Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ForumSi

RESTRUCTURATION À DROITE : LE CAS FILLON

28 Octobre 2013 , Rédigé par forumsi Publié dans #France

RESTRUCTURATION À DROITE : LE CAS FILLON

Lors du conflit pour la présidence de l’UMP entre Fillon et Copé, nous avons clairement pris parti pour le premier, en particulier parce que le caractère authentiquement « droitiste » du second ne nous semblait pas évident. Dans ce que celui-ci était censé représenter, en effet, nous soupçonnions un piège pour les nationalistes, une escroquerie analogue à celle qu’a représenté Sarkozy, à celle qu’incarne Marine Le Pen ou, plus récemment encore, à celle que les médias républicains sont en train de nous construire à propos de Valls, sur la base de déclarations qui tiennent lieu d’action à l’actuel ministre de l’Intérieur.

En prenant parti pour l’ancien premier ministre contre Copé, nous avions également en tête une tribune publiée par les Klarsfeld, père et fils, dans Le Monde du 23 octobre 2012. Dans cette tribune, intitulée « Les trous de mémoire de François Fillon », les Klarsfeld s’en prenaient vigoureusement à ce dernier, qui affichait son exaspération devant les actes de repentance demandés en permanence à la France et aux Français, y compris à propos des événements survenus dans notre pays durant la Seconde Guerre mondiale. En lisant cette tribune, nous nous étions fait cette réflexion qu’un homme ainsi attaqué par les Klarsfeld ne pouvait être complètement mauvais.

Ce n’est pas le dossier publié le 10 octobre par Valeurs actuelles sous le titre « Fillon canarde Sarkozy » qui nous a renforcés dans notre opinion, plutôt favorable, à propos de l’ancien Premier. Non pas, bien sûr, que nous ne nous réjouissions de voir Fillon s’en prendre à Sarkozy : c’est une excellente chose, car tout doit être fait pour empêcher un retour de Sarkozy, mais c’est insuffisant. C’est insuffisant, car ce que l’on peut attendre d’un tel dossier, c’est aussi, c’est surtout, des éléments permettant de savoir en quoi la politique de Fillon serait conforme à ce que nous souhaitons. Mais le dossier de Valeurs actuelles ne comporte quasiment rien à ce sujet, qui se contente d’accumuler les détails sans importance de ce qui est présenté comme un différend politicien.

Or, derrière la démarche de Fillon, il y a, nous semble-t-il, des données plus importantes et plus sérieuses. Nous avons évoqué plus haut son exaspération face à la propagande mémorielle, qui est un point central, car la libération de la recherche historique est, sans aucun doute, l’un des axes majeurs de la libération nationale. Mais il en est d’autres à mettre au crédit de Fillon. Ainsi, son hostilité de plus en plus marquée à la politique d’immigrationnisme forcené que subit notre peuple ; ainsi, encore, sa volonté affichée d’abolir le soi-disant « droit du sol ». Ainsi, toujours, sa déclaration selon laquelle il voterait pour « le moins sectaire » en cas de duel entre un candidat FN et un candidat PS, ce « moins sectaire » pouvant très bien, selon Fillon, être le candidat FN.

FILLON PEUT-IL ÊTRE NOTRE BERLUSCONI ?

Concernant cette dernière prise de position, qui a soulevé une marée de protestations chez les gnomes de l’UMP, Fillon s’est fendu de quelques mots d’excuse, qui n’étaient probablement pas indispensables…Fort heureusement, il s’est magnifiquement rattrapé en félicitant chaudement Poutine à propos de son initiative de paix en Syrie. Bien évidemment, cette solidarité affichée avec Poutine a entraîné, là encore, des réactions indignées de la part des gnomes communautaires et de l’UMP.

Certes, nous dira-t-on, Fillon prend des positions sympathiques, mais il a été le premier ministre de Sarkozy pendant cinq ans et a accepté de supporter bien des contrariétés. Nous ne le nions pas, mais faisons remarquer que cela n’enlève rien à l’intérêt de ses positions actuelles : s’il les maintient et les applique, n’est-ce pas le plus important ? Et, puisque nous venons de parler de Poutine, qui, chez les nationalistes français qui l’admirent tant, aurait aujourd’hui l’idée saugrenue de lui reprocher d’avoir été un colonel du KGB ?

Dans notre commentaire du 9 août consacré à l’action de Gabriele Adinolfi, théoricien talentueux de la Droite radicale italienne, nous avons noté que celui-ci manifestait une certaine sympathie à l’égard de Berlusconi, dans la mesure où la politique de cet homme d’Etat injustement persécuté a été bénéfique, non seulement pour l’Italie, mais aussi pour l’ensemble de l’Europe ; c’est ainsi qu’à l’époque de Berlusconi, comme nous le rappelions dans notre commentaire du 6 octobre, le centre d’accueil de Lampedusa était fermé, car il n’y avait plus personne à accueillir ! En ce qui concerne un point intéressant très directement notre camp, on notera également que les camarades italiens ont bénéficié de la neutralité bienveillante de Berlusconi à l’égard de leurs diverses actions : c’est à cette neutralité bienveillante que l’on peut, très certainement, attribuer le développement de la Casapound, développement qui eût été inimaginable avec un autre président du conseil.

Cette dernière remarque nous amène à revenir en France. Comme nos lecteurs les plus fidèles le savent depuis longtemps, nous n’avons absolument aucune confiance en Marine Le Pen (cf., par exemple, notre commentaire du 14 octobre). En conséquence, nous devons être attentifs à l’émergence d’autres forces que l’actuel FN, qui pourraient, ne serait-ce qu’au travers d’une neutralité bienveillante « à l’italienne », être favorables au développement, que nous souhaitons ardemment, d’un mouvement nationaliste français pleinement ouvert à l’idée impériale européenne. Or, il n’est pas impossible que la démarche de Fillon puisse aboutir à la naissance d’un courant aux côtés duquel un tel développement pourrait être envisagé. Fillon peut-il être notre Berlusconi ? « Wait and see », aurait dit Sir Oswald, mais tous les éléments que nous avons présentés plus haut montrent que cela est, très raisonnablement, de l’ordre du possible.

ForumSi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article