Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

FABIUS A SABOTÉ LA NÉGOCIATION DE GENÈVE SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN : EXIGEONS SA DÉMISSION !

16 Novembre 2013 , Rédigé par forumsi Publié dans #Après la Libye - à qui le tour

FABIUS A SABOTÉ LA NÉGOCIATION DE GENÈVE SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN : EXIGEONS SA DÉMISSION !

Extrait du site lemonde.fr, le 12 novembre 2013 à 11 heures 37 (article de Ghazal Golshiri) :

« NUCLÉAIRE : PARIS AU CENTRE DES CRITIQUES IRANIENNES

« Fini les sourires courtois et la discrétion de rigueur. Lundi 11 novembre, moins de quarante-huit heures après l'échec des négociations sur le dossier nucléaire iranien à Genève entre l’Iran et le groupe 5 + 1 (les cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies plus l’Allemagne), l'heure est à l'amertume et aux reproches.

« John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, (…) a pointé lundi, lors d'une visite officielle à Abou Dhabi, (…) la responsabilité de Téhéran. ‘’Le groupe des 5 + 1 était unifié samedi lorsque nous avons présenté notre proposition aux Iraniens, (…) mais l'Iran ne pouvait l’accepter, à ce moment particulier’’, a-t-il déclaré.

Comme libéré de l'obligation de ménager l'ennemi de trente ans, son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, lui a répondu par un tweet rageur dans la soirée : ‘’Jouer sur les mots ne change rien à ce qui s'est passé entre les 5 + 1 à Genève entre jeudi 18 heures et samedi 17 h 45. Cela ne peut qu’éroder davantage la confiance.’’ Une allusion à la consigne de silence, destinée à préserver la confiance entre les participants aux négociations de Genève et brisée par le secrétaire d'Etat américain, (…).

Dans un autre tweet, M. Zarif semble critiquer le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, pour avoir déclaré, avant la fin des discussions, que Paris n'était pas satisfait de l'accord proposé à l'Iran. ‘’Monsieur le secrétaire ! Est-ce l'Iran qui a ravagé plus de la moitié du projet américain jeudi soir et l'a publiquement critiqué vendredi matin ?’’

« (…) Le rôle joué par la France dans l'échec des pourparlers a été le sujet d'indignation principal des nombreux Iraniens qui ont suivi, heure par heure, les négociations de Genève. Beaucoup d'entre eux ont investi les réseaux sociaux pour faire part de leur colère et de leur déception. ‘’C'est une honte pour la France… le pays des droits de l'homme !’’, s'est désolée Sanam H. sur la page Facebook du chef de la diplomatie français.

D'autres internautes iraniens ont accusé la France d’avoir joué le jeu des Israéliens et de certains pays arabes, opposés à un accord avec Téhéran. ‘’Vous êtes le ministre des affaires étrangères d’Israël plutôt que celui de la France !’’, a commenté Mehdi P., toujours sur la page Facebook de M. Fabius. (…).

C'est la même déception qu'ont exprimée des membres du Collectif de la lutte anti-sanctions, composé d'économistes iraniens de renom. ‘’La persistance de la France sur sa position injuste pourrai porter durablement atteinte aux relations historiques entre les deux pays’’, soulignait l'économiste Moussa Ghaninejad, membre de ce collectif, dans un entretien accordé au quotidien Donya-é Eghtesad (‘’Le Monde de l'économie’’).

« (…) Se prononçant pour la première fois depuis la fin des négociations, le président iranien, Hassan Rohani, qui défendait son nouveau ministre des sports face au Parlement, a réitéré, dimanche, le droit de l'Iran à enrichir de l'uranium. Dans une allusion voilée à Israël, il a évoqué « ces occupants, qui se sont réveillés », et « ces va-t-en-guerre qui ont pris peur devant les évolutions dans le monde ». (…) ».

Le commentaire de ForumSi

FABIUS A SABOTÉ LA NÉGOCIATION DE GENÈVE SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN : EXIGEONS SA DÉMISSION !

Il y a, à notre avis, quatre éléments à retenir de l’article ci-dessus, qui s’agencent de façon parfaitement logique. Le premier est le tweet de Mohammad Javad Zarif à John Kerry, où le ministre iranien des Affaires étrangères pose une question centrale : « Est-ce l’Iran qui a ravagé plus de la moitié du projet américain ? ».

Si le ministre iranien pose la question de cette façon, c’est évidemment parce que l’Iran n’a aucune responsabilité dans le sabotage du projet d’accord mis au point par les Américains. Mais alors, qui est responsable de ce sabotage ?

L’article répond à cette question, en précisant que « le rôle joué par la France dans l’échec des pourparlers a été le sujet d’indignation principale (de) nombreux Iraniens ». Certains sont allés au-delà de l’indignation et ont cherché à comprendre les motifs de l’attitude française ; leur analyse les a amenés à conclure que la France avait « joué le jeu des Israéliens », un internaute iranien allant même jusqu’à lancer à Fabius, sur la page Facebook de ce dernier : ‘’vous êtes le ministre des Affaires étrangères d’Israël plutôt que celui de la France ‘’ !

Tout cet enchaînement pouvant être conclu par les propos du président iranien Hassan Rohani mettant en cause « ces va-t-en-guerre qui ont pris peur devant les évolutions dans le monde », complétés par ceux des économistes iraniens du Collectif de la lutte anti-sanctions, selon lesquels « la persistance de la France sur sa position injuste pourrait durablement porter atteinte aux relations historiques entre les deux pays ».

La France apparaît ainsi clairement comme le pays dont le représentant, en la personne de Fabius, a délibérément saboté la négociation de Genève sur le nucléaire iranien. Mais pourquoi ce sabotage ? Les intérêts de la France et de l’Europe étaient-ils en jeu ? Absolument pas ! Mais ils le sont aujourd’hui, en conséquence de l’opération menée par Fabius, comme le constate le Collectif des économistes iraniens.

Par son action de sabotage délibérée, Fabius a donc, non seulement porté un coup au processus des négociations avec l’Iran, mais a également porté atteinte aux intérêts de notre pays dans sa relation avec l’Iran.

FABIUS SERT D’AUTRES INTÉRÊTS QUE CEUX DE LA FRANCE

Fabius n’a donc pas servi les intérêts de la France. Mais alors, au service de quels intérêts s’est-il donc ainsi démené dans son action de sabotage d’une négociation sensible, ce sabotage dût-il porter atteinte aux intérêts français dans la région ? Pour répondre à cette question, il suffit de rechercher quels sont les Etats ayant manifesté leur hostilité à cette négociation. Recherche qui ne demandera pas beaucoup de temps, puisqu’un seul Etat se trouve dans cette situation, Israël, qui, par la voix de Netanyahu, n’a cessé d’appeler à la rupture des pourparlers, son objectif régional constant étant d’abattre la puissance iranienne. Comme si le nucléaire iranien était le seul problème de la région, alors qu’Israël dispose d’armes de destruction massive autrement préoccupantes (cf. nos communiqués des 15 et 17 septembre) que celles que l’Iran souhaite, paraît-il, développer !

D’où, sur la page Facebook de Fabius, les commentaires d’internautes iraniens accusant la France d’avoir joué le jeu des Israéliens, l’un d’eux allant même jusqu’à constater que « notre » ministre est celui des Affaires étrangères d’Israël et non de la France, constatation que nous faisons nôtre, bien évidemment, tant la situation est totalement claire. Une fois de plus, comme dans la récente crise syrienne, Fabius s’est comporté comme le porte-parole des intérêts sionistes, et non comme celui des intérêts français. On ajoutera qu’il devait se sentir d’autant plus motivé pour le faire que, comme nous l’avions indiqué dans notre communiqué du 11 septembre, il avait auparavant échoué dans sa tentative de provoquer l’échec de l’initiative russe concernant la Syrie, tentative qui s’était heurtée à la détermination de Poutine, appuyé par Obama.

On notera également que l’action de sabotage menée par Fabius (et Hollande, où est-il et que pense-t-il ?) à propos du nucléaire iranien n’a fait l’objet que de très brefs commentaires dans les gros médias, si ce n’est l’article du monde.fr sur lequel nous nous appuyons aujourd’hui. Cette discrétion ne nous étonne guère, car le pouvoir républicain et ceux qui le manipulent font tout pour que les Français ne s’intéressent pas à la politique étrangère, leur laissant entendre que les seuls problèmes dignes d’intérêt sont les problèmes internes. Comme si une crise majeure à propos de l’Iran pouvait être sans conséquences majeures, ne serait-ce qu’à cause de ses retombées dans le domaine de nos approvisionnements énergétiques, sur la situation interne française et, plus largement, sur celle de l’Europe tout entière !

Mais la défense des intérêts sionistes rend indispensable une telle discrétion : où irait-on, en effet, si les Français se demandaient pourquoi leur ministre des Affaires étrangères défend les intérêts israéliens et non ceux de la France et de l’Europe ?! Et s’ils se demandaient également, en conséquence, quel crédit on peut accorder, sur le plan interne, à des gens qui bradent l’intérêt national à l’extérieur ? Car un élément central apparaît dès lors clairement, c’est que la politique étrangère est un marqueur fort de l’orientation idéologique générale, y compris sur le plan intérieur. Le nationalisme ne se divise pas : une politique qui ne défend pas les intérêts du peuple à l’extérieur ne les défendra pas non plus à l’intérieur, non seulement à cause des conséquences internes dommageables d’une politique extérieure antinationale, mais aussi parce qu’elle obéira à une autre logique que celle de la recherche de la justice et du développement au service du peuple, qui est la logique politique du nationalisme et de lui seul.

Croit-on en effet qu’un homme comme le sioniste Fabius ait un quelconque souci des souffrances qu’endure notre peuple, dès lors que ce dernier paie suffisamment d’impôts pour alimenter le confortable fromage de celui qui nous sert de ministre des Affaires étrangères ? La réponse est bien entendu négative et constitue une raison de plus pour démasquer les agissements antinationaux de Fabius et exiger sa démission avant de lui demander des comptes :

ÉXIGEONS QUE NOTRE POLITIQUE ÉTRANGÈRE SERVE LES INTÉRÊTS DE NOTRE PEUPLE ! EXIGEONS LA DÉMISSION DE FABIUS !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article