Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

UKRAINE : ET MAINTENANT ?

23 Février 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #La crise ukrainienne depuis fin 2013

UKRAINE : ET MAINTENANT ?

Des dizaines de morts, Ianoukovitch parti (définitivement ?), la Russie dans l’embarras…Le triomphe des réseaux sionistes et néo-conservateurs semble total, comme s’en félicite la dernière trouvaille des gros médias atlantistes, un dénommé Raphaël Glucksmann, que l’on n’avait jamais vu auparavant et qui était très présent, le 22 février, sur les plateaux de FR 3 et i-Télé. Venant relayer le provocateur et va-t-en-guerre Bernard-Henri Lévy, ce Glucksmann, présenté comme un ancien conseiller de l’ex-président géorgien Saakachvili (comment mieux dire que ce Glucksmann, paraît-il fils d’André, le « philosophe », est un agent américano-sioniste ?) et un « spécialiste » (nous n’en doutons pas !) de l’Europe de l’Est, est venu expliquer que Poutine avait perdu devant « les peuples » (n’est-ce pas plutôt du « courageux petit peuple » dont il s’agit ici ?) et qu’il n’avait qu’à bien se tenir : dans l’esprit du Glucksmann, Poutine est évidemment le prochain sur la liste…

La division entre l’UE, qui a cru bon de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Ukraine, et la Russie semble plus profonde que jamais, ce qui était évidemment l’objectif des gnomes de Wall Street qui, pour abattre la Russie, ont d’abord besoin de l’affaiblir en l’isolant. Les ennemis de l’Europe, ceux qui ne veulent à aucun prix d’un accord de long terme entre la Fédération de Russie et l’Union européenne, paraissent donc proches d’un succès retentissant…

Pourtant, le pire est-il vraiment sûr ? Il reste peut-être une chance de voir la tendance s’inverser…Cette chance repose sur les robustes épaules des nationalistes radicaux ukrainiens qui, semble-t-il, avaient déclenché l’insurrection en attaquant délibérément la police lors de la manifestation du 18 février (cf. notre article du 19 février). Nous étions, bien évidemment, fortement réservés en face de cette action, compte tenu du contexte (cette attaque -qui donc en a donné le signal ?-se produisait au moment où les JO battaient leur plein et où Mme Merkel marquait son intention de négocier avec la Russie à propos de l’Ukraine) et des immenses enjeux en cause (la mise en péril du nécessaire rapprochement stratégique entre l’UE et la Russie). Les événements ont ensuite suivi leur cours et ces nationalistes radicaux ont alors fait preuve d’un courage exceptionnel. On peut dire que ce sont eux, et en particulier les militants de Secteur droit (« Praviy Sektor », dont nous avons retenu le drapeau, aux couleurs de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne -ou UPA- de la Dernière Guerre, pour illustrer cet article), qui ont provoqué la chute de Ianoukovitch, qu’ils détestent, en reprenant à la police le terrain perdu place Maïdan. Ce faisant, ils ont montré qu’ils représentaient une force énorme, disciplinée et déterminée (c’est cette force qui, actuellement, assure l’ordre à Kiev, y compris dans les bâtiments occupés de l’ancienne présidence).

Mais cette énorme force nationaliste a-t-elle pour objectif de faire adhérer l’Ukraine à l’UE et d’accentuer ainsi un peu plus les tensions entre cette dernière et la Russie ? Pas le moins du monde, comme ses représentants, ceux de Secteur droit en particulier, l’ont affirmé à plusieurs reprises, leur seul but étant de construire un Etat nationaliste ukrainien et rien d’autre ! Et c’est là que réside la chance de voir les choses évoluer différemment de ce que souhaitent les gnomes de Wall Street et leurs valets politiciens et médiatiques en Europe occidentale. Par leur détermination, attestée par le sang de leurs héros, les nationalistes radicaux ukrainiens, qui représentent aujourd’hui la seule force organisée du pays, au moins à l’ouest de celui-ci, ont la possibilité de faire totalement capoter les plans des réseaux sionistes et néo-conservateurs, pour lesquels quelque chose nous dit qu’ils n’ont -employons une formulation à faible intensité- absolument aucune sympathie.

Souhaitons que notre analyse soit la bonne et que les nationalistes radicaux ukrainiens parviennent effectivement à faire capoter les plans visant à diviser et à affaiblir l’Europe, car, à ce moment-là, tout redeviendra possible, en particulier la reprise d’un dialogue constructif entre l’UE et la Russie, premier pas vers la construction de cette Europe impériale que nous appelons de nos vœux.

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article