Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

CRIF : VOICI POURQUOI NOUS REJETONS LA PLAISANTERIE DÉBILE DE FRANÇOIS HOLLANDE À PROPOS DE L’ALGÉRIE

23 Décembre 2013 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

CRIF : VOICI POURQUOI NOUS REJETONS LA PLAISANTERIE DÉBILE DE FRANÇOIS HOLLANDE À PROPOS DE L’ALGÉRIE

Extrait du site msn.com, le 22 décembre 2013 (source AFP) :

« UNE BLAGUE DE FRANÇOIS HOLLANDE FAIT POLÉMIQUE EN ALGÉRIE

« Une plaisanterie qui laisse un goût amer en Algérie. Lundi dernier, François Hollande a prononcé un discours à l'occasion du 70e anniversaire du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France. Au moment de présenter les ministres présents à ses côtés, il ose un trait d'humour lorsqu'il évoque Manuel Valls. "Monsieur le ministre de l'Intérieur, qui va nous quitter peut-être pour aller en Algérie", commence le chef de l'Etat, avant de s'interrompre : le locataire de la place Beauvau vient en fait de rentrer de ce déplacement. Il reprend alors : "il en revient sain et sauf, c'est déjà beaucoup".

Une blague qui est passée inaperçue en France, mais qui fait beaucoup réagir de l'autre côté de la Méditerranée, dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ainsi, le quotidien El Watan évoque "une plaisanterie de mauvais goût". Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, a de son côté estimé que cette boutade était un "incident regrettable" et une "moins-value" pour les liens entre la France et l'Algérie.

(…) A Paris, un responsable de l'UMP, Geoffroy Didier, a qualifié "d'indigne" et "d'ironie fétide" la boutade de François Hollande et a estimé que le chef de l'Etat devait "présenter ses excuses au peuple algérien".

L'Elysée ne conteste pas la véracité de cette plaisanterie, formulée dans un cadre complètement informel, mais n'a pas souhaité réagir officiellement ».

Le commentaire de ForumSi :

CRIF : VOICI POURQUOI NOUS REJETONS LA PLAISANTERIE DÉBILE DE FRANÇOIS HOLLANDE À PROPOS DE L’ALGÉRIE

Hollande est, paraît-il, surnommé « Monsieur Petite plaisanterie » par les membres du Parti socialiste. Nous n’avions pas, jusqu’à maintenant, remarqué que le président de la République fût un humoriste de talent. Et ce n’est certes pas sa petite plaisanterie débile, devant le CRIF, à propos de l’Algérie, qui va nous faire changer d’opinion. Certains vont nous dire qu’il n’y a pas là de quoi fouetter un chat et qu’est excessive l’indignation de ceux qui critiquent les propos de ce qui nous sert de chef de l’Etat. Eh bien, nous pensons tout le contraire, et ce pour deux raisons.

La première est que Hollande laisse clairement entendre que, à son avis, l’Algérie n’est pas un pays sûr et qu’il est miraculeux que son très prétentieux et très calamiteux ministre de l’Intérieur en soit revenu « sain et sauf ». Or, tout le monde peut constater que l’Algérie est, actuellement, l’un des rares pays stables du monde arabe, un pays qui, de surcroît, tient parfaitement son rang dans la lutte contre le terrorisme, comme il l’a montré à plusieurs reprises en marge de la crise malienne : l’Algérie ne méritait donc certainement pas d’être la cible de la petite plaisanterie débile de François Hollande !

Qui plus est, cette petite plaisanterie débile n’a pas été prononcée dans un cadre quelconque, mais lors d’une réunion commémorative avec les représentants du CRIF, ce qui est une faute diplomatique lourde, l’Algérie n’ayant, Palestine oblige, aucune sympathie pour ce groupe de pression sioniste et pouvant à juste titre considérer qu’être prise à partie lors de ladite réunion commémorative constituait un geste pour le moins inamical. En agissant ainsi, Hollande a prouvé, une fois de plus, comme lors de l’affaire de Syrie ou des négociations sur le nucléaire iranien, que son seul souci est d’être bien vu par le groupe de pression communautaire sioniste, alors que la défense des intérêts légitimes français et européens n’implique nullement, bien au contraire, un quelconque soutien à la politique impérialiste des Israéliens.

Une fois encore, Hollande a donc montré qu’il n’était pas à sa place et qu’est donc parfaitement justifié le cri que l’on entend le plus souvent, désormais, lors des nombreuses manifestations se déroulant, à intervalles de plus en plus rapprochés, dans notre pays :

HOLLANDE, DÉMISSION ! IL NE DÉFEND PAS LES INTÉRÊTS LÉGITIMES FRANÇAIS ET EUROPÉENS, MAIS CEUX D’UN ETAT EXTRA-EUROPÉEN : QU’IL PARTE !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article