Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

UKRAINE : LES FRONTIÈRES DE L’ÉTAT UKRAINIEN SONT-ELLES CLAIREMENT DÉFINIES ?

17 Mai 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #La crise ukrainienne depuis fin 2013

UKRAINE : LES FRONTIÈRES DE L’ÉTAT UKRAINIEN SONT-ELLES CLAIREMENT DÉFINIES ?

Dans notre article du 11 mai, nous indiquions que, si l’on voulait voir déboucher sérieusement de nécessaires négociations entre les « fascistes » de Kiev et les « séparatistes » de Slaviansk, il convenait, sur le fond, de répondre à quelques questions centrales, dont celles-ci : comment se sont constituées les frontières de l’Ukraine à l’Est ? Sont-elles aussi stables que veulent bien nous le dire les politiciens et les gros médias atlantistes, qui nous les présentent sous la forme d’une intangible vérité révélée ?

Les choses sont-elles vraiment aussi claires ? Dans un article intitulé « Ukraine : la victoire idéologique russe », Le Monde daté du 15 mai signale que, « pour Vladimir Poutine, le Sud-Est, c’est ‘’la Nouvelle Russie. Karkhiv, Louhansk, Donetsk, Odessa n’appartenaient pas à l’Ukraine à l’époque tsariste, ils ont été transférés dans les années 1920. Pourquoi ? Dieu seul le sait’’ ».

Quant à nous, qui avouons préférer les « dieux » de notre tradition européenne, gréco-romaine en particulier, au « Dieu » invoqué par Vladimir Vladimirovitch, il nous semble que ces dieux de notre tradition, s’ils savent pourquoi a eu lieu ce transfert, n’y ont très certainement aucune responsabilité. Car les responsabilités sont ici humaines, purement humaines, et profondément enracinées dans l’Histoire, où les nations trouvent la justification de leurs frontières.

Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que la remarque de Poutine laisse présager que les frontières de l’est de l’Ukraine sont probablement fluctuantes et, selon toute vraisemblance, peu enracinées, justement, dans cette durée historique qui fonde la légitimité des Etats.

Certains pourront évidemment soupçonner le président russe de partialité, en l’occurrence, et affirmer que, comme Israël paraît-il, l’Ukraine dispose de frontières « sûres et reconnues » de toute éternité. Or, ce n’est pas du tout ce que laisse entendre l’excellente revue trimestrielle de géopolitique Conflits, dirigée par Pascal Gauchon, dont le premier numéro, paru en avril dernier, est consacré au « Grand dessein de Poutine ».

L'UKRAINE : UNE RÉALITÉ COMPLEXE ET DES FRONTIÈRES INSTABLES

Ce n°1 de Conflits comporte en effet un article intitulé « L’Ukraine est-elle une nation ? », qui vient appuyer l’impression d’ instabilité des frontières à l’Est que l’on peut retirer de la lecture des déclarations reproduites plus haut de Vladimir Poutine. Qu’on en juge, d’après les quelques éléments significatifs ci-dessous, que l’on peut déduire de cet article de Conflits :

-au Moyen Age, on pouvait, jusqu’en 1334, distinguer deux Ukraine : l’extrême Ouest polonais (avec, à Lvov, le siège de l’archevêque catholique) et le Centre lituanien ;

-de 1334 à 1337, le Centre lituanien connut une forte expansion vers l’Est, aux dépens de la Horde d’Or (ce Centre élargi engloba les villes de Kiev et de Kharkov) ;

-l’Est et le Sud tatar, où sont actuellement situées, par exemple, les villes de Donetsk et d’Odessa, furent ultérieurement rattachés à la Russie, tout en n’ayant jamais été inclus dans les frontières de 1337, c’est-à-dire dans celle de l’Ukraine historique.

Il semble donc que, mis à part le cas de Kharkov (qu’il appelle Kharkiv), Poutine soit fondé à affirmer que l’est et le sud de l’Ukraine actuelle n’appartenaient pas à l’Ukraine à l’époque tsariste. Il s’agissait bel et bien de territoires totalement russes, ce qui explique le poids qu’y représentent aujourd’hui, non pas les « russophones » (car une grande partie des Ukrainiens est russophone), mais les « Russes » tout court.

Tout ceci montre à l’évidence que l’on se trouve ici en face d’une situation très complexe et que, face à une population massivement russe à l’Est et au Sud, la seule solution juste et équilibrée se trouvait certainement dans le fédéralisme (un fédéralisme qui semble aujourd’hui avoir perdu de son attrait au profit de l’indépendantisme) et sûrement pas dans une répression dépourvue de toute légitimité historique. Une répression qui ne sert ni les intérêts de l’Ukraine, ni ceux de la Russie, ni ceux de l’Union européenne, mais ne profite qu’aux manœuvres des gnomes de Wall Street, qui veulent affaiblir l’Europe et abattre la Russie pour mettre la main sur ses immenses richesses naturelles. Comment se fait-il que les nationalistes ukrainiens, ceux de Praviy Sektor en particulier, pour qui nous avons une certaine sympathie, ne prennent pas conscience de ces réalités ? Souhaitent-ils être confinés dans les basses besognes que leur sous-traite le régime fantoche de Kiev ou bien comptent-ils mener leur révolution à terme ?

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article