Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

QUAND LE PEN PARLE DE « FOURNÉE », CERTAINS DIRIGEANTS DU FN S’ALIGNENT SUR LES RÉACTIONS COMMUNAUTAIRES !

13 Juin 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #Marine Le Pen sert-elle la France

QUAND LE PEN PARLE DE « FOURNÉE », CERTAINS DIRIGEANTS DU FN S’ALIGNENT SUR LES RÉACTIONS COMMUNAUTAIRES !

L’affaire de la « fournée » semble faire long feu, qui n’a guère déclenché l’indignation « antiraciste » de l’opinion publique. Toutefois, il nous paraît souhaitable d’y consacrer encore un peu d’attention, tant elle est révélatrice des forces en présence au sein de la direction du Front national.

Extrait du site msn.com, le 9 juin 2014 :

« LA POLÉMIQE ENFLE AU SEIN DU FN APRÈS LES PROPOS DE J.-M. LE PEN SUR PATRICK BRUEL

« La polémique continue à enfler au sein du Front national après les propos de Jean-Marie Le Pen. Le président d'honneur du parti a créé l'émoi en évoquant une "fournée" d'artistes hostiles au FN, dont Patrick Bruel.

Plusieurs dirigeants du parti et notamment Marine Le Pen se sont démarqués de cette déclaration prononcée dans une vidéo publiée sur le site du FN. La présidente du mouvement est montée au créneau dimanche pour regretter la "faute politique" de son père, tout en se disant "convaincue que le sens donné à ses propos relève d'une interprétation malveillante". Elle a également déploré qu'"avec la très longue expérience qu'est celle de Jean-Marie Le Pen, ne pas avoir anticipé l'interprétation qui serait faite de cette formulation est une faute politique dont le Front national subit les conséquences".

Une réaction que n'a pas appréciée Jean-Marie Le Pen. Le président d'honneur du FN a répliqué que la "faute politique" était de "s'aligner sur la pensée unique". (…).

Rappel des faits

Jean-Marie Le Pen n'a manifestement pas aimé les critiques de certains artistes après la victoire du Front national aux élections européennes. Le président d'honneur du parti s'en est pris violemment à Patrick Bruel, Yannick Noah ou encore Madonna, dans une vidéo publiée vendredi sur le site du FN et repérée par Le Lab d'Europe 1. (…). Pour Jean-Marie Le Pen, Madonna et Guy Bedos (rebaptisé "Bedoche" dans la vidéo) sont "les deux pov' cons de la semaine". Le président d'honneur du FN n'hésite pas à les qualifier de "vedettes vieillissantes" qui tentent d'attirer l'attention des médias en se présentant comme "ennemi du fascisme et du nazisme". Leurs torts ? La chanteuse s'est inquiétée sur Instagram du score du Front national aux dernières élections. L'humoriste Guy Bedos, lui, a estimé que "pour avoir joué Hitler à Chaillot", Marine Le Pen "a exactement le même discours que lui".

Cible suivante : Yannick Noah, qui s'est opposé au FN en musique. "M. Noah s'était engagé à ne plus chanter en France si le Front national arrivait en tête de l'élection... Cochon qui s'en dédit", commente Jean-Marie Le Pen. "Monsieur Bruel aussi ?" demande Marie d'Herbais qui anime le blog vidéo. "On fera une fournée la prochaine fois", lâche le président d'honneur du FN, goguenard. Le chanteur de confession juive, qui avait prévenu qu'il ne jouerait plus dans les villes dont le maire est étiqueté Front National, n'a pas tardé à réagir à ces propos. "J.-M. Le Pen récidive. Avait-il besoin de nous rappeler son vrai visage et celui du FN #xénophobe #raciste #antisémite #nausée", s'est-il insurgé sur le réseau social Twitter.

Une "mauvaise phrase de plus"

Plusieurs dirigeants du parti ont condamné les propos du président d'honneur du Front national. Le vice-président du FN, Louis Aliot, a ainsi dénoncé dans le Parisien, une "mauvaise phrase de plus". "S'il a bien utilisé le terme de 'fournée', c'est une mauvaise phrase de plus. C'est stupide politiquement et consternant".

Gilbert Collard, le député du Rassemblement bleu marine, interrogé par BMTV, a déclaré : "Sur la forme, c'est inacceptable et intolérable, ça fait du mal à ceux qui les entendent et se sentent concernés, ça fait du mal au rassemblement bleu marine et au Front national." "(Guy) Bedos a pris sa retraite (...) le roi d'Espagne a pris sa retraite et Jean-Marie ferait peut-être bien de se poser la question", a précisé Gilbert Collard. Ces propos n'ont pas été du goût du président d'honneur du FN qui a répliqué sur LCI en lui suggérant de "changer les consonnes de son nom". (…). »

Le commentaire de ForumSi :

QUAND LE PEN PARLE DE « FOURNÉE », CERTAINS DIRIGEANTS DU FN S’ALIGNENT SUR LES RÉACTIONS COMMUNAUTAIRES !

Nous ne reviendrons certes pas sur l’attitude lamentable de Marine Le Pen, que nous avons déjà commentée dans notre communiqué du 9 juin. Mais ce qui doit être signalé, et n’étonnera pas les observateurs attentifs du Front, c’est qu’elle n’a pas été la seule à s’aligner ainsi immédiatement, quasiment sur un coup de sifflet, sur les réactions communautaires.

D’autres ont bien évidemment immédiatement suivi son exemple, à commencer par son « compagnon » (Marine Le Pen est décidément aussi décevante dans sa vie privée que dans sa vie publique), le très insupportable et très lourdaud Louis Aliot (notre photo), dont les origines communautaires expliquent probablement la virulence de la réaction. On notera que ce personnage, qui cultive un style faussement méridional, a demandé des « explications » à Jean-Marie Le Pen, lequel l’a vertement renvoyé dans les cordes, en lui précisant qu’il n’avait « aucune explication à lui donner » et en lui laissant clairement entendre qu’il le considérait comme un imbécile (ce sur quoi on ne donnera certes pas tort à Le Pen).

L’antifasciste Gilbert Collard (dont nous avons pris soin de ne pas changer certaines consonnes du nom, au moins cette fois-ci) y est allé, lui aussi, de sa ridicule petite formule d’alignement sur l’indignation communautaire. Là non plus, nous ne serons pas étonnés, tout en regrettant qu’un tel personnage ait pu recevoir l’investiture du FN, ce qui en dit long sur le positionnement politique réel de Marine Le Pen.

Mais il n’y a pas que des mauvaises surprises (si l’on peut dire, car elles étaient parfaitement attendues) dans cette affaire. Il y a eu aussi des réactions plus dignes, comme celle du « résistant » autoproclamé Philippot, qui, bien inspiré pour une fois, a déclaré que ladite affaire lui semblait totalement excessive. Ou encore les propos de Wallerand de Saint-Just, affirmant que les propos de J.-M. Le Pen lui paraissaient parfaitement anodins. Ou enfin le silence assourdissant de Chauprade, qui ne passe pas pour un admirateur béat des réseaux sionistes et dont l’absence totale de réaction montre qu’il considère, lui aussi, qu’il n’y a rien à redire aux propos du président d’honneur du FN.

Lequel ne baisse d’ailleurs pas la garde, qui vient d’envoyer ce jour à sa fille une lettre dans laquelle il lui reproche d’avoir supprimé son blog du site du Front (acte de censure totalement lamentable !), tout en maintenant fermement la ligne de défense qu’il a adoptée dès le début dans cette affaire de la « fournée ». Une affaire qui peut, si les choses ne se calment pas trop vite au sein du FN, constituer l’amorce d’un débat salutaire sur la ligne politique adoptée par Marine Le Pen et un certain nombre de ceux qui la conseillent. Jean-Marie Le Pen a eu le mauvais goût de vouloir à toute force propulser sa fille à la tête du Front national : peut-on espérer qu’il soit en train d’essayer de corriger cette colossale erreur ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article