Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

« AFFAIRES » RÉPUBLICAINES : QUAND NICOLAS SARKOZY SE TRANSFORME EN « PAUL BISMUTH »…

19 Mars 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

« AFFAIRES » RÉPUBLICAINES : QUAND NICOLAS SARKOZY SE TRANSFORME EN « PAUL BISMUTH »…

Ceux qui s’intéressent encore aux petits débats des politiciens républicains ne savent plus où donner de la tête. En quelques jours, en effet, on est passé de l’affaire Bygmalion, mettant en cause Copé, à l’affaire des enregistrements du pseudo-maurrassien Buisson (cf. notre article du 5 mars), pour en arriver, tout récemment, à celle de la mise sur écoute de Sarkozy et de son avocat, Herzog, mise sur écoute ayant permis, semble-t-il, de placer le premier en situation délicate. D’après les écoutes ainsi obtenues, celui-ci aurait tout bonnement promis d’appuyer l’évolution de carrière d’un haut magistrat souhaitant décrocher un poste à Monaco (encore un idéaliste républicain !), ce en échange d’une aide du magistrat en question à propos de l’un des dossiers mettant en cause l’ancien président de notre si vertueuse République.

De quel dossier s’agit-il ? Du financement éventuel de la première campagne présidentielle de Sarkozy par l’infortuné Kadhafi, de rétrocommissions éventuelles liées à une vente de matériel de notre DCN à Karachi, ou encore des versements, tout aussi éventuels, effectués par Mme Bettencourt au bénéfice du même Sarkozy ? A vrai dire, on ne sait plus très bien, car toutes ces « éventualités » se bousculent et se traduisent par une interminable partie de tennis entre la majorité et l’UMP, partie de tennis où tous ces sujets, furieusement mélangés, donnent lieu à de risibles démonstrations et proclamations de vertu républicaine.

On ne sait plus très bien de quel dossier il s’agit, disions-nous, mais peu importe…Car ce qui est important, en définitive, c’est que Sarkozy semble en fâcheuse posture, et qu’il ne suffit pas de traiter la Taubira de « menteuse » pour changer quoi que ce soit à cette situation. Sarkozy semble tellement inquiet de sa situation qu’il en vient à prendre des mesures de « discrétion » qui ne mériteraient qu’un immense éclat de rire et un non moins immense mépris, si les affaires en question n’étaient des affaires gravissimes mettant en cause l’ancien pseudo-chef de ce qui nous sert d’Etat. Ainsi Le Figaro du 14 mars publie-t-il un article intitulé « Affaires : guerre des nerfs entre l’UMP et le gouvernement » dont nous nous faisons un plaisir de reproduire l’extrait suivant :

« A propos de l’ouverture par l’ancien président de la République d’une ligne téléphonique sous le faux nom de Paul Bismuth, le patron des députés socialistes n’a pas fait dans la nuance : ‘’La dernière fois que j’ai entendu parler d’une telle méthode, c’étaient les dealers de la cité Cordon, en face de chez moi, à Saint-Ouen’’, a déclaré Bruno Le Roux ».

TOUT SAUF SARKOZY-BISMUTH !

Nous sommes bien d’accord avec M. Le Roux : la méthode sarkozienne est ici digne des dealers et en dit long sur la réelle personnalité de celui qui l’utilise. Nous ajouterons simplement une remarque, en notant que, à notre avis, un dealer de la délicieuse cité républicaine sise en face du domicile du président du groupe socialiste n’aurait très certainement pas choisi le patronyme communautairement très connoté de « Bismuth » pour se livrer incognito à des échanges téléphoniques concernant ses sales petits trafics. Sarkozy, quant à lui, aurait pu choisir de s’appeler Dupont (ou Dupond), Durand ou encore (on a le droit de rêver) Lefranc…Mais non, il a choisi Bismuth -ce qui, répétons-le, n’a rien de très gallo-romain-, comme s’il était responsable, par exemple, d’une organisation étudiante du Front national. Etait-ce pour faire plaisir à Me Herzog ? C’est possible mais, à notre avis, ce n’est pas la seule raison, ni la plus importante.

La raison la plus importante est très probablement à chercher ailleurs. Pour être plus précis, il nous semble que, par son choix, Sarkozy a exprimé ici ce qui fait le fond de sa personnalité et de ses attachements les plus caractéristiques. Dans notre commentaire du 29 septembre 2011, nous notions que l’un des principaux axes de la politique étrangère de Sarkozy lorsqu’il était président de la République était un soutien appuyé à Israël, soutien dont Le Monde daté du 23 septembre 2011 affirmait qu’il trouvait son origine dans l’attachement que ce même Sarkozy éprouvait pour l’un de ses grands-pères, un Juif de Salonique. C’est donc tout « naturellement », pourrait-on dire, que Sarkozy a choisi le nom de Bismuth pour dialoguer avec Herzog, confirmant ainsi que son sionisme militant est une émanation directe de ce qu’il a de plus personnel.

Que Sarkozy soit sioniste, c’est son droit, mais notre droit à nous, nationalistes français ouverts à l’idée impériale européenne, c’est d’affirmer que le devoir du chef de l’Etat français est de défendre les intérêts légitimes de la France et de l’Europe, et non de privilégier ceux d’un Etat étranger, qui plus est totalement extérieur à l’espace européen. Que l’on ne compte pas sur nous, en conséquence, pour appuyer une quelconque tentative de Sarkozy-Bismuth pour revenir au pouvoir. Nous avons fait campagne contre lui lors de la dernière Présidentielle et ferons bien évidemment la même chose lors de la prochaine, si cet individu ose s’y présenter. Il n’y aura alors qu’un seul mot d’ordre : tout sauf Sarkozy-Bismuth !

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article