Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

PENDANT QUE VALLS SE CONSACRE À DIEUDONNÉ, L’ASSASSIN D’ANTOINE COURT TOUJOURS…

7 Janvier 2014 , Rédigé par forumsi Publié dans #Dieudonné Valls et Antoine de Saint-Nicolas

PENDANT QUE VALLS SE CONSACRE À DIEUDONNÉ, L’ASSASSIN D’ANTOINE COURT TOUJOURS…

Extrait du site msn.com, le 5 janvier 2014 :

« SPECTACLES DE DIEUDONNÉ : MANUEL VALLS DÉTERMINÉ À LES INTERDIRE

« (…) Pour faire interdire les spectacles de Dieudonné, Manuel Valls a prévu d'envoyer "en début de semaine", une circulaire aux préfets. "On veut être efficace dès les premiers spectacles", a expliqué le ministre de l'Intérieur au Journal du Dimanche. La tournée de l'humoriste controversé, condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale, démarre jeudi à Nantes.

Pour Manuel Valls, "Dieudonné est profondément anti-Juif". "On n'est plus dans le spectacle, on est dans le meeting", analyse-t-il. "Contre lui, il faut mener un combat politique de mobilisation de la société", estime le ministre de l'Intérieur, (…). Si cette position est soutenue par le chef de l'Etat et le président de l'UMP Jean-François Copé, elle est critiquée par certains au nom de la liberté d'expression.

La position du ministre de l'Intérieur est en outre jugée difficile à mettre en œuvre juridiquement. En effet, il n'est pas possible de décréter une interdiction au niveau national. Les préfets auront donc pour consigne d'apprécier s'il y a nécessité ou non de le faire dans leur département, en fonction des risques de troubles à l'ordre public, d'après l'entourage du ministre. (…) ».

Le commentaire de ForumSi :

PENDANT QUE VALLS SE CONSACRE À DIEUDONNÉ, L’ASSASSIN D’ANTOINE COURT TOUJOURS…

Dans notre article du 2 janvier, nous rappelions les brillants résultats obtenus par Valls lors de la nuit de la Saint-Sylvestre : trois meurtres à l’arme blanche, cinq policiers blessés et 1 067 véhicules brulés. Et dans notre article du 3 janvier, nous rendions hommage à Antoine de Saint-Nicolas, l’une des trois personnes assassinées, qui a perdu la vie (à 20 ans !) en tentant courageusement de récupérer le sac volé à une amie par l’une de ces bandes de sauvages -vraisemblablement issue de la politique d’immigrationnisme forcené que nous subissons depuis des décennies- qui écument sans entrave la rue républicaine.

Face à un bilan aussi lamentable, un ministre de l’Intérieur normalement constitué aurait présenté sa démission ou, à tout le moins, se serait engagé à s’investir totalement pour remonter la pente, prioritairement en mettant toute son énergie pour retrouver sans tarder les auteurs des meurtres, en particulier le meurtrier d’Antoine, dont le courage fait honneur à la jeunesse française tout autant que les piteux résultats de Valls sont l’une des hontes de la classe politique républicaine. Mais Valls, quant à lui, n’a pas plus démissionné qu’il ne s’est investi dans la recherche des assassins. Toutes affaires cessantes, il s’est immédiatement replongé dans ce qui est, à l’évidence, son occupation préférée : la persécution acharnée à l’encontre de l’humoriste Dieudonné.

Dans notre article du 2, nous avions déjà souligné que les fameuses « quenelles » de Dieudonné -que l’on reproche également maintenant au footballeur Anelka- n’avaient jamais tué personne et ne méritaient donc pas que le ministre de l’Intérieur y consacrât l’essentiel de ses préoccupations. Depuis, nous avons eu l’occasion de lire, à ce sujet, les résultats des investigations d’une plume communautaire, nous expliquant doctement que la « quenelle » au sens dieudonnésien du terme était un « salut hitlérien inversé », cela suffisant évidemment à justifier de vigoureuses poursuites contre ses adeptes. Nous avouerons que tout ceci nous laisse assez dubitatifs ; si nous savons, en effet, ce qu’est un salut fasciste, qui n’est que la reprise de l’antique salut romain, nous ne voyons pas très bien ce qu’est un « salut hitlérien inversé » : n’étant pas des spécialistes en la matière, nous laisserons donc la responsabilité de son jugement à l’éminente plume communautaire citée ci-dessus et nous garderons de toute polémique, tout en conservant une certaine réserve à propos de ce très important sujet.

QUAND SOPHIA ARAM, INVITÉE PAR PATRICK COHEN, TRAITAIT LES ÉLECTEURS DU FN DE « GROS CONS »

Mais, nous dira-t-on, la question des « quenelles » n’est pas la seule. Il y a aussi et surtout les propos, semble-t-il de mauvais goût, tenus, paraît-il, par Dieudonné à l’encontre du très suffisant Patrick Cohen, animateur monopolistique de la « matinale » de France inter. A cela, nous répondrons que, avant de s’en prendre à Dieudonné, il faudrait peut-être demander à Cohen de balayer devant sa propre porte. A cet effet, nous rappellerons deux faits survenus lors de la « matinale » de M. Cohen.

Le premier avait fait l’objet de notre commentaire du 26 octobre 2011 et concernait l’assassinat de Kadhafi. « Et maintenant, à qui le tour ? », demandait en substance Patrick Cohen à Bernard-Henri Lévy, le lendemain de cet assassinat, lors de la « matinale » de France inter, ce à quoi Lévy répondait, à peu de choses près, « c’est au tour d’Assad, bien sûr, mais surtout d’Ahmadinejad », laissant entendre qu’il était souhaitable de faire l’économie de la « case » Syrie. Nous ne savons pas ce qu’en avaient pensé nos lecteurs, mais ces propos nous avait « choqués », pour parler comme Marine Le Pen vient de le faire à propos de Dieudonné, tant ils montraient de désinvolture, non seulement vis-à-vis d’un chef d’Etat assassiné, mais aussi de pays souverains avec lesquels ni la France, ni l’Europe n’entretenaient un quelconque contentieux. Bien entendu, personne n’a fait une quelconque remarque, ni à M. Cohen, ni à M. Lévy, comme si leurs propos allaient de soi sur les ondes du service public.

Le second met à nouveau en cause M. Cohen et, cette fois-ci, une invitée, la soi-disant « humoriste » Sophia Aram, qui, lors de la « matinale » de France inter du 23 mars 2011, avait traité les électeurs du Front national de « gros cons » (voir la vidéo ci-dessous), lors d’une intervention qui dégoulinait littéralement de haine antifrançaise et qui ne semble pas avoir provoqué la moindre réaction de M. Cohen. Cette intervention, particulièrement discriminatoire et, répétons-le, totalement haineuse à l’égard de Français qui sont ici dans leur pays et ont, paraît-il, le droit républicain de penser ce qu’ils veulent sans être grossièrement injuriés par le premier venu, n’a, là encore, provoqué aucune réaction de la police de la pensée républicaine. Patrick Cohen continue, comme si de rien n’était, de dispenser ses leçons de morale matinales : doit-on en conclure qu’il appartient à une catégorie superprivilégiée par la République, une catégorie qui peut impunément inviter à s’exprimer les plus grossiers des provocateurs sans que cela n’entraîne le moindre début de réaction républicaine ?

Nous posons donc la question suivante : si l’on demande des comptes à Dieudonné, pourquoi n’en demande-t-on pas aussi à Patrick Cohen ? Mais le plus grave n’est même pas là. Il est, répétons-le, que, pendant que Valls s’occupe à plein-temps de Dieudonné (avec l’aide empressée de MM. Hollande et Ayrault), l’assassin d’Antoine de Saint-Nicolas court toujours. Le cas tragique d’Antoine serait-il moins intéressant que celui de Patrick Cohen ?

VALLS A D’AUTRES PRÉOCCUPATIONS QUE LA SÉCURITÉ DES FRANÇAIS : QU’IL PARTE !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article