Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

UKRAINE : REGAIN DE TENSION ENTRE PRAVIY SEKTOR ET LE GOUVERNEMENT

27 Août 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #La crise ukrainienne depuis fin 2013

UKRAINE : REGAIN DE TENSION ENTRE PRAVIY SEKTOR ET LE GOUVERNEMENT

Revenons maintenant à un article publié il y a déjà quelques jours et qui présente l’intérêt de montrer quelle est l’évolution du rapport de force à Kiev.

Extrait du site d’information en ligne La Voix de la Russie, le 18 août 2014 à 17 heures 56 (article d’Igor Siletski) :

« PRAVIY SEKTOR VS MINISTÈRE UKRAINIEN DE L’INTÉRIEUR : L’ULTIMATUM A ÉCHOUÉ

« Les autorités kiéviennes ne contrôlent plus Praviy Sektor (Secteur droit). La dernière démarche des ultranationalistes à l’égard du ministère ukrainien de l’Intérieur le prouve, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Précédemment, le leader de Praviy Sektor a lancé un ultimatum, exigeant une purge au sein du ministère de l'Intérieur. Dans le cas contraire, il a menacé d’organiser une marche armée sur Kiev.

Les membres du mouvement Praviy Sektor n’iront pas à Kiev, étant donné que les autorités ukrainiennes ont partiellement réalisé les exigences de l’organisation, a décidé le leader du mouvement Dmytro Yarosh. Ainsi, on a libéré tous les membres du mouvement qui étaient interpellés auparavant. Ces ‘’confrères’’ (appelés ainsi par Dmytro Yarosh) ‘’continuent de se battre dans l’Est ukrainien’’. Les autorités examinent déjà un autre dispositif de l’ultimatum lancé la veille, qui est de destituer Vladimir Evdokimov, vice-ministre ukrainien de l’Intérieur. Bien qu’elle soit théorique, c’est une victoire pour Praviy Sektor, qui garde ses positions. (…) ».

Le commentaire de ForumSi :

UKRAINE : REGAIN DE TENSION ENTRE PRAVIY SEKTOR ET LE GOUVERNEMENT

Cet extrait d’un article (dont on pourra retrouver l’intégralité en utilsant le lien reproduit ci-dessous) au français parfois un peu hésitant de La Voix de la Russie ne surprendra pas nos lecteurs. Ce n’est pas la première fois, en effet, qu’un état de vive tension s’installe entre le gouvernement ukrainien et les nationalistes radicaux de Praviy Sektor. C’est ainsi que, il y a quelques mois, ces nationalistes radicaux ont encerclé le parlement ukrainien pour protester contre l’assassinat de l’un de leurs dirigeants par la police et exiger -déjà !- la démission du vice-ministre de l’Intérieur, Vladimir Evdokimov (cf. notre commentaire du 28 mars dernier). Cette fois-ci, ils reviennent à la charge avec la même exigence, après avoir obtenu la libération de camarades emprisonnés : cette libération montre que, contrairement à ce qu’écrit La Voix de la Russie, l’ultimatum de Praviy Sektor ne s’est pas traduit par un échec, même si le limogeage du vice-ministre est encore à l’étude.

Que le gouvernement ukrainien envisage ainsi de limoger l’un de ses membres sous la pression d’une organisation militante est d’ailleurs un succès pour cette dernière, même s’il est encore “théorique”, pour reprendre l’adjectif de La Voix de la Russie. Un succès qui montre à quel point Praviy Sektor est encore monté en puissance en Ukraine. Et l’on doit s’en féliciter, ne serait-ce que parce que cette organisation est hostile à toute adhésion à l’Union européenne, ce chiffon rouge agité depuis des mois en face de la Russie et qui n’a pas peu contribué à créer un fossé dans ses relations avec l’Europe de l’Ouest, alors que, de par sa situation géographique, son histoire et la diversité de sa population, la vocation de l’Ukraine est, à l’évidence, d’être un pont entre l’UE et la Russie.

La question majeure reste évidemment celle des républiques séparatistes de l’Est, où les combats ont déjà fait au moins 2 000 victimes. Praviy sektor est très engagé dans ces combats, ce que l’on peut aisément comprendre. Il faut bien avouer, en effet, que, si l’on pouvait, à l’origine, éprouver une certaine sympathie pour les rebelles, ceux-ci ont été progressivement pris en main par des personnages douteux, dont on peut dire qu’ils apparaissent comme directement issus de l’ex-Union soviétique, dont ils se réclament d’ailleurs sans complexe. Or, il n’est certainement pas souhaitable pour la paix européenne que de mini-Etats communistes se créent ainsi au coeur de notre continent. C’est la raison pour laquelle on peut comprendre que Praviy sektor se soit ainsi engagé dans la lutte armée contre les insurgés de l’Est.

Mais il y a probablement, dans le même temps, un réel problème de nationalités à l’est de l’Ukraine, comme nous l’évoquions dans notre article du 17 mai dernier. Pour résoudre ce problème de façon juste et équilibrée, une solution acceptable par tous ne serait-elle pas que les populations russophones de l’Est puissent jouir d’une large autonomie dans le cadre d’une Ukraine fédérale ? Un homme comme Dmytro Yarosh, le leader de Praviy Sektor, qui est lui-même russophone, ne serait certainement pas hostile à une telle solution, lui qui n’a aucune animosité de principe à l’encontre de la Russie, mais demande simplement que les droits de l’Ukraine soient respectés : il y a là une raison supplémentaire pour souhaiter que Praviy Sektor renforce son influence à Kiev.

Cette solution d’une Ukraine fédérale verra-t-elle le jour, qui permettrait d’en finir avec l’insupportable guerre fratricide d’aujourd’hui ? Pour cela, il faudrait, d’une part, que le gouvernement ukrainien prenne ses distances avec les mots d’ordre reçus des gnomes de Wall Street, et, d’autre part, que la Russie en finisse avec une rhétorique stupidement antifasciste (dictée par ses nouveaux amis israéliens, tout comme son pesant silence à propos de la Palestine ?) qui n’apporte rien au débat. Il faudrait, en somme, que les uns et les autres fassent preuve d’esprit européen : est-ce trop leur demander ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article