ce que Praviy Sektor fera en Ukraine dans les semaines à venir, qui devraient être des semaines décisives…

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article