Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

UKRAINE : LES PROVOCATEURS SONT DE RETOUR !

21 Avril 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #La crise ukrainienne depuis fin 2013

UKRAINE : LES PROVOCATEURS SONT DE RETOUR !

Extrait du site orange.fr, le 20 avril 2014 à 10 heures 44 (source AFP) :

« UKRAINE : QUATRE MORTS DANS UNE FUSILLADE DANS L’EST REBELLE

« Quatre personnes ont été tuées dimanche dans l'est de l'Ukraine dans une fusillade près de Slaviansk, ville totalement contrôlée par les séparatistes pro-russes faisant craindre une escalade en pleine célébration des Pâques orthodoxes.

« Les violences qui ont coûté la vie à trois militants pro-russes et un attaquant, se sont produites près d'un barrage érigé par des insurgés dans le village de Bilbasivka, à 18 kilomètres à l'ouest de Slaviansk, a annoncé un responsable local, Viatcheslav Ponomarev, à des journalistes. Elles interviennent trois jours après la signature à Genève d'un accord entre Russes, Ukrainiens et Occidentaux en vue d'une désescalade dans la crise ukrainienne et le jour de la Pâque, principale fête des orthodoxes (…). "Quatre voitures sont arrivées près de notre barrage vers 1 heure du matin. Nous avons voulu les contrôler, ils ont alors ouvert le feu sur nous à l'arme automatique", a déclaré à l'AFP un militant pro-russe cagoulé, Vladimir, 20 ans, qui affirme avoir été sur les lieux à ce moment. Les attaquants étaient une vingtaine et ils sont partis quand des renforts sont arrivés, a ajouté ce militant en faisant état de trois morts et de quatre blessés dans son camp. Il s'agit des premiers morts en Ukraine dans des affrontements depuis l'attaque jeudi d'une caserne militaire ukrainienne par des inconnus à Marioupol (sud). Le gouvernement pro-européen mène dans l'Est une opération destinée à désarmer les militants pro-russes et à libérer les bâtiments qu'ils occupent.

« Faire baisser la tension

« Le responsable des services spéciaux ukrainiens chargés de cette "opération antiterroriste", le général Vassyl Kroutov, a indiqué samedi que des "mesures pour faire baisser la tension" seraient prises à Slaviansk où la situation était selon lui inquiétante. A Slaviansk, la mairie, la police et le siège local des services secrets sont passés il y a plus d'une semaine sous le contrôle d'insurgés pro-russes. Ces militants locaux sont épaulés par des hommes armés présentés comme des groupes d'autodéfense, mais que Kiev et les Occidentaux accusent d'être des troupes d'élite des services spéciaux de l'armée russe. L'Est est en proie depuis début avril à une insurrection armée pro-russe après l'occupation et le rattachement à la Russie en mars de la péninsule ukrainienne de la Crimée. Le Kremlin, qui a massé près de 40.000 soldats à la frontière de l'Ukraine, selon les Occidentaux, dément des projets d'invasion dans l'Est. Mais Vladimir Poutine, qui a le feu vert du Parlement russe pour l'envoi de troupes en Ukraine, a promis d'assurer "à tout prix" la protection des russophones dans l'ex-URSS. (…).

« Pâque avec Kalachnikov

« (…) A Slaviansk, des hommes en uniforme sans signes distinctifs, certains une kalachnikov en bandoulière, étaient présents samedi soir devant l'empilement de sacs de sable qui barre l'entrée de la mairie. Tout comme les rebelles de Donetsk qui occupent l'administration régionale, ils faisaient fi de l'accord de Genève conclu jeudi entre la Russie, l'Ukraine, les Etats-Unis et les Européens qui prévoit leur désarmement et l'évacuation des bâtiments publics. Les Etats-Unis qui accusent Moscou d'être derrière les troubles en Ukraine ont appelé la Russie à faire pression sur les insurgés pour qu'ils respectent l'accord conclu. Le Kremlin a répondu que la Russie refusait d'être tenue pour seule responsable du respect de l'accord de Genève et jugeait "inacceptables" les menaces de nouvelles sanctions américaines. A Kiev, les autorités pro-européennes se sont efforcées vendredi de tendre la main aux rebelles, promettant une importante décentralisation et un statut protecteur pour la langue russe, apparemment sans convaincre ».

Le commentaire de ForumSi :

UKRAINE : LES PROVOCATEURS SONT DE RETOUR !

Dans notre commentaire du 17 avril, nous supposions que la Russie avait représenté, peu ou prou, les intérêts des fédéralistes de l’est de l’Ukraine lors des négociations ayant conduit à l’accord du 17 avril à Genève. Il nous semblait en effet étonnant que ne fussent pas représentés à ces négociations ceux qui avaient récemment marqué le plus de points et auxquels étaient demandés les plus grands sacrifices. Nous pensions que seule une représentation de leurs intérêts par la Russie était, dans ces conditions, imaginable, faute de quoi le risque était grand de voir les fédéralistes refuser l’application de l’accord de jeudi dernier.

Les développements qui ont suivi ont montré que ce risque est devenu réalité, les insurgés de l’Est refusant d’appliquer l’accord en mettant en avant, justement, leur absence aux discussions de Genève. Les gros médias soi-disant « occidentaux » nous explique maintenant que la Russie manipule ces insurgés en sous-main, avec pour objectif de faire capoter l’accord conclu le 17. Nous ignorons les pseudo-preuves dont disposent les médias atlantistes et sionistes pour avancer une telle hypothèse. Quant à nous, nous ne voyons pas très bien quel intérêt la Russie aurait à faire preuve d’une telle duplicité, surtout si le prétendu « Occident » est à même d’en apporter la preuve. Nous pensons tout simplement que la Russie ne contrôle que très mal les fédéralistes et que ceux-ci se sentent suffisamment forts pour essayer d’imposer leurs conditions.

Une illustration de leur détermination a été fournie, il y a quelques jours, sur la chaîne Arte, où l’on a pu voir le représentant d’une « République du Donetsk » de fondation récente annoncer que ses troupes ne rendraient pas leurs armes ni n’évacueraient les bâtiments qu’elles occupent tant que les bâtiments de Kiev occupés par des putschistes (sont ici visés les membres du gouvernement fantoche de Kiev) ne seraient pas eux-mêmes évacués.

Dans ces conditions, on pouvait se demander comment allaient procéder les représentants de l’OSCE chargés de faire appliquer l’accord de Genève, c’est-à-dire d’obtenir des groupes armés qu’ils rendissent leurs armes et évacuassent les bâtiments occupés. On pouvait également s’interroger sur le périmètre de l’accord : celui-ci ne concernait-il pas également une organisation comme Praviy Sektor, vraisemblablement armée, elle aussi, et que le gouvernement de Kiev a probablement autant de mal à contrôler que la Russie a de difficultés à imposer ses vues aux fédéralistes de l’Est ? Le seul point positif des derniers développements était néanmoins que l’on ne parlait plus d’adhésion à l’Union européenne, fer de lance de l’offensive lancée par les réseaux sionistes et néo-conservateurs pour créer un fossé entre la Russie et cette même UE.

L’ATTAQUE SURVENUE PRÈS DE SLAVIANSK EST UNE PROVOCATION

Il n’en restait pas moins que la situation récente nous paraissait très instable, d’autant plus qu’elle représentait un échec pour les gnomes de Wall Street, dont l’offensive contre la Russie était en train de se briser sur une réalité complexe, difficile à manipuler au mieux de leurs intérêts. Nous avions donc quitté nos lecteurs, le 17 avril, en soulignant nos craintes qu’une provocation ne vienne saboter l’accord de Genève.

L’attaque survenue près de Slaviansk et qui fait l’objet de l’article dont nous avons reproduit des extraits ci-dessus est exactement le type de provocation que nous avions en tête. Menée par des inconnus, et non par des militaires ukrainiens, alors que les seuls intervenants attendus, maintenant, sont ceux de l’OSCE, elle avait à l’évidence pour objectif de créer un affrontement susceptible de détruire l’accord de Genève et de relancer une situation de conflit aigu avec la Russie. Les gros médias laissent entendre que les nationalistes radicaux ukrainiens pourraient être à l’origine de cette attaque provocatrice. Nous en sommes beaucoup moins sûrs qu’eux, sauf à admettre que lesdits nationalistes aient été manipulés par des forces ayant en tête bien autre chose que les intérêts de l’Ukraine.

Car quel intérêt des nationalistes ukrainiens conscients auraient-ils à relancer une situation de conflit qui ne leur a guère rapporté jusqu’à présent ? Leur politique ne devrait-elle pas plutôt consister à renverser les fantoches de Kiev et à rechercher un accord avec leurs frères de l’Est, dont ils sont ethniquement très proches, ce qui leur permettrait ensuite de construire l’Ukraine vraiment indépendante qu’ils appellent de leurs vœux, une Ukraine qui, par construction, pourrait être un trait d’union entre l’Union européenne et la Fédération de Russie.

Si des nationalistes conscients n’ont aucun intérêt à accomplir une attaque provocatrice comme celle du dimanche 20 avril, qui donc a cet intérêt et est, par conséquent, susceptible d’être derrière les exécutants de l’attaque en question ? Il nous semble que ce que nous avons indiqué plus haut à propos de la situation actuelle, ressentie comme un échec par les gnomes de Wall Street, désigne très clairement les réseaux sionistes et néo-conservateurs comme les instigateurs de cette attaque provocatrice. Quant à ses exécutants réels, sans écarter totalement l’hypothèse de l’action de nationalistes dévoyés, il nous semble que, comme nous l’indiquions dans nos articles des 20 et 21 février, les sionistes et néo-conservateurs disposent de suffisamment de professionnels avec les Duvdevan et autres Navy seals pour n’avoir pas besoin de sous-traiter leur sale besogne…

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article