Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

« AFFAIRES » RÉPUBLICAINES : MIS EN EXAMEN, SARKOZY-BISMUTH PEUT-IL ENCORE SAUVER LA FRANCE ?

3 Juillet 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

« AFFAIRES » RÉPUBLICAINES : MIS EN EXAMEN, SARKOZY-BISMUTH PEUT-IL ENCORE SAUVER LA FRANCE ?

Extrait du site lemonde.fr, le 2 juillet 2014 à 14 heures 24 (sources AFP et Reuters) :

« AFFAIRE DES ÉCOUTES : NICOLAS SARKOZY MIS EN EXAMEN

« Après une journée de garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour « corruption active », « trafic d'influence » et « recel de violation du secret professionnel » dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juillet dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'influence présumé. L'ex-chef de l'Etat s'exprimera, mercredi à 20 heures, sur TF1 et Europe 1, sa première interview depuis qu'il a quitté ses fonctions. Auparavant, son avocat, Me Thierry Herzog, et le haut magistrat Gilbert Azibert, avocat général près la Cour de cassation, avaient eux aussi été mis en examen. (…).

(…) Le délit de corruption active est le plus grave. Règlementé par l'article 433-1 du code pénal, il prévoit une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison. S'il est condamné, M. Sarkozy pourra aussi, selon un document publié sur le site du ministère de la justice, au titre de l'article 432-17 du code pénal, voir sa peine assortie d'une peine complémentaire, prévoyant la déchéance des droits civils et civiques, l'interdiction d'exercer une fonction publique ou une profession, ou encore l'exclusion des listes électorales pour une durée limitée.

(…) L'ancien président, qui s’est donné jusqu’à l’automne pour décider s’il fait son retour en politique, est au centre d'une information judiciaire ouverte le 26 février pour trafic d'influence et violation du secret de l'instruction sur la base d'écoutes téléphoniques qui l'ont visé, lui et son entourage. Les enquêteurs soupçonnent un réseau d'informateurs au sein de la justice et de la police de l'avoir renseigné sur les procédures judiciaires le visant. (…) ».

Le commentaire de ForumSi :

« AFFAIRES » RÉPUBLICAINES : MIS EN EXAMEN, SARKOZY-BISMUTH PEUT-IL ENCORE SAUVER LA FRANCE ?

Dans notre article du 19 mars dernier, nous rappelions que Sarkozy, qui vient de nous rappeler, le 2 juillet sur TF1, à quel point il « aime passionnément la France », avait choisi le délicieux patronyme, typiquement français, de « Bismuth » (de préférence à « Dupont » ou « Dupond », « Durand » ou encore -on peut toujours rêver- « Lefranc ») pour dialoguer en toute discrétion -croyait-il- avec son Herzog d’avocat. Leurs conversations portaient sur les renseignements confidentiels attendus de l’avocat général Azibert, lequel attendait quant à lui, en contrepartie, que le couple Sarkozy-Herzog œuvrât pour sa nomination à Monaco (on mesure là tout l’idéalisme, purement républicain, qui habite cet Azibert !).

Ces manœuvres de Sarkozy-Bismuth et de son avocat Herzog visaient à obtenir, de la part de l’Azibert, des informations sur la procédure qui était alors en cours dans le cadre de l’affaire Bettencourt (où la fille de notre camarade Eugène Schueller -qui, depuis quelque temps, doit sacrément se retourner dans sa tombe !- était soupçonnée de financement illicite d’une campagne électorale de Sarkozy, à la suite de manipulations de ce dernier), affaire qui a, en définitive fait l’objet d’un non-lieu, mais aussi, très probablement, sur d’autres procédures, actuelles ou à venir, concernant d’autres affaires mettant en cause Sarkozy-Bismuth.

Ce sont ces manœuvres de ce dernier, de son avocat Herzog et de leur Azibert d’informateur qui sont à l’origine de la garde à vue, puis de la mise en examen de l’ex-président d’une République qui n’a jamais aussi bien montré quelle était la nature profonde de ceux qui la servent et s’en servent. Lors de son intervention sur TF1, Sarkozy-Bismuth s’est contenté, comme d’habitude, de clamer qu’il était victime d’acharnement, et il n’en a pas fallu plus pour que de nombreux crétins de l’UMP viennent immédiatement nous dire à quel point « Nicolas » leur manquait et combien il était urgentissime que celui-ci revînt, pour sauver cette France que Sarkozy-Bismuth aime tant…

Mais il y a ce que pensent les crétins, d’une part, et les solides réalités, d’autre part. Or, celles-ci nous disent que Sarkozy-Bismuth est concerné par bien d’autres affaires que celle pour laquelle il vient d’être mis en examen. On citera, par exemple, le soupçon de financement de sa première campagne présidentielle par Kadhafi, l’encaissement éventuel de rétrocommissions liées à une vente de matériel produit par notre DCN à Karachi, ou encore, bien sûr, le paiement à la société Bygmalion de fausses factures, ce afin de rétribuer, sans faire exploser les comptes de campagne, une partie des prestations reçues de cette société lors de la dernière campagne présidentielle.

Le dernier dossier, cette affaire Bygmalion, paraît d’ailleurs particulièrement explosif, puisqu’il met directement en cause des collaborateurs directs de Sarkozy, qui ne pouvait pas ne pas être au courant de la façon dont on agissait pour financer la fin de sa campagne. Le retour de Sarkozy-Bismuth semble donc singulièrement compromis, dont un sondage rendu public hier dit d’ailleurs qu’il est rejeté par 63 % des Français : ce n’est pas nous qui nous en plaindrons !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article